Séance 3 (décembre 2016) : texte de la communication d’A. Jayat

Voici le texte de la deuxième séance lyonnaise (la séance doctorale), qui a eu lieu le 13 décembre 2016. L’orateur était Antoine Jayat, doctorant à l’Université de Bordeaux (thèse sous la direction de V. Fromentin, Bordeaux, et de E. Bertrand, Le Mans) et son répondant Stavroula Kefallonitis, de l’Université de Saint-Étienne.

César orateur

Cassius Dion, Histoire romaine, 43, 15-18[1]

Après sa victoire, à Thapsus (6 avril 46 a. C), sur les forces pompéiennes en Afrique, C. Iulius Caesar parachève son statut de vainqueur des guerres civiles. S’ouvre alors une période que l’on appelle traditionnellement la « monarchie césarienne »[2], car le pouvoir de César est désormais sans partage. À Rome, fort du souvenir de Sylla, on peut craindre alors que le dictateur n’abuse de sa prééminence désormais totale – c’est du moins ce que décrit Cassius Dion, qui dépeint une Ville dans l’expectative et la crainte du comportement à venir de César, contraignant le dictateur à prendre la parole pour dissiper les craintes[3]. Prendre la parole au Sénat apparaît tout à fait logique pour un homme politique de cette envergure, et dont les sources littéraires conservées tendent de manière unanime à le qualifier d’orateur prolixe[4] et brillant[5].

Or ce discours de César au Sénat par Cassius Dion est exceptionnel car unique dans nos sources, Cassius Dion étant le seul à avoir composé un discours de César au Sénat au lendemain de Thapsus[6]. Cela pousse F. Millar à envisager que ce discours n’a jamais été tenu et qu’il est une pure invention de Dion[7] ; nous choisissons sur ce point de conserver l’optique qui est la nôtre dans ce séminaire, à savoir une optique d’historiographe et non d’historien, et nous ne nous prononcerons donc pas sur l’historicité de ce discours, même si le point de vue de F. Millar semble tout à fait probable. R. Étienne suit le raisonnement de F. Millar et va jusqu’à voir dans ce discours composé par Dion un lieu stratégique où se donne à lire la manière dont Cassius Dion, historien de l’époque des Sévères, conçoit le pouvoir idéal[8] ; nous serons amenés à revenir sur cette réflexion. Plus récemment, M. Coudry a montré comment le vocabulaire politique présent dans ce discours participe à caractériser le pouvoir césarien dans l’Histoire romaine[9]. C. Meier semble considérer que ce discours a réellement eu lieu mais ne s’appuie sur aucun élément contret et ne cite par ailleurs aucune source[10].

Mais ce discours constitue en réalité l’un des seuls textes, dans les sources historiques, à représenter César en orateur politique. Car si l’on met de côté les discours de César chez César[11] et les discours de César que les sources présentent comme adressés à ses soldats[12] – les contiones –, force est de constater que, dans les sources dont nous disposons, peu de textes « donnent la parole » à César pour lui faire incarner la figure de l’orateur. Un seul discours, ample et au style direct, nous semble comparable à celui que compose Dion au livre 43 de l’Histoire romaine : celui que compose Salluste à l’occasion du châtiment à infliger aux conjurés réunis derrière Catilina[13]. C’est d’ailleurs à propos du même sujet que certains discours sont rapportés chez Plutarque, mais brièvement et au style indirect[14] ou incluant parfois de quelques mots de citation[15]. En dehors de ces textes, on trouve également quelques brèves évocations, au style indirect ou narrativisé, de discours de César au Sénat chez Appien[16] et Cassius Dion[17] ; ce dernier discours, qui est sensé être tenu en 49 a. C., au moment où César occupe Rome après la fuite de Pompée au début de la guerre civile, sera également analysé car il éclaire celui de 46 a. C. de manière très importante. César incarne de nombreuses figures différentes dans les sources littéraires : chef militaire, conquérant – Plutarque met en parallèle sa vie avec celle d’Alexandre –, chef politique, législateur… Quant à la figure de l’orateur, il l’incarne en réalité très peu – ou plutôt il l’incarne en trompe-l’oeil, puisque les discours de César présents dans les sources sont abondants mais sont presque toujours des discours militaires et développent finalement bien davantage la figure du chef de guerre que celle de l’orateur[18].

Ce discours unique dans nos sources nous conduit à interroger en quoi la représentation de César en orateur dit quelque chose de la conception de Cassius Dion relativement à César et son pouvoir. Cela nous amènera à adopter une optique différente de celle de R. Étienne, car il ne s’agira pas de considérer d’emblée ce discours comme révélateur d’une conception politique générale de Dion. Au contraire, il s’agira plutôt d’interroger la représentation qui nous est faite de César en orateur politique par Dion pour mettre en évidence quelle conception se fait Dion de la monarchie césarienne – pour le dire simplement : quel orateur pour quel monarque ? Pour ce faire, il sera nécessaire d’analyser non seulement le style de ce discours et ses articulations argumentatives, mais aussi la manière dont Dion l’insère dans son récit des événements de l’année 46 a. C. et l’inscrit en écho – ou non – à celui dont il est fait brièvement allusion au livre 41.

***

Ce discours s’étend sur quatre chapitres (43, 15-18). Il est possible qu’il fût un peu plus long, mais s’il l’était, c’était vaisemblablement de quelques mots ou de quelques phrases seulement : une lacune est en effet relevée par le philologue Reimar dans son édition de Cassius Dion[19] et sera ensuite signalée par les éditions suivantes jusqu’à l’editio maior de Boissevain[20], qui estime que cette lacune était vraisemblablement assez circonscrite. Il nous apparaît en revanche qu’il n’y a pas lieu de voir ici de lacune, et nous tenterons de le démontrer par la suite[21]. Mais même avec quelques mots ou quelques phrases de plus, ce discours n’en aurait pas moins été le plus court de tous les discours que l’on trouve dans l’Histoire romaine, et ce de manière très nette : au livre suivant, le discours de Cicéron au Sénat mobilise onze chapitres (44, 23-33) et celui d’Antoine lors des funérailles de César, quatorze (44, 36-49). Le fameux débat entre Agrippa et Mécène mobilise douze chapitres pour l’un (52, 2-13) et vingt-sept pour l’autre (52, 14-40). Le discours le plus long de l’Histoire romaine est celui de Cicéron au Sénat contre Antoine en 44 a. C. : il occupe trente chapitres (45, 18-47). Après celui de César au Sénat au lendemain de Thapsus, les deux discours les plus brefs sont les harangues d’Antoine et d’Octavien à la veille d’Actium en 31 a. C., qui se déploient chacun sur sept chapitres (50, 16-22 et 24-30).

Le César orateur représenté par Dion est donc un orateur fort peu prolixe. C’est déjà un élément invitant à la réflexion : pourquoi un personnage aussi important que César parle si peu au Sénat et devant le peuple ensuite ? Certes, il y a d’autres discours de César dans l’Histoire romaine : onze chapitre de harangue à ses officiers à Vesontio pendant la campagne contre Arioviste en 58 a. C. (38, 36-46), et neuf chapitres de discours aux mutins de Plaisance pendant la guerre civile en 49 a. C. (41, 27-35)[22]. Mais, encore une fois, il s’agit de contiones. En revanche, au Sénat, César est représenté comme un orateur extrêmement succint. Est-ce à dire que son discours est construit selon une esthétique de la breuitas, et que César est un orateur qui parle peu pour parler bien, ou, au contraire, est-ce là la marque d’un orateur de second plan, ce qui irait à l’encontre de la quasi-totalité des sources, qui qualifient César d’excellent orateur ?

Avant d’analyser plus précisément la construction de ce discours pour répondre à cette question, la comparaison avec le personnage qui parle le plus longuement dans les livres tardo-républicains de l’Histoire romaine conservés dans la traditions directe amène déjà un éclairage, car il s’agit de Cicéron : il cumule quarante-et-un chapitres de discours au Sénat[23], sans compter le dialogue Cicéron-Philiscos, qui court sur douze chapitres[24]. Cicéron, qui incarne la figure même de l’orateur, est un orateur prolixe. Il semblerait donc à première vue que Cassius Dion, en cantonant la grande majorité des discours de César à des contiones, ait pour dessein de représenter César comme un chef de guerre brillant, mais comme un orateur de second rang ; mais cette affirmation préliminaire devra être verifiée par la suite de notre propos. Si l’on compare ensuite la répartition de la parole de César avec celle d’Octavien-Auguste, qui est le personnage qui parle le plus longuement dans les livres impériaux conservés par la tradition directe, l’on constate qu’il incarne à la fois la figure du chef de guerre dans les livres tardo-républicains[25] et de l’orateur ensuite[26]. Il est possible que cela soit révélateur : à première vue – et encore une fois, cela devra être vérifié –, Cassius Dion semble représenter un personnage qui, contrairement à César, a une parole performative tant lors des guerres civiles que dans la paix permise par sa victoire.

Dans son discours, César tente de rassurer quant à l’exercice du pouvoir qui sera le sien à présent qu’il est le vainqueur des guerres civiles. Pour ce faire, il décrit d’abord négativement quel ne sera pas son comportement (43, 15), en mobilisant immédiatement les contre-exemples particulièrement éloquents de Marius, Cinna et Sylla[27], [28], et en récusant à la fois toute dissimulatio et toute aspiration à la tyrannie[29]. Il s’appuie ensuite (43, 16) sur des considérations générales sur le pouvoir et la gloire pour rassurer son auditoire[30]. Puis (43, 17), positivement, il promet d’exercer le pouvoir comme un chef, un guide[31] et un père[32], en s’appuyant comme gage de sa bonne foi sur son attitude clémente envers ses opposants lors des guerres civiles[33], avant de présenter plus concrètement quels seront les fondements de ce pouvoir (43, 18) : des soldats – qu’il ne faut pas craindre[34] – et des impôts[35] un peu plus élevés que d’ordinaire pour pouvoir garantir le solde des soldats et embellir la ville[36], mais avec la promesse d’un prélèvement normal – c’est-à-dire sans instauration de nouveaux impôts ni exactions[37].

Le César de Dion présente dans ce discours l’idéologie de la monarchie Césarienne selon Dion : il y affirme qu’il exercera certes le pouvoir seul, mais de manière modérée et pour le bien de tous. Ce pouvoir repose sur une adaptation assumée des institutions – César se pose en consul et en dictateur à la fois, ce qui est déjà le cas : la nouveauté semble résider dans l’annonce de la permanence de cette pratique institutionnelle. Mais cette adaptation est présentée comme positive : grâce à elle, César pourra mieux agir en faveur des Romains. Ce pouvoir n’a toutefois pas vocation à être excessif : César reste un simple particulier si jamais quelqu’un estime avoir été lésé[38], garantissant ainsi la libertas et affichant le net refus de recourir à des exécutions d’opposants[39]. Il se pose en chef (ἡγεμονεύειν), en guide (προστατεῖν), en père (ὡς πρὸς πατέρα) : il s’agit bien d’une relation asymétrique ; pour autant, cette asymétrie se veut modérée et bienveillante, car César prétend refuser les aspirations à un pouroir tyrannique (τυραννεύειν) qui consisterait à faire des Romains ses esclaves (δεσπόζειν). Le désormais monarque, qui affiche l’intention d’être un homme de bien (ἀνδραγαθίζεσθαι)[40], promet – revendique même – sur le ton de l’aphorisme, un certain idéal de mesure et de sagesse pratique, lorsqu’il affirme : «  le succès (εὐπραγία) perdure, s’il s’accompagne de sagesse (σωφροσύνη) ; la puissance (ἐξουσία), si on l’exerce avec mesure (μετριάσασα) préserve tout les acquis »[41].

  1. Étienne se fonde sur ce discours pour dire que Dion exprime à travers César sa conception de la monarchie idéale. En effet, il considère que l’œuvre du sénateur Cassius Dion est « marquée d’un égoïsme de classe, mis au service de sa communauté et au service de l’empereur », et voit par conséquent dans ce discours la volonté de Dion de nous présenter « un César philosénatorial » et « l’image d’un régime monarchique fondé sur la vertu et la justice ». « Ainsi Cassius Dion », poursuit-il, « parti d’un jugement politique catégorique et défendant le régime monarchique, nous présente un César qui se définit dans une discours capable de répondre à cet idéal politique. » Il conclut en disant que le César de Dion est un « modèle d’idéal monarchique que les flatteries ont perdu[42]. » C’est selon nous prendre le contenu du discours sans tenir suffisament compte de sa composition, de son style et de son aspect performatif. Pour le dire plus simplement, l’analyse de R. Étienne voit dans ce César un théoricien du pouvoir et passe partiellement à côté de l’orateur qui nous est représenté. Nous n’avons ni la prétention ni le temps d’établir un commentaire ligne à ligne de ce discours, et encore moins de répondre à toutes les questions qu’il soulève, mais nous voudrions à présent dresser deux remarques.
  2. Il semble tout d’abord relativement maladroit, pour quelqu’un qui essaie de rassurer un auditoire craignant des dérives tyranniques, de tenir un discours composé de cette manière. En effet, le discours s’ouvre en rappelant les excès de pouvoir de Marius, Cinna et Sylla, alors précisément que ce sont des excès de ce type qui suscitent l’inquiétude : évoquer d’emblée ce passé qui ne passe pas constitue un pari téméraire – et potentiellement « à double tranchant » – pour l’orateur, qui choisit certes de s’attaquer in medias res à la comparaison qui pourrait être faite entre lui et les précédents vainqueurs des guerres civiles afin de la désamorcer « d’entrée de jeu », mais qui peut aussi bien braquer son auditoire. Cette maladresse se renforce quand César évoque la présence importante des soldats et un effort fiscal plus élévé que d’ordinaire : traiter ces deux aspects à une place aussi stratégique que la fin du discours apparaît très mal choisi devant un auditoire composé de partisans mais aussi d’anciens opposants dans la crainte d’une dérive du pouvoir de César.
  3. Cette composition maladroite, ensuite, révèle de fait une structure souple et spontanée, assez loin des règles habituelles de la rhétorique : le discours, nous le disions quelques lignes plus haut, début in medias res et se termine assez sèchement. On peut proposer deux interprétation à cela : soit l’on considère que l’exorde et sa traditionnelle captatio beneuolentiae sont absentes, la péroraison manquant également, soit l’on peut au contraire concevoir que ces parties attendues sont à un endroit inattendu ; le passage 43, 17, 1[43], sorte de déclaration de sincérité, a une tonalité qui aurait pu être en adéquation avec une exorde, et le chapitre 43, 16[44], avec son propos général et son accumulation de questions oratoires, aurait pu davantage correspondre à une péroraison : quoi qu’il en soit, en lieu et place de celle-ci, nous trouvons une évocation des impôts et des soldats de César, deux sujets d’inquiétudes pour ceux qui l’écoutent. Que l’on suive l’une ou l’autre de ces hypothèses, il semble y avoir un écart de l’orateur par rapport à la structure attendue. Cet écart fait de César un orateur particulier, voire paradoxal, en ce qu’il refuse de se plier aux règles de la rhétorique.

Pour tenter de comprendre le sens de cet écart, la comparaison avec les deux orateurs du livre suivant est éclairante. Cicéron fait un discours dans un contexte d’urgence – César vient d’être assassiné – qui invite à être bref et pragmatique dans ses propos ; aussi la structure est-elle relativement sobre, certes, mais avec un soin est tout de même porté dans les parties stratégiques du discours, notamment au début : Cicéron affirme, dans une rupture de construction qui recentre son propos, qu’il « ne veut pas commencer son discours par des propos désagréables[45] » ; César, en revanche, commence son discours en évoquant, on l’a vu, le souvenir de Marius, Cinna et Sylla. Le Cicéron que donne à voir Dion semble donc prendre soin, même dans un discours sobre, de choisir ses mots prudemment. Quant à Antoine, il fait une oraison funèbre lors des funérailles de César ; c’est un discours très intéressant car Cassius Dion, qui le qualifie de « magnifique et brillant » (περικαλλής καὶ λαμπρός)[46], nous donne ainsi à voir ce qu’il considère comme un discours magnifique et brillant. Or ce discours à la gloire de César est relativement ample et suit assez traditionnellement la composition rhétorique traditionnelle, avec une exorde comprenant une captatio beneuolentiae (44, 35), puis le récit de la vie de César selon le canon de l’oraison funèbre[47], et une péroraison des plus flamboyantes (44, 49). On le voit, ce discours s’oppose radicalement à celui de César, qui est bref, sobre et à la composition assez lâche. Pour Dion, le discours d’Antoine n’est pas nécessairement idéal, mais il est beau ; Dion semble donc, avec l’orateur César, construire un discours qui au contraire n’est pas esthétiquement de haut niveau.

Cette première lecture du discours de César au Sénat au lendemain de Thapsus accentue encore le caractère hors-norme de ce discours unique. Dion semble délibérément faire tenir à César un discours relativement maladroit dans sa construction et assez peu esthétique, ce qui confirme notre hypothèse de départ, fruit d’une brève comparaison entre César et les autres orateurs principaux de l’Histoire romaine : César semble ici dépeint comme un orateur plutôt médiocre. Comment expliquer qu’un personnage de l’importance de César soit ainsi représenté ? Nous allons tenter d’y répondre en effectuant une deuxième lecture de ce discours tenant compte de son insertion dans le récit historique.

*

Le discours de César au Sénat après Thapsus s’inscrit chez Dion dans une séquence politique plus large (43, 14-27) que l’on peut subdiviser en trois mouvements : d’abord, le vote par le Sénat, avant le retour de César d’Afrique, de décrets en l’honneur du dictateur (43, 14)[48] ; puis, celui-ci rentré, de la célébration de son quadruple triomphe – sur la Gaule, l’Égypte, le Pont-Euxin et l’Afrique –, à l’occasion duquel furent donnés d’importants jeux du cirques (43, 19-24) ; enfin, les réformes de César (43, 25-27). Le discours que nous analysons se trouve donc après le vote des honneurs à César et avant la célébration par celui-ci de son triomphe. Voici précisément comment Dion justifie l’insertion de ce discours dans son récit :

…δεδογμένων δὲ ἤδη αὐτῶν ἦλθέ τε ἐς τὴν Ῥώμην, καὶ ἰδὼν τοὺς ἀνθρώπους τήν τε δύναμιν αὐτοῦ φοϐουμένους καὶ τὸ φρόνημα ὑποτοπουμένους, κἀκ τούτου πολλὰ καὶ δεινά, οἷά που καὶ πρὶν ἐγεγόνει, πείσεσθαι προσδοκῶντας, καὶ διὰ τοῦτο καὶ ὑπερόγκους οἱ τιμὰς κολακείᾳ ἀλλ’ οὐκ εὐνοίᾳ ἐψηφισμένους, παρεμυθήσατό τε αὐτοὺς καὶ ἐπήλπισεν εἰπὼν ἐν τῇ βουλῇ τοιάδε…[49]

On le voit, le discours de César est motivé par un double constat : les gens craignent son pouvoir (δύναμις) et s’inquiètent de ses intentions (φρόνημα), ce qui a eu pour conséquence le vote des décrets honorifiques « par flatteries et non par bienveillance » (κολακείᾳ ἀλλ’ οὐκ εὐνοίᾳ).

Pour Dion, c’est donc l’inquiétude qui motive ces honneurs. Le vocabulaire employé est troublant, car dans son discours, César utilise des mots semblables lorsqu’ils tente de rassurer les sénateurs :

…ἡ μὲν γὰρ εὐπραγία σωφροσύνην λαϐοῦσα διαμένει, καὶ ἡ ἐξουσία μετριάσασα πάντα τὰ κτηθέντα τηρεῖ· τό τε μέγιστον, καὶ ὅπερ ἥκιστα τοῖς εὖ χωρὶς ἀρετῆς φερομένοις ὑπάρχει, καὶ ζῶσιν ἀδόλως φιλεῖσθαι καὶ τελευτήσασιν ἀληθῶς ἐπαινεῖσθαι διδόασιν. ὁ δὲ ἀνέδην ἐς πάντα ἁπλῶς τῇ δυνάμει καταχρώμενος οὔτε εὔνοιαν ἀληθῆ οὔτ’ ἀσφάλειαν ἀκριϐῆ εὑρίσκεται, ἀλλ’ ἐν μὲν τῷ φανερῷ πλαστῶς κολακεύεται · τὸν γὰρ τῆς ἑαυτοῦ ἐξουσίας ἀκράτορα οἵ τε ἄλλοι πάντες καὶ οἱ μάλιστα αὐτῷ χρώμενοι καὶ ὑποπτεύουσι καὶ φοϐοῦνται.[50]

On peut raisonnablement penser que le choix du lexique n’est pas laissé au hasard. La description que fait César du mauvais monarque, qui « use de son pouvoir sans restrictions et dans toutes les situations » (ὁ δὲ ἀνέδην ἐς πάντα ἁπλῶς τῇ δυνάμει καταχρώμενος) au point de ne jamais recevoir de « bienveillance sincère » (εὔνοια ἀληθής), mais plutôt de « feintes flatterires » (πλαστῶς κολακεύεται) en raison de la crainte qu’il inspire est précisement l’image, selon Dion, qu’a César aux yeux des Romains à ce moment précis[51]. Tout se passe comme si par ce procédé Cassius Dion nous donnait à entrevoir par anticipation l’échec politique de César, d’autant plus que ce passage est également teinté d’une forte ironie tragique : celui qui n’use pas bien de son pouvoir ne touve pas de « sécurité authentique » (ἀσφάλεια ἀκριϐής), affirme César ; or César sera assassiné par des conjurés environ un an et demi plus tard, aux Ides de mars 44 a. C.

L’introduction au discours de César nous permet donc de mettre en évidence des stratégies d’écriture révélatrices de sa conception de la monarchie césarienne : par une mise en abyme renforcée d’ironie tragique, Dion donne à voir, au lendemain de Thapsus, un César qui inquiète et qui, si son discours ne parvient pas à rassurer, risque de se faire renverser en raison de la crainte qu’il inspire. Or le lecteur sait que c’est précisément ce qui va arriver : Dion nous fait entrevoir par anticipation l’échec de César à travers son échec rhétorique.

Car le César orateur que représente ici Dion est en situation d’échec : on le voit dans sa manière de commenter les réactions à ce discours :

τοιαῦτα ὁ Καῖσαρ ἔν τε τῷ συνεδρίῳ καὶ μετὰ τοῦτο καὶ ἐν τῷ δήμῳ εἰπὼν ἐπεκούφισε μέν πως αὐτοὺς τοῦ δέους, οὐ μέντοι καὶ ἠδυνήθη πεῖσαι παντάπασι θαρσεῖν, πρὶν καὶ τοῖς ἔργοις τὰς ἐπαγγελίας βεϐαιώσασθαι.[52]

Le texte que nous analysons apparaît de plus en plus hors-norme : alors que les sources littéraires évoquent de manière unanime un César orateur exceptionnel, Dion montre ici, tant explicitement qu’implicitement, un discours qui échoue de manière patente. En effet, Dion affirme explicitement que César a rassuré, mais « dans une certaine mesure » (πως) seulement, ce qui revient à dire qu’il n’a pas réussi. L’expression [οὐκ] ἠδυνήθη πεῖσαι, même nuancée comme c’est le cas ici, est loin d’être un compliment pour un orateur. Cassius Dion souligne d’ailleurs régulièrement le rôle actif du discours sur le cours de l’histoire : le discours de Cicéron au Sénat au lendemain des Ides de mars est immédiatement suivi d’effet[53] – l’amnestie et la ratification des actes de César sont votées par le Sénat que l’orateur a convaincu –, celui d’Antoine au funérailles de César met le feu au poudre et réactive les guerres civiles[54]. Ces deux discours font d’autant plus ressortir l’échec de César[55]. Cassius Dion, de plus, montre dans la suite de son récit que César n’a justement pas mis en conformité ses actes et ses paroles, ce qui revient à insister implicitement sur l’échec de César, qui n’est pas en mesure de rassurer. C’est ce que nous allons tenter à présent de montrer.

En effet, les chapitres qui suivent ce discours sont consacrés à la célébration du quadruple triomphe de César. Or il est fait mention, à plusieurs reprises et de manière plus ou moins explicites, de la démesure et de l’extravagance de ces célébrations, provoquant un malaise latent mais palpable. Dans la procession triomphale, les Romains apparaissent choqués pour trois raisons : par le fait que César célèbre une victoire, dans le cas de l’Afrique, contre d’autres Romains ; par la présence de la princesse égyptienne Arsinoé, qui apparaît enchaînée ; et par le nombre des licteurs entourant César[56]. Ce passage, qui suit immédiatement le discours de César, semble d’emblée montrer que les actes de César diffèrent des promesses apaisantes qui viennent d’être rapportées. La population, que Dion décrivait comme inquiète, l’est toujours autant ici : ni son discours ni son comportement n’ont donc rassuré qui que ce soit. À propos des jeux du cirque célébrés en cette occasion, Dion souligne ensuite de manière très claire l’extravagance dépensière[57] de César, notamment lorsqu’il rapporte que, pour protéger les spectateurs du soleil, il fit tendre un voile de soie au-dessus de leurs têtes[58]. Ces excès dans la célébrations des malheurs causés par les guerres civiles et dans les dépenses suscitent l’indignation, mais les civils ne peuvent exprimer ce mécontentement, vraisemblablement par crainte de répression[59], alors que César avait pourtant promis de garantir la libertas. Non seulement ses paroles n’ont pas pu rassurer, mais encore ses actes sont en décalage avec ses paroles.

Le contexte immédiat de ce discours nous permet d’affirmer que Cassius Dion met en scène l’échec rhétorique de César et préfigure déjà les Ides de mars 44 a. C. Mais cet échec rhétorique est en réalité déjà annoncé par l’autre discours de César au Sénat que rapporte Cassius Dion ; il en est d’une certaine façon le doublon narrativisé. En effet, c’est, comme après Thapsus, l’inquiétude qu’il ressent à son égard – et notamment à cause de ses troupes nombreuses dans la Ville – qui motive sa prise de parole, en des termes très semblables :

…ἐδημηγόρησε πολλὰ καὶ ἐπιεικῆ, ὅπως πρός τε τὸ παρὸν εὔνοιαν αὐτοῦ καὶ πρὸς τὸ μέλλον ἐλπίδα χρηστὴν λάϐωσιν. ἐπειδὴ γὰρ τοῖς τε γιγνομένοις ἀχθομένους καὶ ἐς τὸ στρατιωτικὸν πλῆθος ὑποπτεύοντας αὐτοὺς ἑώρα, παραμυθήσασθαι καὶ τιθασεῦσαί σφας τρόπον τινὰ ἠθέλησεν, ἵνα τά γε ἐκείνων, ἕως ἂν διαπολεμήσῃ, ἐν ἡσυχίᾳ μείνῃ.[60]

César à ce moment-là aussi cherche à apaiser et se refuse à employer des menaces contre ceux qui lui resteraient hostiles, ou qui seraient neutres[61]. Et de la même manière, le discours est ensuite dupliqué devant le peuple[62], qui, déjà, craignait que César n’agisse comme un Marius ou un Sylla[63]. Après son discours, ses actes semblaient déjà ne pas être en adéquations avec ses annonces, comme le montre la manière dont, selon Dion, César a traité un tribun de la plèbe du nom de Lucius Metellus et dont il s’est emparé du trésor[64] ; Dion affirme que cet acte avait été fait « au nom de la démocratie » (ὀνόματι μὲν ἰσονομίας) mais qu’il s’agissait en réalité d’un geste pour le pouvoir absolu (ἔργῳ δὲ δυναστείας[65]).

Ce discours narrativisé est toutefois différent sur certains points. César, en 49 a. C., tente d’acheter la paix et sa légitimité par une distribution de blé et par la promesse d’un don de soixante-quinze deniers à tous les citoyens – ce sera une promesse non tenue :

τοσούτου τε ἐδέησαν τὰ χρήματα ἃ ὑπέσχετό σφισι τότε γε λαϐεῖν, ὥστε καὶ τἆλλά οἱ πάνθ’ ὅσα ἐν τῷ δημοσίῳ ἦν πρὸς τὴν τῶν στρατιωτῶν, οὓς ἐφοϐοῦντο, τροφὴν ἔδοσαν[66]

L’autre différence fondamentale entre ces deux discours de César au Sénat, c’est que celui de 49 a. C., s’il donne moins à voir des propos de César, il laisse en revanche entrevoir bien davantage des réactions du peuple. Or ces réactions que rapporte Dion montrent que personne n’est dupe des promesses de César ni même rassuré, au contraire :

…καὶ ὁ μὲν τούτοις αὐτοὺς δελεάσειν ἤλπιζεν, οἱ δ’ ἄνθρωποι λογιζόμενοι ὅτι οὔτε φρονοῦσιν οὔτε πράττουσι τὰ αὐτὰ οἵ τε ἐφιέμενοί τινων καὶ οἱ τυχόντες, ἀλλ’ ἐν μὲν ταῖς ἀρχαῖς τῶν ἔργων πάντα τὰ ἥδιστα προϐάλλουσι τοῖς ἀντιπρᾶξαί τι δυναμένοις, ἐπειδὰν δὲ κατορθώσωσιν ὅσα βούλονται, οὔτε τινὸς αὐτῶν μνημονεύουσι καὶ ἐπ’ αὐτοὺς ἐκείνους ταῖς δυνάμεσιν ἃς παρ’ αὐτῶν ἔλαϐον χρῶνται, μεμνημένοι δὲ καὶ τὸν Μάριον τόν τε Σύλλαν, ὡς πολλὰ καὶ φιλάνθρωπα πολλάκις σφίσιν εἰπόντες οἷα ἀνθ’ οἵων ἔδρασαν, καὶ προσέτι καὶ τὴν τοῦ Καίσαρος χρείαν αἰσθόμενοι, τά τε ὅπλα αὐτοῦ πολλὰ καὶ πανταχοῦ τῆς πόλεως ὁρῶντες ὄντα, οὔτε πιστεύειν τοῖς λεγομένοις οὔτε θαρρεῖν ἐδύναντο, ἀλλ’ ἔναυλον τὸν ἐκ τοῦ πρὶν φόϐον ἔχοντες καὶ ἐκεῖνον ὑπετόπουν, καὶ μάλισθ’ ὅτι οἱ πρέσϐεις οἱ τὰς καταλλαγὰς δῆθεν πρυτανεύσοντες ᾑρέθησαν μέν, οὐκ ἐξῆλθον δέ, ἀλλ’ ὅτι καὶ ἐμνήσθη ποτὲ περὶ αὐτῶν ὁ Πίσων ὁ πενθερὸς αὐτοῦ αἰτίαν ἔσχε.[67]

En conséquence, au moment où César prend la parole au Sénat puis devant le peuple au lendemain de Thapsus, il apparaît déjà délégitimé en tant qu’orateur, puisqu’il a tenu quelques années plus tôt le même discours ou presque, contenant les mêmes promesses ou presque, et que ce discours et ces promesses, qui n’avaient déjà pas convaincu, n’avaient en outre pas été suivis d’effets. Au vu de la situation telle que la décrit Cassius Dion, le Sénat et le peuple n’ont donc absolument aucune raison d’être rassurés par ce discours de 46 a. C. De plus, César ne propose pas d’argent à ce moment, mais se contente d’exposer de manière très générale des considérations sur le pouvoir qui se veulent rassurantes, à côté de l’évocation de ses soldats et de l’effort fiscal à venir : ce discours, très vraisemblablement, est encore moins susceptible de convaincre ; à ce propos, Cassius Dion affirme d’ailleurs quelques chapitres avant ce discours que c’est parce que César a toujours pris soin de proposer des avantages matériels qu’il a réussi à convaincre certains soldats du camp opposé de le rejoindre, quand les partisans de Pompée se contentaient de belles paroles générales et de ce fait peu efficaces[68].

***

Le discours de César au Sénat au lendemain de Thapsus, par une construction plutôt maladroite et une composition semble-t-il peu soignée, paraît donc fort peu susceptible de convaincre, pas plus qu’il ne semble capable de séduire par son esthétique ; cela conduit à une représentation étrange d’un César à l’apogée de son pouvoir mais impuissant comme orateur. L’éclairage de son insertion dans la matière narrative et des échos à cet autre discours narrativisé du vainqueur de Pompée accentue encore ce sentiment : Dion semble mettre en scène l’éclosion paradoxale d’une parole inaudible. C’est pour cette raison que la lecture qu’en propose R. Étienne nous semble à compléter. Indépendemment de la conception politique que l’on prête au sénateur de l’époque sévérienne Cassius Dion, ce qui semble se jouer dans ce texte est une représentation de la monarchie césarienne : l’historien donne à voir un César qui sort vainqueur des guerres civiles mais ne parvient pas, finalement, à gagner la paix, car il échoue à désamorcer les inquiétudes – fondées ou non – des sénateurs et du peuple romain à son égard. C’est la raison pour laquelle Cassius Dion adopte un procédé d’écriture pour le moins étonnant : il compose un discours de César, au style direct, pour mettre un scène cet échec politique : celui de César orateur – bientôt celui de César dictateur.

 

Bibliographie indicative

Bellissime, « Fiction et rhétorique dans les prosopopées de l’Histoire romaine : les marges de liberté de l’historien », p. 363-77

– , Édition, traduction et commentaire de Cassius Dion, Histoire romaine, livres 52 et 53, thèse de doctorat soutenu le 9 juillet 2013 ; non publié, Université Bordceaux-Montaigne,

Coudry, « Contexte d’énonciation et vocabulaire politique : le cas de César », Cassius Dion : nouvelle lectures, p. 509-517.

Dangel, « Stratégies de parole dans le discours indirect de César (De bello gallico) : étude syntaxico-stylistique ». Mélanges M. Lavency, 1995, p. 95-113.

Étienne, Jules César, Paris, Fayard, 1997.

Fantham, « Caesar as an intellectual », A companion to Julius Caesar, M. Griffin (ed.), Oxford, 2009.

S. Kraus, « Reden und Schweigen in Caesars Bellum Gallicum ». Acting with words, 2010, p. 9-30.

Millar, A study of Cassius Dio, Oxford, Clarendon Press, 1964.

F. Newbold, « Cassius Dio and the Games », L’Antiquité classique, 44.2, 1975, p. 589-604

Rambaud, « César et la rhétorique : à propos de Cicéron (Brutus, 261-262) », Autour de César, 1987, Lyon, p. 497-515.

Notes

[1]    Nous adressons nos vifs remerciements à Marion Bellissime qui a bien voulu relire ce propos avant sa mise en ligne.

[2]    E. Meier, Caesars monarchie und das principat des Pomejus, Stuttgart, Berlin, 1922.

[3]    Voir infra, texte cité p. 11 et note 49.

[4]    Il ne reste cependant que quatorze titres de discours de César, répertoriés dans H. Malcovati, Oratorum Romanorum Fragmenta Liberae Rei Publicae, Corpus Scriptorum Latinorum Paravianum, Turin, Paravia, 1955, n°221, C. Iulius Caesar, pp. 383-397.

[5]    Dans le Brutus (252 ; 261) de Cicéron, Atticus souligne l’elegentia des discours de César et l’usage des oratoria ornamenta. On trouve des qualificatifs semblables chez Salluste (Cat. 54, 1), Quintilien (Inst. Or. 10, 1, 114), Tacite (dial. 21, 5-6 et 25, 3 ; ann. 13, 3), Pline le jeune (Lettres 1, 20, 4), Suétone (Caes. 21, 5 et 25, 3), Plutarque (Caes. 3, 2 et 7, 8 ; Cat. min. 22, 5), Fronton (p. 117, 14), Aulu-Gelle (19, 8, 3), Apulée (apol. 95, 5) et Appien (BC II, 10 ; voir infra note 16 p. 3). Voir M. Rambaud, « César et la rhétorique : à propos de Cicéron (Brutus, 261-262) », Autour de César, 1987, Lyon, p. 497-515.

[6]    Plutarque (César, 55, 1) mentionne simplement que César adresse un discours au peuple, et dont la tonalité semble toute différente : Ἀλλὰ γὰρ ὡς ἐπανῆλθεν εἰς Ῥώμην ἀπὸ Λιβύης, πρῶτον μὲν ὑπὲρ τῆς νίκης ἐμεγαληγόρησε πρὸς τὸν δῆμον, ὡς τοσαύτην κεχειρωμένος χώραν, ὅση παρέξει καθ’ ἕκαστον ἐνιαυτὸν εἰς τὸ δημόσιον σίτου μὲν εἴκοσι
μυριάδας Ἀττικῶν μεδίμνων, ἐλαίου δὲ λιτρῶν μυριάδας τριακοσίας. (« Revenu de Libye à Rome, César prononça d’abord devant le peuple un discours où il exaltait sa victoire, disant notamment que les pays conquis étaient assez grands pour fournir chaque année à l’État deux cent mille médimnes attiques de blé et trois millions de livres d’huile. » [Trad. CUF]).

[7]    F. Millar, A study of Cassius Dio, Oxford, Clarendon Press, 1964, p. 80-81.

[8]    R. Étienne, « Le César de Dion Cassius », Jules César, Paris, Fayard, 1997, p. 235-9.

[9]    M. Coudry, « Contexte d’énonciation et vocabulaire politique : le cas de César », Cassius Dion : nouvelle lectures, p. 509-517.

[10]  C. Meier, Caesar : a biography. D. McLintock (trad.), 1982, p. 442 : « After his return [de l’expédition en Afrique, donc après Thapsus], Casar made conciliatory speeches to the Senate and peoble. They should have no anxieties : he did no wish to set up a tyranny, but to consult with the senators. He did in fact consult with them, but not very often. » Nous n’avons eu accès qu’à la traduction anglaise de cet ouvrage rédigé en allemand. Peut-être l’ouvrage original contient-il plus d’informations pouvant étayer cette représentation.

[11]  On trouve des discours, rapportés au style indirect, de César au Sénat chez César (BC I, 32 et III, 73). Le même procédé est utilisé à de très nombreuses reprises concernant des contiones.

[12]  Ils sont en revanche bien plus nombreux ; parmi eux, l’un des plus célèbre et le discours à ses soldats à Plaisance, qui se trouve chez Appien (BC II, 47) et Cassius Dion (41, 27-35). On trouve chez Appien un discours à ses troupes à Brindes en 48 a. C. (BC II, 53 ; chez César BC III, 6-7), et l’évocation du célèbre discours sur le champs de Mars en 47 a. C., dans lequel César aurait appelé ses soldats quirites (II, 93).

[13]  Salluste, Cat. 51. Ce discours ample et mesuré est construit selon les règles habituelles de la rhétorique classique.

[14]  Plutarque, Caton d’Utique 22, 5.

[15]  Plutarque, César, 7, 7-9.

[16]  Appien, BC II, 10 : Δεινὸς δ’ ὢν ὁ Καῖσαρ ὑποκρίνεσθαι, λόγους ἐν τῇ βουλῇ περὶ ὁμονοίας διέθετο πρὸς Βύβλον… « Mais César, qui était extraordinairement doué pour la scène, prononça un discours au Sénat sur sa bonne entente avec Bibulus, affirmant qu’ils causeraient du tort à l’État s’ils étaient en désaccord » [trad. J.-I. Combes-Dounous, 1994]. Ce discours est sensé se tenir en 59 a. C., date à laquelle César partage le consulat avec Bibulus.

[17]  41, 15, 2 – 16, 1. Voir p. 15 et note 60 et suivantes.

[18]  La bibliographie est également en trompe-l’oeil : de très nombreuses études évoquent César et la rhétorique, mais la plupart traitent, dans une optique historico-littéraire, des discours de César chez César ou de leur style, ou bien, dans une optique historique, de la formation rhétorique de César. Voir bibliographie.

[19]  H. S. Reimar, Τῶν Διίωνος τοῦ Κασσίου τοῦ Κοκκηιανοῦ Ῥωμαϊκῶν ἱστοριῶν τὰ σωζόμενα, Cassii Dionis Cacceiani Historiae quae supersunt, 2 vol., 1750-2.

[20]  I. Bekker, Cassii Dionis Cocceiani Rerum romanarum libri octaginta, ab Immanuele Bekkero recogniti, Leipzig, Weidmann, 1849 ; U. P. Boissevain, Cassii Dionis Cocceiani historiarum Romanarum quae supersunt, 3 vols., Berlin, Weidmann, 1895-1901.

[21]  Aussi avons-nous fait le choix de ne pas suivre l’interprétation de Boissevain, héritée de Reimar, dans notre édition des livres 43 et 44 de l’Histoire romaine de Cassius Dion, qui constitue notre thèse de doctorat.

[22]  Concernant les discours dans l’Histoire romaine, voir la monographie Cassius Dion : nouvelles lectures [à paraître] et plus particulièrement M. Bellissime, « Fiction et rhétorique dans les prosopopées de l’Histoire romaine : les marges de liberté de l’historien », p. 363-77.

[23]  Onze chapitres pour son discours au Sénat suite à l’assassinat de César en (44, 23-33) et trente pour son discours au Sénat contre Antoine (45, 18-47), les deux en 44 a. C.

[24]  38, 18-29.

[25]  Il adresse une harangue à ses soldats à la veille d’Actium en 31 a. C. (50, 16-22).

[26]  Voici la liste de ses discours : discours d’Octavien au Sénat de janvier 27 a. C. (53, 3-10), discours d’Auguste au Sénat au moment de la loi Pappia-Poppaea en 9 p. C. (56, 2-9), sans compter le dialogue Auguste-Livie en réaction à la conjuration de Cinna en 5 p. C. (55, 14-21). Sur le plan rhétorique, Auguste semble faire miroir à Cicéron, bien que ses discours soient plus brefs que ceux de ce dernier : Cassius Dion compose deux discours au Sénat et un dialogue avec un interlocuteur pour ces deux personnages.

[27]  43, 15, 3-4 : μὴ μέντοι μηδ’ ὅτι καὶ Μάριος καὶ Κίννας καὶ Σύλλας, οἵ τε ἄλλοι πάντες ὡς εἰπεῖν ὅσοι πώποτε τοὺς ἀντιστασιάσαντάς σφισιν ἐκράτησαν, ἐν μὲν ταῖς ἐπιχειρήσεσι τῶν πραγμάτων πολλὰ καὶ φιλάνθρωπα καὶ εἶπον καὶ ἔπραξαν, ἐξ ὧν οὐχ ἥκιστα προσαγαγόμενοί τινας μάλιστα μὲν συμμάχοις αὐτοῖς, εἰ δὲ μή, οὐκ ἀνταγωνισταῖς γε ἐχρήσαντο, νικήσαντες δὲ καὶ ἐγκρατεῖς ὧν ἐπεθύμουν γενόμενοι πολὺ τἀναντία ἐκείνων καὶ λόγῳ καὶ ἔργῳ ἔπραξαν, καὶ ἐμέ τις ὑπολάϐῃ τὸ αὐτὸ τοῦτο ποιήσειν. (« Certes, Marius, Cinna, Sylla, et pour ainsi dire tous ceux qui ont jamais triomphé de leurs adversaires lors de guerres civiles, ont dit et fait beaucoup de bonnes choses au début de leur carrière, ce qui leur a valu d’attirer à eux un nombre considérable de gens, dont ils ont obtenu généralement le soutien actif, ou, à défaut, une absence d’hostilité mais, une fois vainqueurs et maîtres de ce à quoi ils avaient aspiré, ils se sont comportés de manière diamètralement opposée, en paroles comme en actes. Mais moi, que personne n’aille imaginer que je vais faire de même ! »). La traduction que nous utilisons pour les livres 43 et 44 est la nôtre ; elle servira de base de travail à notre édition de ces livres. Pour les autres livres, nous utilisons logiquement la traduction de la C.U.F.

[28]  Les grands imperatores de la période républicaine sont régulièrement repris pour leur aspect paradigmatique dans les discours que l’on trouve dans l’Histoire romaine ; aussi Agrippa et Mécène les évoquent (52, 13, 2 ; 52, 17, 3). Tibère, dans l’oraison funèbre qu’il adresse à Auguste, réutilise ces exempla pour montrer qu’Auguste les a surpassé. Ces imperatores deviennent des exempla utilisés et réutilisés selon les besoins du discours. Voir à ce propos M. Bellissime, Édition, traduction et commentaire de Cassius Dion, Histoire romaine, livres 52 et 53, thèse de doctorat soutenu le 9 juillet 2013 ; non publié, Université Bordceaux-Montaigne, « Introduction ». Il n’est donc pas étonnant qu’ici, César les utilise pour donner du crédit à son propos.

[29]  43, 15, 5 : οὔτε γὰρ ἄλλως πως πεφυκὼς ἔπειτα τὸν μὲν ἔμπροσθε χρόνον προσποιητῶς ὑμῖν ἐνωμίλησα, νῦν δέ, ὅτι ἔξεστιν, ἀσφαλῶς θρασύνομαι· οὔτ’ αὖ ὑπὸ τῆς πολλῆς εὐπραγίας ἐξῆγμαι καὶ τετύφωμαι ὥστε καὶ τυραννῆσαι ὑμῶν ἐπιθυμῆσαι. (« En effet, il n’est pas vrai que dans mes relations avec vous, jusqu’à présent, j’aie dissimulé ma véritable nature, et que maintenant, parce que c’est possible et sans danger pour moi, je m’y laisse aller ; il n’est pas vrai non plus que mes nombreux succès aient provoqué chez moi une exaltation et un aveuglement tels que je désire vous gouverner en tyran. »)

[30]  Par exemple en 43, 16, 2 : τίς μὲν γὰρ πλείω καὶ μείζω τινὰς εὖ ποιεῖν ὀφείλει τοῦ μάλιστα δυναμένου ; τίς δὲ ἧττον ἐξαμαρτάνειν τοῦ πλεῖστον ἰσχύοντος ; τίς εὐϐουλότερον τοῖς ἐκ τοῦ δαιμονίου δοθεῖσι χρῆσθαι τοῦ τὰ μέγιστα παρ’ αὐτοῦ λαϐόντος ; τίς ὀρθότερον τὰ παρόντα ἀγαθὰ μεταχειρίζεσθαι τοῦ πλεῖστά τε ἔχοντος καὶ μάλιστα περὶ αὐτῶν μὴ καὶ ἀπόληται φοϐουμένου ; (« Car qui, plus que celui qui détient le pouvoir le plus élevé, se doit d’apporter les bienfaits les plus nombreux et les plus grands ? Qui, plus que celui qui détient la plus grande puissance, se doit de commettre le moins d’erreurs ? Qui se doit d’user des dons accordés par les dieux avec plus de prudence, sinon celui qui d’eux en a reçu les plus grands ? Qui se doit d’administrer les biens présents de la manière la plus droite, sinon celui qui en possède le plus grand nombre et qui craint le plus de les perdre ? »)

[31]  43, 17, 2 : …νῦν τε πολὺ μᾶλλον προθυμήσομαι μετὰ πάσης ἐπιεικείας οὐ μὰ Δί’ οὐ δεσπόζειν ὑμῶν ἀλλὰ προστατεῖν, οὐδὲ τυραννεύειν ἀλλ’ ἡγεμονεύειν, πρὸς μὲν τἆλλα πάνθ’ ὅσα ὑπὲρ ὑμῶν δεῖ πράττειν καὶ ὕπατος καὶ δικτάτωρ, πρὸς δὲ δὴ τὸ κακῶς ποιῆσαί τινα ἰδιώτης ὤν. (« …et désormais j’aurai bien plus à cœur, comme la convenance l’exige parfaitement, non pas – par Jupiter ! – d’être votre maître, mais votre guide, et non pas d’agir en tyran, mais en chef, puisque, pour absolument tous les actes qu’il faut accomplir en votre faveur, je serai consul et dictateur, mais simple particulier si je fais du tort à quelqu’un. »)

[32]  43, 17, 4-6 : …ὥστε θαρσούντως, ὦ πατέρες, οἰκειωθῶμεν, ἐκλαθόμενοι μὲν πάντων τῶν συμϐεϐηκότων ὡς καὶ ἀνάγκῃ τινὶ δαιμονίᾳ γεγονότων, ἀρξάμενοι δὲ ἀνυπόπτως ἀλλήλους καθάπερ τινὰς καινοὺς πολίτας φιλεῖν, ἵν’ ὑμεῖς τε ὡς πρὸς πατέρα με προσφέρησθε, τὴν μὲν πρόνοιαν τήν τε κηδεμονίαν τὴν παρ’ ἐμοῦ καρπούμενοι, τῶν δὲ δυσχερεστέρων μηδὲν φοϐούμενοι, καὶ ἐγὼ ὡς παίδων ὑμῶν ἐπιμελῶμαι, πάντα μὲν τὰ κάλλιστα ἀεὶ γίγνεσθαι ὑφ’ ὑμῶν εὐχόμενος, φέρων δὲ ἀναγκαίως τὰ ἀνθρώπινα, καὶ τοὺς μὲν ἀγαθοὺςταῖς προσηκούσαις τιμαῖς ἀγάλλων, τοὺς δὲ λοιποὺς ἐπανορθῶν καθ’ ὅσον ἐνδέχεται. (« Faisons-nous donc confiance, Sénateurs, dans nos relations, en effaçant d’abord le souvenir de tous ces événéments passées survenus comme sous le coup de quelque divinité, et en commençant ensuite à avoir des liens d’amitiés les uns pour les autres, sans se soupçonner, comme si nous étions de nouveaux citoyens, afin que de votre côté vous vous conduisisez envers moi comme à l’égard d’un père, profitant de ma prévoyance et de ma sollicitude, tout en ayant rien de plus déplaisant à redouter, et que de mon côté je prenne soin de vous comme de mes enfants, en priant que vous ne soyez les intsigateurs que de ce qu’il y a de plus beau, tout en supportant toutefois les nécessités de la nature humaine, c’est-à-dire en décorant les bons citoyens d’honneurs correspondant à leur nature, mais en remettant les autres sur le droit chemin autant qu’il est possible. »)

[33]  43, 17, 3-4 : …πῶς μὲν γὰρ < ἂν > ἀποκτείναιμί τινα ὑμῶν τῶν μηδέν με ἠδικηκότων ὁ μηδένα μὲν τῶν ἀντιπραξαμένων μοι φθείρας, εἰ καὶ τὰ μάλιστα προθύμως τἆλλά τισι κατ’ ἐμοῦ προσήραντο, πάντας δὲ καὶ τοὺς ἅπαξ ἀντικαταστάντας μοι ἐλεήσας καὶ πολλοὺς καὶ τῶν δεύτερον ἀντιμαχεσαμένων σώσας ; πῶς δ’ ἂν μνησικακήσαιμί τισιν ὁ καὶ τὰ γράμματα, ὅσα καὶ παρὰ τῷ Πομπηίῳ καὶ παρὰ τῷ Σκιπίωνι ἀπόρρητα εὑρέθη, μήτ’ ἀναγνοὺς μήτ’ ἐκγραψάμενος ἀλλ’ εὐθὺς κατακαύσας ;… (« Car comment pourrais-je mettre à mort l’un d’entre vous, qui ne m’avez causé aucun tort, moi qui n’ai fait tuer aucun de ceux qui ont agi contre moi – même s’ils avaient du reste porté leur soutien avec un très grand zèle à certains qui s’étaient dressés contre moi – et, au contraire, qui ai eu pitié de tous ceux qui s’étaient une fois opposés à moi et qui ai sauvé bon nombre de ceux qui ont combattu contre moi même deux fois ? Comment pourrais-je éprouver de la rancune envers eux, alors que toutes les lettres qui étaient conservées secrètement chez Pompée et chez Scipion et que l’on a trouvées, je ne les ai pas même lues, ni même recopiées, mais je les ai brûlées aussitôt ?… »)

[34]  43, 18, 1 : μὴ μέντοι μηδὲ τοὺς στρατιώτας δείσητε, μηδ’ ἄλλο τι αὐτοὺς ἢ φύλακας τῆς τε ἐμῆς ἀρχῆς καὶ τῆς ὑμετέρας ἅμα νομίσητε εἶναι· τρέφεσθαι μὲν γάρ σφας ἀνάγκη πολλῶν ἕνεκα, τραφήσονται δὲ οὐκ ἐφ’ ὑμᾶς ἀλλ’ ὑπὲρ ὑμῶν, τοῖς τε διδομένοις ἀρκούμενοι καὶ τοὺς διδόντας αὐτὰ ἀγαπῶντες. (« Ne craignez rien, pas même mes soldats ! Et n’allez pas penser qu’ils sont autre chose que des gardiens de mon pouvoir tout autant que du vôtre. Il est nécessaire de subvenir à leur besoins pour bien des raisons, mais l’on subviendra à leurs besoins non contre vous mais dans votre intérêt, car non seulement ils se satisfairont de ce qu’on leur donnera, mais en outre ils seront reconnaissants envers ceux qui le leur auront donné. »)

[35]  Le texte de Dion est cohérent car troupes et argent sont déjà présentés comme les fondements du pouvoir de César (42, 49, 4). Ces deux fondements seront aussi ceux du pouvoir d’Auguste (53, 16, 1).

[36]  43, 18, 2-4 : διὰ γὰρ τοῦτο καὶ τὰ χρήματα ἐπὶ πλεῖον τοῦ συνήθους εἰσπέπρακται, ἵνα τό τε στασιάσαν ἅμα σωφρονισθῇ καὶ τὸ κεκρατηκὸς αὐτάρκη τροφὴν λαϐὸν μὴ στασιάσῃ. οὐ γάρ που καὶ ἰδίᾳ τι αὐτῶν ἀποκεκέρδαγκα, ὅς γε πάντα μὲν τὰ ὑπάρχοντά μοι, πολλὰ δὲ καὶ δεδανεισμένος προσανάλωκα ὑμῖν· ἀλλ’ ὁρᾶτε ὅτι τὰ μέν τινα αὐτῶν ἐς τοὺς πολέμους δεδαπάνηται, τὰ δὲ καὶ ὑμῖν τετήρηται, ἀφ’ ὧν ἥ τε πόλις κοσμηθήσεται καὶ τὰ λοιπὰ διοικηθήσεται. ὥστε τὸ μὲν ἐπίφθονον τῆς εἰσπράξεως αὐτὸς ἀνεδεξάμην, τῆς δ’ ὠφελείας κοινῇ πάντες ἀπολαύσετε, τά τε ἄλλα καὶ ἐν ταῖς στρατείαις · τῶν τε γὰρ ὅπλων ἀεὶ ἡμῖν δεῖ, ἐπειδὴ μὴ οἷόν τέ ἐστιν ἄνευ αὐτῶν πόλιν τε τηλικαύτην οἰκοῦντας καὶ ἀρχὴν τοσαύτην ἔχοντας ἀσφαλῶς ζῆσαι, καὶ ἡ περιουσία τῶν χρημάτων καὶ ἐκεῖνα ἰσχυρῶς ὠφελεῖ. (« C’est en effet pour cette raison que les sommes d’argent exigées sont plus élevées que d’ordinaire : cela permet à la fois que l’élément qui avait été séditieux s’apaise et que l’élément victorieux, puisqu’il reçoit une subsistance suffisante, ne devienne pas séditieux. Car bien entendu, je n’ai pas tiré profit de cet argent sur le plan privé, moi justement qui ai dépensé pour vous tout ce que j’avais et qui ai même emprunté beaucoup d’argent.  Mais comprenez bien qu’une partie de cet argent a été utilisée contre les ennemis, tandis que l’autre a été conservée pour vous et permettra d’embellir la ville et d’administrer le reste des affaires. Ainsi ai-je pris sur moi l’aspect odieux du prélèvement d’impôt, tandis que vous tirerez collectivement jouissance de l’avantage qu’il suscitera, et tout particulièrement dans les campagnes militaires. De fait nous avons toujours besoin d’armes, puisque sans elles il ne nous est pas possible, à nous qui vivons dans une si grande cité et qui détenons un si grand pouvoir, de vivre en sécurité ; et dans ce domaine aussi l’abondance de richesses est une aide puissante. »)

[37]  43, 18, 5 : μὴ μέντοι καὶ ὑποπτεύσῃ τις ὑμῶν ὅτι ἢ τῶν πλουσίων τινὰ λυπήσω <ἢ> καὶ τέλη τινὰ καινὰ καταστήσω· τοῖς τε γὰρ παροῦσιν ἀρκεσθήσομαι, καὶ προθυμήσομαι συνευπορῆσαί τι μᾶλλον ὑμῖν ἢ διὰ χρήματά τινα ἀδικῆσαι. (« Qu’aucun d’entre vous, toutefois, n’aille soupçonner que je vais causer du tort à un homme riche ou instituer de nouveaux impôts, car je me contenterai des taxes présentes en ayant davantage à cœur d’apporter une contribution que de causer du tort à quelqu’un à cause de son argent. »)

[38]  Cf note 31 p. 6.

[39]  Cf note 33 p. 7.

[40]  43, 15, 7.

[41]  43, 16, 3.

[42]  Pour les références de ces propos, cf note 8 p. 2.

[43]  αῦτα δὲ οὐκ ἄλλως ἐφιλοσόφησα, ἀλλ’ ἵνα εἰδῆτε ὅτι οὐκ ἐς ἐπίδειξιν, οὐδ’ ἀπ’ αὐτομάτου νῦν προσπεσόντα αὐτά, ἀλλὰ ἀπ’ ἀρχῆς καὶ πρέπειν μοι καὶ συμφέρειν κρίνας καὶ φρονῶ καὶ λέγω, ὥσθ’ ὑμᾶς μὴ πρὸς τὸ παρὸν μόνον θαρσεῖν ἀλλὰ καὶ πρὸς τὸ μέλλον εὐέλπιδας εἶναι, ἐνθυμουμένους ὅτι, εἴπερ τι αὐτῶν ἐπλαττόμην, οὐκ ἂν ἀνεϐαλόμην ἀλλ’ ἤδη καὶ τήμερον ἐξέφηνα. (« Ces paroles, ce n’est pas en sophiste que je les ai tenues, mais afin que vous sachiez que ces mots, ce n’est pas pour la montre, ni par hasard qu’ils se sont trouvés dans mon discours, mais parce que je les pense et que je les dis après avoir jugé qu’ils étaient convenables et utiles pour moi ; aussi pouvez-vous non seulement prendre courage pour le présent, mais aussi être confiants dans l’avenir, en considérant que si j’avais menti sur un point, je n’aurais pas tardé davantage et j’aurais tombé le masque aujourd’hui à l’heure qu’il est. »)

[44]  Voir supra note 30 p. 6.

[45]  44, 23, 3 : …δυσχερὲς δ’ οὐδὲν ἀρχόμενος τῶν λόγων εἰπεῖν βούλομαι.

[46]  44, 35, 4.

[47]  Sont évoqués d’abord sa personnalité en tant qu’individu, en faisant état de sa famille (44, 37), de son éducation (44, 38) et de son caractère (44, 39), puis, après une transition (44, 40), sa carrière politique : sa préture en Espagne (44, 41), ses actions à Rome et ses conquêtes (44, 42-43), son rôle dans les guerres civiles (44, 44-45), l’enrichissement de Rome qu’il permit, notamment grâce à l’acquisition de l’Égypte (44, 46), son rôle de pacificateur au sortir des guerres civiles (44, 47). Avant la peroraison (44, 49), un rappel des titres de César est effectué (44, 48).

[48]  Le Sénat, selon Dion, a décrété quarante jours de sacrifices pour célébrer sa victoire, le droit de triompher sur un char tiré par des chevaux blancs, le titre de préfet aux mœurs, la dictature pour dix ans, le droit de s’assoir au Sénat sur la chaise curule et de toujours donner son avis en premier, l’érection d’une statue de César en bronze au Capitole et l’inscription, dessus, de son nom à la place de celui de Catulus.

[49]  43, 15, 1-2 : « …Ces décrets étaient déjà votés quand César arriva à Rome. Quand il vit que les gens craignaient son pouvoir et se méfiaient de ses intentions, qu’ils s’attendaient par conséquent à subir de nombreux malheurs, comme ceux, je suppose, qui s’étaient produits naguère ; et que, pour cette raison, ils lui avaient voté, par flatterie et non par bienveillance, des honneurs excessifs, il chercha à leur rendre confiance et espoir en prononçant au Sénat le discours suivant… »

[50]  43, 16, 3 : « Car le succès perdure, s’il s’accompagne de sagesse et la puissance, si on l’exerce avec mesure, préserve tout les acquis et – c’est là le plus important et le plus rare chez ceux qui réussissent sans user de vertu – ces comportements valent à ceux qui les adoptent d’être aimés sincèrement au cours de leur vie et d’être loués véritablement une fois mort, tandis que celui qui use de son pouvoir sans restriction et dans toutes les situations, ne trouve jamais ni bienveillance sincère ni sécurité authentique, mais reçoit en public de feintes flatteries… Car celui qui ne contrôle pas sa propre puissance, tous – et surtout ceux qui le fréquentent le plus – éprouvent à son encontre méfiance et crainte »

[51]  Il faut noter un chiasme dans cette description du mauvais monarque par César et dans le passage introduisant le discours de celui-ci : …τήν τε δύναμιν αὐτοῦ φοϐουμένους καὶ τὸ φρόνημα ὑποτοπουμένους… τιμὰς κολακείᾳ ἀλλ’ οὐκ εὐνοίᾳ ἐψηφισμένους… (43, 15, 1) /  οὔτε εὔνοιαν ἀληθῆ οὔτ’ ἀσφάλειαν ἀκριϐῆ… πλαστῶς κολακεύεται… ὑποπτεύουσι καὶ φοϐοῦνται… (43, 16, 3-4). Ce chiasme renforce notre idée d’une stratégie d’écriture délibérée de la part de Dion et nous permets de penser que contrairement à ce qu’affirment les éditeurs précédents, il n’y a pas de lacune à cet endroit du texte. L’argumentation peut se comprendre sans avoir à faire l’hypothèse d’une lacune ; le γάρ introduit la cause du fait que les mauvais monarques ne suscitent pas la bienveillance et ne sont pas en sécurité : c’est parce qu’on se méfie d’eux et qu’on les craint.

[52]  43, 18, 6 : « Voilà quelles furent les paroles que César prononça au Sénat puis devant le peuple ; ainsi, il apaisa dans une certaines mesures les craintes, mais fut incapable de persuader de reprendre totalement confiance tant qu’il n’aurait pas confirmé ces annonces par des actes. »

[53]  44, 34, 1 : Κικέρων μὲν τοιαῦτα εἰπὼν ἔπεισε τὴν γερουσίαν μηδένα μηδενὶ μνησικακῆσαι ψηφίσασθαι… (« Cicéron par ces paroles réussit à persuader le Sénat de voter que personne ne rappelle le souvenir des blessures du passé »

[54]  44, 50, 1 : τοιαῦτα τοῦ Ἀντωνίου λέγοντος ὁ δῆμος τὰ μὲν πρῶτα ἠρεθίζετο, ἔπειτα δὲ ὠργίζετο, καὶ τέλος οὕτως ἐφλέγμηνεν ὥστε τούς τε φονέας αὐτοῦ ζητεῖν καὶ τοῖς ἄλλοις βουλευταῖς ἐγκαλεῖν, ὅτι οἱ μὲν ἀπέκτειναν οἱ δὲ ἐπεῖδον ἀποθνήσκοντα ἄνδρα ὑπὲρ οὗ δημοσίᾳ κατ’ ἔτος εὔχεσθαι ἐψηφίσαντο, καὶ οὗ τήν τε ὑγίειαν τήν τε τύχην ὤμνυσαν, καὶ ὃν ἐξ ἴσου τοῖς δημάρχοις ἄσυλον ἐπεποιήκεσαν… (« Pendant qu’Antoine tenait un semblable discours, le peuple fut tout d’abord piqué, puis il se mit en colère et pour finir s’enflamma, si bien qu’il partit à la recherche des assassins de César et porta des accusations contre les sénateurs, disant que les uns étaient des meurtriers et que les autres avaient regardé mourir un homme pour qui ils avaient voté chaque année des prières publiques, à qui ils avaient juré Santé ainsi que Fortune par serments, et qu’ils avaient rendu sacré au même titre que les tribuns de la plèbe… »)

[55]  On peut ajourter également un troisième éclairage : celui du discours d’Auguste en 27 (53, 3-10) qui réussit précisement là où César a échoué – des allusions à César sont d’ailleurs exprimées (53, 6, 4 et 7, 3).

[56]  43, 19 : μετὰ δὲ δὴ τοῦτο τά τε ἄλλα λαμπρῶς, ὥσπερ εἰκὸς ἐπί τε τοσαύταις καὶ τηλικαύταις ἅμα νίκαις ἦν, ἐποίει, καὶ τὰ ἐπινίκια τῶν τε Γαλατῶν καὶ τῆς Αἰγύπτου τοῦ τε Φαρνάκου καὶ τοῦ Ἰόϐου τετραχῇ χωρὶς τέσσαρσιν ἡμέραις ἔπεμψε. καὶ τὰ μὲν ἄλλα ηὔφρανέ που τοὺς ὁρῶντας, ἡ δ’ Ἀρσινόη ἡ Αἰγυπτία (καὶ γὰρ ἐκείνην ἐν τοῖς αἰχμαλώτοις παρήγαγε) τό τε πλῆθος τῶν ῥαϐδούχων καὶ τὰ ἀπὸ τῶν πολιτῶν τῶν ἐν τῇ Ἀφρικῇ ἀπολωλότων πομπεῖα δεινῶς αὐτοὺς ἐλύπησεν. ὅ τε γὰρ ἀριθμὸς ὁ τῶν ῥαϐδούχων ἐπαχθέστατόν σφισιν ὄχλον, ἅτε μήπω πρότερον τοσούτους ἅμα ἑωρακόσι, παρέσχε· καὶ ἡ Ἀρσινόη γυνή τε οὖσα καὶ βασιλίς ποτε νομισθεῖσα ἔν τε δεσμοῖς, ὃ μηπώποτε ἔν γε τῇ Ῥώμῃ ἐγεγόνει, ὀφθεῖσα πάμπολυν οἶκτον ἐνέϐαλε, κἀκ τούτου ἐπὶ τῇ προφάσει ταύτῃ καὶ τὰ οἰκεῖα πάθη παρωδύραντο. Οὐ μὴν ἀλλ’ ἐκείνη μὲν διὰ τοὺς ἀδελφοὺς ἀφείθη, ἄλλοι δὲ καὶ ὁ Οὐερκιγγετόριξ ἐθανατώθησαν. (« Ensuite, il organisa des festivités éclatantes, comme il convenait naturellement pour de si importantes et nombreuses victoires, et parmi ces festivités se distinguait tout particulièrement le triomphe qu’il célébra sur quatre jours, en quatre temps distincts, sur les Gaulois et sur l’Égypte, sur Pharnace et sur Juba. Tout cela, me semble-t-il, réjouit les spectateurs. En revanche, la vision de l’égyptienne Arsinoé – César la fit défiler parmi les prisonniers de guerre –, celle la foule des licteurs et celle des ornements triomphaux pris aux citoyens romains morts en Afrique fut pour eux un spectacle terriblement douloureux. En effet, le nombre de licteurs leur apparut comme une très pesante multitude car auparavant ils n’en avaient jamais vus autant en même temps et la vue d’Arsinoé enchaînée, une femme, jadis considérée comme une reine – chose qui, du moins à Rome, n’était jamais arrivée –, inspira à chacun une immense pitié. Et à la suite à cela c’est sous couvert de ce prétexte qu’ils se lamentaient aussi de leurs propres malheurs. Si elle fut néanmoins relâchée grâce à l’aide de ses frères, d’autres, comme Vercingétorix, furent mis à mort. »)

[57]  À ce sujet, voir R. F. Newbold, « Cassius Dio and the Games », L’Antiquité classique, 44.2, 1975, p. 589-604. Cet article recense tous les passage consacrés aux jeux du cirques dans l’Histoire romaine et montre que, lorsqu’il est exclicitement exprimé, l’opinion de Cassius Dion sur les jeux et les dépenses qu’ils impliquent est presque toujours dépréciatif.

[58]  43, 24, 1-2 : ἔσχε μὲν οὖν καὶ ἐπὶ τῷ πλήθει τῶν φονευομένων αἰτίαν, ὅτι μήτ’ αὐτὸς διακορὴς σφαγῶν ἐγεγόνει καὶ τῷ δήμῳ τὰς τῶν οἰκείων κακῶν εἰκόνας ἐπεδείκνυε, πολὺ δὲ δὴ μείζω ὅτι ἀμύθητα χρήματα ἐς πάντα ἐκεῖνα ἀνάλωσεν, ὡς καὶ καθ’ ἑκάτερον ἐπιϐοᾶσθαι, καὶ ὅτι ἀδίκως αὐτῶν τὰ πλείω συνελέξατο, καὶ ὅτι ἐς τὰ τοιαῦτα αὐτοῖς κατεχρήσατο. ἓν γάρ τι τῆς πολυτελείας τῆς τότε γενομένης ἐχόμενον εἰπὼν καὶ τἆλλα δι’ αὐτοῦ πάντα σημανῶ. Ἵνα γὰρ μηδένα τῶν θεωμένων ὁ ἥλιος λυπήσῃ, παραπετάσματα ὑπὲρ αὐτῶν σηρικά, ὥς γέ τινές φασιν, ὑπερεπέτασεν. τοῦτο δὲ τὸ ὕφασμα χλιδῆς βαρϐάρου ἔργον ἐστί, καὶ παρ’ ἐκείνων καὶ πρὸς ἡμᾶς ἐς τρυφὴν τῶν πάνυ γυναικῶν περιττὴν ἐσπεφοίτηκεν. (« Dans ces conditions, on reprocha également à César le grand nombre de personnes assassinées, de n’être pas rassasié de sang et d’exhiber au peuple des représentations de ses propres malheurs. Mais on lui reprocha bien plus encore d’avoir dépensé pour toutes ces festivités des sommes d’argent indiciblement élevées. En conséquence, César était décrié pour deux raisons : parce qu’il avait assemblé la plupart de ces sommes de façon injuste, et parce qu’il les avait utilisées à de pareils desseins. Si je mentionne une seule anecdote, révélatrice de l’etravagance qui était la sienne à ce moment-là, je donnerai alors une idée de tout le reste. Pour qu’aucun des spectateurs ne soit gêné par le soleil, César fit tendre au-dessus d’eux des voiles qui – certains l’affirment – étaient en soie. Ce type de toile est une confection du luxe barbare, importé de chez eux jusqu’à chez nous aussi pour satisfaire l’extrême raffinement des femmes de la haute société. »)

[59]  43, 34, 3 : ἐπ’ οὖν τούτοις οἱ μὲν ἄλλοι καὶ ἀνάγκῃ τὴν ἡσυχίαν ἦγον, οἱ δὲ δὴ στρατιῶται ἐθορύϐησαν… (« Sur ces sujets, donc, les civils restaient tranquilles, la nécessité l’exigeant, mais les soldats, eux, firent connaître leur mécontentement… »)

[60]  41, 15, 2-3 : « …et il fit un long discours, mesuré dans ses termes, pour amener les sénateurs à concevoir dans l’immédiat des dispositions favorables à son égard et, à plus long terme, de solides espoirs : comme il voyait qu’ils étaient fâchés de la tournure des événements et que la foule de ses soldats les rendait méfiants, il voulut trouver le moyen de les amadouer et de les apprivoiser, en quelque sorte, de façon que, de leur côté en tout cas, les choses fussent calmes jusqu’à ce qu’il terminât la guerre. » cf. note 49 p. 11.

[61]  41, 15, 4 : καὶ διὰ τοῦτ’ οὔτ’ ᾐτιάσατό τινα οὔτ’ ἠπείλησέ τινι οὐδέν, ἀλλὰ καὶ καταδρομὴν κατὰ τῶν πολεμεῖν πολίταις ἐθελόντων οὐκ ἄνευ ἀρῶν ἐποιήσατο, καὶ τὸ τελευταῖον πρέσϐεις ὑπέρ τε τῆς εἰρήνης καὶ ὑπὲρ τῆς ὁμονοίας σφῶν παραχρῆμα πρός τε τοὺς ὑπάτους καὶ πρὸς τὸν Πομπήιον πεμφθῆναι ἐσηγήσατο. (« Voila pourquoi il ne s’en prit à aucun d’entre eux ni ne prononça aucune menace ; au contraire, il fit une sortie à caractère imprécatoire contre ceux qui avaient choisi de faire la guerre à leurs concioyens et, en guise de péroraison, proposa que, sans plus attendre, on envoyât des ambassadeurs aux consuls et à Pompée pour défendre la paix et la concorde entre eux. »)

[62]  41, 16, 1 : τὰ δ’ αὐτὰ ταῦτα καὶ πρὸς τὸν δῆμον, καὶ αὐτὸν ἔξω τοῦ πωμηρίου συνελθόντα, εἰπὼν… («  Il répéta ce discours devant le peuple… »

[63]  41, 16, 3 : μεμνημένοι δὲ καὶ τὸν Μάριον τόν τε Σύλλαν, ὡς πολλὰ καὶ φιλάνθρωπα πολλάκις σφίσιν εἰπόντες οἷα ἀνθ’ οἵων ἔδρασαν… (« …les citoyens se souvenaient de Marius et de Sylla, de ces nombreux discours bienveillants souvent répétés et de ce quen lieu et place ils avaient fait… »)

[64]  41, 17, 2 : ἀντεῖπε μὲν οὖν πρὸς τὴν περὶ τῶν χρημάτων ἐσήγησιν Λούκιός τις Μέτελλος δήμαρχος, καὶ ἐπειδὴ μηδὲν ἐπέρανε, πρός τε τοὺς θησαυροὺς ἦλθε καὶ τὰς θύρας αὐτῶν ἐν τηρήσει ἐποιήσατο· σμι- κρὸν δὲ δὴ καὶ τῆς φυλακῆς αὐτοῦ, ὥσπερ που καὶ τῆς παρρησίας, οἱ στρατιῶται φροντίσαντες τήν τε βαλανάγραν διέκοψαν – τὴν γὰρ κλεῖν οἱ ὕπατοι εἶχον, ὥσπερ οὐκ ἐξόν τισι πελέκεσιν ἀντ’ αὐτῆς χρήσασθαι –  καὶ πάντα τὰ χρήματα ἐξεφόρησαν. (« S’était opposé à la proposition sur les fonds publics un tribun de la plèbe, un certain Lucius Metellus, et, comme il n’obtenait pas satisfaction, il se rendit au trésor et installa une garde à la porte ; mais les soldats se souciaient aussi peu de sa garde que de ses paroles insolentes : il firent sauter les verrous (c’était les consuls qui avaient la clé, comme si on ne pouvait utiliser des haches à sa place !) et firent main basse sur tous les fonds. »)

[65]  M. Coudry (art. cit.) montre que le terme de δυναστεία, à propos de César, est employé pour qualifier ses ambitions de pouvoir absolu.

[66]  41, 17, 1 :  « Les citoyens furent si loin de toucher, à ce moment-là du moins, l’argent que César leur avait promis qu’il leur fallut donner tout celui qu’il y avait notamment dans le trésor pour entretenir ces soldats qui les terrorisaient. »

[67]  41, 16, 1-4 : « …s’il espérait les appâter ainsi, eux se disaient que les sentiments et les actions des gens sont différents selon qu’ils désirent une chose ou qu’ils l’ont obtenue et qu’au début d’une entreprise ils ne lésinent pas sur les promesses les plus alléchantes à qui pourrait leur faire obstacle, mais que lorsqu’ils ont atteint leurs objectifs ils oublient tout cela et tournent les instruments du pouvoir contre ceux-là même grâce à qui ils les ont en mains ; les citoyens se souvenaient de Marius et de Sylla, de ces nombreux discours bienveillants souvent répétés et de ce qu’en lieu et place ils avaient fait ; et puis pour César, on voyait bien où il voulait en venir et on constatait qu’il avait beaucoup d’armes, partout dans la ville, et cela ne pouvait pas donner confiance dans les paroles ni rassurer ; au contraire, on tremblait encore de ce qui venait de se passer et on avait des doutes sur lui, d’autant que les ambassadeurs qui devaient négocier tout de suite la réconciliation avaient été désignés, mais n’étaient pas partis et qu’au contraire lorsqu’un jour Pison, son beau-père le lui avait rappelé, César lui en avait fait grief. »

[68]  43, 5 : Ἐν ᾧ δὲ ταῦτ’ ἐγίγνετο, ὁ Καῖσαρ ἐπείρασε μὲν πάντα τρόπον ἐς χεῖρας τὸν Σκιπίωνα ὑπαγαγέσθαι, μὴ δυνηθεὶς δὲ λόγους τε φιλίους ἐς τοὺς στρατιώτας αὐτοῦ καθῆκε καὶ βιϐλία βραχέα διέρριψεν, ὑπισχνούμενος δι’ αὐτῶν τῷ μὲν ἐπιχωρίῳ τά τε οἰκεῖα ἀκέραια τηρήσειν καὶ αὐτοὺς ἐλευθέρους ἀφήσειν, τῷ δὲ Ῥωμαίῳ τήν τε ἄδειαν καὶ τὰ γέρα ἃ καὶ τοῖς συνοῦσίν οἱ ὤφειλε δώσειν· καὶ συχνούς γε ἐκ τούτου προσεποιήσατο. Σκιπίων δὲ ἐπεχείρησε μὲν καὶ αὐτὸς καὶ βιϐλία καὶ λόγους ἐς τοὺς ἐναντίους ἐσϐαλεῖν ὡς καὶ σφετεριούμενός τινας, οὐ μέντοι καὶ μεταστῆσαι αὐτοὺς ἠδυνήθη, οὐχ ὅτι οὐκ ἂν καὶ τὰ ἐκείνου τινὲς ἀνθείλοντο, εἴπερ τι τῶν ὁμοίων ἐπηγγέλλετο, ἀλλ’ ὅτι ἆθλον μέν σφισιν οὐδὲν ὑπισχνεῖτο, τὸν δὲ δὴ δῆμον τὸν τῶν Ῥωμαίων τήν τε γερουσίαν ἄλλως ἐλευθερῶσαι αὐτοὺς παρεκάλει. καὶ οὕτως, ἐν ᾧ δὴ τὰ εὐπρεπέστερα τῷ λόγῳ μᾶλλον ἢ τὰ χρησιμώτερα τοῖς παροῦσιν ᾑρεῖτο, οὐδένα αὐτῶν ᾠκειώσατο. (« Pendant ce temps, César avait essayé par tous les moyens d’amener Scipion au combat, mais comme il n’y était pas arrivé, il envoya des messages d’amitié à l’intention des soldats de Scipion et fit diffuser des tracts dans lesquels il promettait aux indigènes de maintenir leurs possessions intactes et de leur laisser la liberté, et aux Romains de leur accorder l’amnistie et les mêmes marques d’honneurs que celles qu’il devait à ses hommes. Il en gagna vraiment beacoup à sa cause de cette manière. Scipion, lui aussi, se mit à expédier des tracts et des messages à ceux du camp d’en face, afin d’en attirer à lui quelques-uns, mais il ne réussit pas à les retourner en sa faveur : certains d’entre eux auraient pu préférer ses propositions, si elles avaient été à peu près équivalentes à celles de César, mais il ne leur promettait aucune récompense, se bornant à les exhorter à rendre la liberté au peuple romain et au Sénat. C’est ainsi que, pour avoir préféré mettre en avant le beau du point de vue du discours plutôt que l’utile du point de vue des circonstances, il ne s’en attacha aucun. »)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *