Séance 4 : Charles Guittard, « Éditer Tite-Live : les problèmes du livre IX »

Voici le texte de la quatrième séance du séminaire, qui a eu lieu le 07 janvier 2017, de 14h à 16h, dans la salle 1 du bâtiment Max Weber de l’Université Paris Nanterre.

L’orateur était Charles Guittard, de cette même université.

Editer Tite-Live : l’exemple du livre IX de l’Ab Vrbe condita.

Les 142 livres de l’Ab Vrbe condita posent des problèmes spécifiques dans la tradition manuscrite, ne serait-ce que de par leur nombre ; ces problèmes se sont posés à Tite-Live lui-même, dès la composition et dès la publication, par groupes de livres, de son œuvre, sous le principat d’Auguste. Tite-Live écrit à une époque qui voit le passage du volumen traditionnel, au codex. Même sur le plan stylistique, on assiste à une hésitation entre les accusatifs pluriels en –is et les accusatifs pluriels en –es.

En ce qui concerne la transmission de l’œuvre, les problèmes se posent décade par décade. Il ne subsiste que 35 livres de l’Histoire romaine qui, avec les fragments et les periiochae, ne nous a pas été transmise intégralement. Très vite, des résumés ont été nécessaires et se sont même substitués à l’œuvre.

La première décade (753-293) occupe, avec la troisième décade consacrée à la deuxième guerre punique, une place privilégiée. La troisième décade est parfois liée à la quatrième décade, avec des manuscrits communs. La cinquième décade est spécifique : les livres 41-45 ne nous sont connus que par un manuscrit. La cinquième décade n’a été connue qu’au XVIe siècle, avec les éditions de Froben.

On examinera successivement :

1/Les grandes étapes de l’histoire du texte.

2/Les manuscrits, décade par décade.

3/Les problèmes de la première décade et du livre IX au sein de cette décade ; .les manuscrits retenus pour le livre 9.

4/ Les problèmes spécifiques du livre 9.

***

I.- Les grandes étapes de l’histoire du texte.

Tite-Live n’a pas connu l’édition complète de son œuvre ; il est mort en achevant le livre 142, sur le récit de la mort de Drusus, frère de Tibère, en 9 av. J.-C. Le problème de la composition, de la publication, par ensemble de 10, de 5, voire de 15 livres, s’est posé dès la conception de l’ouvrage. On s’est même demandé s’il n’a pas différé la publication des livres concernant le principat.

Une allusion en 1, 19, 3 à la deuxième fermeture du temple de Janus, en 27, par Auguste (après 29, donc), avant la 3e fermeture en 25, a pu être insérée par l’auteur à l’occasion d’une réédition des cinq premiers livres, entre 27 et 25 (hypothèses de J. Bayet). Nous avons daté la rédaction du livre 8 circa 28-27. Une édition de la première décade peut se situer vers 25 avant notre ère. C’est une hypothèse sérieuse de travail. Mettant en relation l’excursus d’Alexandre et la restitution des enseignes à Auguste par les Parthes, M. Mahé propose une datation plus basse, en relation avec la restitution des enseignes prises à Crassus par les Parthes, (édition et non réédition entre 27 et 25). Rappelons que Tite-Live rédige plus de deux livres par an.

La première grande étape se situe au début du Ve siècle de notre ère, avec ce qu’il est convenu d’appeler la révision symmachienne, car elle est l’œuvre de la famille des Symmaques. Cette révision est importante pour la 1ère décade et le livre qui nous intéresse. De la fin du IVe ou du début du Ve siècle date le plus ancien témoignage, dans un manuscrit de Vérone, un palimpseste, le Veronensis.

La division en décades est attestée dans une lettre du pape Gélase, de 496. On attribue, peut-être à tort, au pape Grégoire le Grand, l’ordre d’éliminer des bibliothèques les manuscrits de Tite-Live, trop favorables au paganisme.

On peut penser que Cassiodore connaissait l’histoire de Tite-Live.

Les premiers manuscrits connus sont postérieurs à la renaissance carolingienne et remontent au IXe siècle. L’œuvre a connu une transmission complexe au cours du Moyen Age, sous forme d’unités autonomes, par groupes de dix ou de cinq livres. Les seules décades à avoir circulé au Moyen Age sont la première, la troisième et la quatrième. Elles étaient disponibles à Bamberg au XIe siècle ; on les trouve réunies en un seul volume en Italie à la fin du XIIIe siècle (manuscrit de Pétrarque, Aginnensis). Le début de la 5e décade n’a été retrouvé qu’au XVIe siècle (livres 41-45).

L’édition princeps paraît en deux temps, en 1469-1470 ; la seconde fait autorité : elle est due au futur évêque d’Aléria, Johannes Andrea (Giovanni Andrea).

Le XVIe siècle est celui des grands humanistes :

Particulièrement prisés sont les éditions dites aldines, dues à Alde Manuce (Aldo Manuzio), parues à Venise, en particulier la 1ère édition de 1518, éditions reprises par Sigonius à Venise en 1555 et 1572.

Les deux éditions parues à Bâle, en 1531 et 1535, chez l’éditeur Froben, sont importantes car deux humanistes, Beatus Rhenanus (pour les livres 1 à 6) et Sigismundus Gelenius (pour les livres 7 à 10), y ont noté les leçons d’un manuscrit disparu, le Vormatiensis.

Le XVIIe siècle est celui des grandes éditions elzéviriennes (célèbres typographes hollandais du 17e siècle) de Grovouw, le père et le fils, parues à Leyde et à Amsterdam.

Le XVIIIe siècle est moins riche : on peut citer les éditions de J. B. Crévier et de Drakenborch à Amsterdam.

Le XIXe siècle est celui de la philologie allemande, illustrée par les éditions de Alchefski (Berlin, 1843), Weissenborn-Mueller, Madvig (célèbre pour ses Emendationes), Frigell.

Au début du XXe siècle, Conway et Walters ont étudié la tradition manuscrite de la première décade, dont ils ont donné ce qui constitue, aujourd’hui encore, une édition de base, dans les OCT. Ils seront relayés par Johnson, McDonald et Walsh. L’édition des livres 1 à 5 par Ogilvie a été très discutable et n’a pas remplacé celle de Conway-Walters.

Les travaux et l’édition de Stephen Oakley ont renouvelé nos connaissances de la tradition manuscrite et il en est résulté un commentaire exhaustif de première valeur.

II.- La tradition manuscrite. Les manuscrits décade par décade.

Chaque décade repose sur une tradition manuscrite spécifique. Ainsi, même pour la célèbre troisième décade, les problèmes sont différents pour les livres 21-25 et les livres 26 à 30. Pour le livre 21, P. Jal disposait de 16 manuscrits. La tradition de la quatrième décade repose sur un manuscrit de Plaisance (F Placentinus), qui se trouvait à la cathédrale de Bamberg et dont une copie fut réalisée au XIe siècle (le Bambergensis) ; une deuxième copie fut réalisée à Chartres au 14e siècle, le Vetus Carnotensis, qui est la source des deux familles sur lesquelles repose toute la 4e décade. La cinquième décade ne fut redécouverte qu’au XVIe siècle, dans un manuscrit du Ve siècle aujourd’hui à Vienne (Vindobonensis latinus 15)

Lorsque J. Bayet a entrepris l’édition de la première décade, il a pris en compte 14 manuscrits et le Veronensis (palimpseste), ce qui faisait 2 manuscrits de plus par rapport à Conway-Walters.

Pour le livre 8, douze manuscrits ont été retenus.

Le Bambergensis s’arrête en 7, 13 et le Harleianus (Harleianus 2672, British Museum) en 8, 40. Ce qui fait que pour le livre 9, malgré un Oxoniensis lacunaire, sont maintenus 11 manuscrits. Les travaux de Oakley ont conduit à élargir le nombre des manuscrits en prenant en compte de nouveaux témoins sur lesquels le savant anglais a attiré l’attention et dont il a pu souligner l’importance : un manuscrit de Leyde et deux manuscrits du Vatican du fonds Ottoboni (du nom de la famille d’un célèbre cardinal mécène des 17e -18e siècles).

Oakley a montré l’efficacité de la méthode stemmatique pour remonter à un archétype. Son enquête tient compte de tous les manuscrits connue de la 1ère décade, environ 200. Cette décade nous a été transmise en un seul bloc, entre le IVe et le XVe siècles, par des manuscrits, essentiellement des recentiores. Seuls 24 témoins sont antérieurs au XIIIe siècle.

Deux témoins tardo-antiques, isolés, sont intéressants pour comprendre le mécanisme de transmission.

III.- les problèmes de la première décade.

Le premier des deux témoins tardo-antiques est un papyrus du IVe -Ve siècles, découvert à la fin du 19e siècle à Oxyrhynque en Egypte, qui ne contient qu’un mince fragment du livre 1 (1, 5, 7-1, 6, 1).

Le second, le Veronensis est un palimpseste qui contient des fragments des livres 3 à 6, en onciales, écrits à la fin du 5e siècle en Italie. Ces fragments ont été découverts par le cardinal Angelo Mai (à qui on doit la redécouverte du De republica) sous une copie du XIe siècle des œuvres morales du Pape Grégoire. Ces fragments ont révélé des corrections insoupçonnées dans les autres manuscrits, qui remontent à un modèle perdu de la fin de l’antiquité, N.

Ce modèle N résulte d’une révision du texte réalisée au début du Ve siècle par deux grandes familles sénatoriales, les Symmaques et les Nicomaques. Les manuscrits en ont gardé la trace, sous forme de notes ou de souscriptions (subscriptiones). La signature d’un certain Victorianus apparaît à la fin des 9 premiers livres1.

Deux membres de la famille des Nicomaques sont intervenus dans la révision de la première décade.

Une lettre de la correspondance du grand Symmaque, qui lutta en faveur du paganisme et de l’Autel de la Victoire (il participe aux discussions des Saturnales de Macrobe), ep. 9, 13, datée de 401, mentionne cette révision. C’est une lettre adressée à Valérianus

Le Tite-Live de la révision symmachienne passa de la bibliothèque des Symmaques à celle des Nicomaques, qui procédèrent à une nouvelle révision. Ce sont le fils (pour les livres 6 à 8) et le petit-fils (pour les livres 3 à 5) du grand Nicomaque Flavien (contemporain du grand Symmaque) qui révisèrent la version de Victorianus. La révision nicomachienne ne concerne que 6 livres, elle ne semble pas avoir été homogène, des leçons d’autres provenances ont pu y être introduites.

Les manuscrits retenus seront donc les suivants :

M Mediceus, Florentiae, Bibliothecae Laurentianae, Plut. LXIII, 19, saec. X uel XI.

Il faut ajouter le Vormatiensis, et les lectures de Beatus Rhenanus et Gelenius.

π

 

P Parisiensis, Bibliothecae Nationalis Parisiensis 5725 Lat. saec. X ineuntis.

 

F Floriacensis, Bibliothecae Nationalis Parisiensis 5724 Lat. saec. IX. [propriété de l’Abbaye de Fleury]

 

S Sorbonicus, Bibliothecae Nationalis Parisiensis 16023 Lat. saec. XIII-XIV. Aujourd’hui à la BN (nouveau fonds).

 

U Upsaliensis, Bibiothecae Academiae c. 908,saec. X uel XI. Upsala, bibl. de l’Académie. Le texte a beaucoup souffert de deux corrections successives.

 

O Oxoniensis, Bibliothecae Bodleianae 20631, saec. XI ineuntis.Provient du collège des Jésuites de Clermont. Manque le début du livre 9, qui commence en 9, 12.

 

Gr Leidensis, Bibl. der Rijksinuversiteit, Gron. 1, saec. XII ineuntis

Zo Vat. Lat., Ottob. 2042, saec. XV medii

Zq Vat. Lat. Ottob. 2043, saec. XV medii.

 

λ

 

T Thuaneus, Bibliothecae Nationalis Parisiensis 5726 Lat., saec. IX exeuntis uel X ineuntis.

Ne contient que les livres 6 à 10. A appartenu à Pithou, de Thou, d’où son nom. Peut remonter au 8e siècle (fin). Ne contient que les livres 6 à 10.

 

L Leidensis, Bibliothecae Universitatis, BPL 6 A, saec. XII ineuntis.

 

R Romanus, bibliothecae Vaticanae 3329, saec. XI medii. Le Romanus a été beaucoup corrigé (4 mains). Le Leidensis et le Romanus forment un groupe étroit. L est plus scrupuleux et descend du modèle commun par 3 intermédiaures au moins.

 

D Dominicanus, Florentiae, Bibliothecae Laurentianae, cod. S. Marci 326, saec. XI uel XII. Appartenait autrefois au monastère dominicain de Saint-Marc à Florence

 

A Aginnensis, Musei Britannici, Harl. 2493, saec. XIII. Passé de la bibliothèque es Jésuites d’Agen à celle des Comtes d’Oxford.

 

Le Mediceus bénéficie d’une certaine prééminence, due à son âge ; il représente une tradition indépendante, avec l manuscrit de Worms disparu et connu seulement par les lectures de Beatus Rhenanus et Sigismundus Gelenius. Cette famille est importante.

Les deux Parisini sont également importants. Le Sorbonicus est secondaire. Les recentiores doivent être pris en compte. Alors que J. Bayet se fondait sur une répartition géographique, distinguant les manuscrits cisalpins et les transalpins, on admet que trois familles descendent de la révision symmaquienne, d’un exemplaire du début du Ve siècle, N. on distingue donc les papyrus,la source oméga et le Veronensis, peu utile malheureusement. Puis les trois familles.

IV.- les problèmes du livre 9

Le livre IX est le récit des événements qui vont du désastre des Fourches Caudines en 321 à la fin de la deuxième guerre Samnite en 304 ; l’année 304 est celle de l’édilité du scribe Cnaeus Flavius, fils d’affranchi, qui publie le jus ciuile, les fastes et dédie le temple de la Concorde à Rome. Dans ce livre s’insèrent l’excursus sur Alexandre, bien étudié par M. Mahé, ainsi que la censure d’Appius Claudius Caecus, bien étudiée par M. Humm2. Les personnages importants sont, avec Alexandre hors concours, son homologue romain ; qui serait Papirius Cuesor, , et le censeur Appius Claudius Caecus. Les opérations militaires ont lieu dans le Samnium avec une avancée en 321-320 en Daunie et en 317 en Apulie. Les opérations contre Sutri et Népi, au nord de Rome, amène les Romains a franchir les monts ciminins et leur terrible forêt.

Le cadre est bien défini, mais le récit annalistique rencontre un certain nombre de difficultés.

1/ Les données chronologiques ;

Le cadre chronologique (321-304) est bien défini, même si les guerres samnites posent toujours des problèmes. Les fastes sont assez bien établis pour la période, marquée par l’action de Papirius Cursor et la censure d’Appius Claudius. La chronologie des guerres samnites a été remise en cause par Martha Sordi3. Au livre 8, se pose un grave problème de concordance, puisque Tite-Live (en 8, 24) place la mort d’Alexandre le Molosse en Italie en 326, la même année que la fondation d’Alexandrie, qui eut lieu en 333-331 ; il a confondu deux chronologies.

On sait par ailleurs que Tite-Live ne prend pas en compte, ne retient pas, dans l’élaboration de son histoire, les quatre années dictatoriales, pour les années varroniennes 421, 430, 445 et 453 A V C (333, 324, 309, 301 av. J.-C.). A la fin de la première décade, Tite-Live accuse donc un retard de 7 années sur le comput varronien.

On peut mentionner des problèmes secondaires., concernant l’annalisitque.

Ainsi, Papirius Cursor et Publilius Philo exercent au cours de cette période plusieurs consulats : pour l’année 320, en 9, 7, 14, Tite-Live précise bien que c’est le deuxième consulat de Papirius Cursor (iterum) mais ne dit pas que Publilius Philo exerce quant à lui son troisième consulat ; les éditeurs sont tentés d’insérer la mention tertium. Plus grave, lorsque les deux exercent, en 315, leur quatrième consulat, Tite-Live se contente de la mention noui consules noui, sicut superiores, Romae manserunt (en 9, 22, 1). Il ne donne pas leurs noms connus par les Fastes Capitolins et Diodore (19, 66, 1).

A propos d’Alexandre, Tite-Live met en garde son lecteur : il ne faut pas confondre un jeune conquérant et un peuple dont la conquête s’étend sur 800 années4.On est tenté de corriger 800 ans en 400 ans, ce qui correspond au nombre d’années écoulées entre la fondation de Rome et l’épopée d’Alexandre. Mais on peut conserver la donnée des manuscrits en faisant valoir que Tite-Live se réfère au siècle d’Auguste ; le parallélisme tourne à l’avantage d’Auguste.

En ce qui concerne les censeurs, Tite-Live mentionne les chiffres du cens pour l’année 319 (250 000 têtes5), mais ne s’arrête pas sur la double censure des années 319-318 (les censeurs de 319 abdiquèrent avant la fin de leur mandat). Depuis le livre 3 (3, 24, 10) et l’année 459, Tite-Live n’a fourni aucun chiffre du recensement (mais a mentionné des opérations). En 293, au livre 10 (10, 47, 2), il donnera 262 321 citoyens, ce qui est cohérent…

L’année 312 est celle de la censure d’Appius Claudius, qui refuse de quitter sa magistrature au bout des 18 mois. Règne alors une certaine confusion. Tite-Live place en 310 la dictature de Papirius Cursor et son triomphe et il ne tient pas compte de l’année dictatoriale 309, absente des chapitres 40-41 du livre 9, ce qui entraîne une surcharge pour l’année 310, qui s’étend sur les chapitres 33 à 40.

Le refus de quitter la censure au bout de 18 mois rappelle la vieille hostilité des Claudii envers la plèbe ; Tite-Live laisse entendre qu’il y a dans cette haine comme une fatalité, ce qui entraîne un passage corrompu et même incompréhensible6, dans lequel les éditeurs anglais Conway-Walters introduisent la crux.

Les mss donnent les leçons suivantes :

Quae uelut fatales cum tribunis ac plebe erat : M PT DL

Quae uelut fatalis P2 FUOT2 AD3

Les éditeurs corrigent le début ou la fin de la phrase. Les propositions les plus intéressantes sont celles qui introduisent simultates ou inimicitias ou font appel au mot lis :

  • Quae uelut fatales cum tribunis ac plebe simultates agere debebat (Walters)

  • Quae uelut fatales cum tribunis ac plebe simultates exercebat (Mueller)

  • Quae uelut fato lis cum tribunis ac plebe erat (Seyffert)

  • Quae uelut nata litibus cum tribunis ac plebe erat (Gronov)

2/ Les données géographiques.

Le récit des guerres Samnites amène à citer de nombreux toponymes, dont certains posent problèmes. Le premier problème est d’identifier les Fourches Caudines

Le désastre des Fourches Caudines repose sur le choix d’un itinéraire pour porter secours à Luceria, par le chemin le plus court et non par le détour en passant par la côte adriatique, le chemin le plus long. On accorde quelque crédit aux données liviennes, qui ne relèvent pas de la description, de topoi, mais s’appuient sur les faits. Plusieurs solutions ont été proposées ; on admet que les légions romaines ont suivi ce qui sera plus tard la Via Appia et que les Romains furent pris au piège entre Arienzo et Arpaia.

La fin du livre 9 voit les Romains s’aventurer au-delà de la forêt ciminienne et des monts Ciminiens au nord de Rome, une barrière réputée infranchissable

Des noms de villes posent problème, doivent être corrigés ou restitués. C’est le cas de Forentum (en 9, 20, 97), place forte aux confins de l’Apulie et de la Lucanie dont le consul Caius Junius Bubulcus s’empare en 317 : Forento est déformé en Torento ou Florento dans la tradition manuscrite.

C’est surtout le cas de deux villes mentionnées au chapitre 22 pour l’année 316 : Plistica et Saticula sont des restitutions de Sigonius d’après Diodore (19, 72, 3 et 4). Les manuscrits donnent des formes telles que Plistia, Postia, Satricula.

En 311 (9, 31, 2), une garnison romaine est massacrée par les Samnites à Cluvianum ou Cluviae. Les manuscrits ne donnent que Cluvianum, Mommsen dans le CIL (9, 2999) ne connaît que Cluviae.

Un passage pose problème plus particulièrement. En 9, 19, 4, dans l’excursus sur Alexandre, Tite-Live énumère les alliés de Rome, qui à travers toute l’Italie se seraient dressés sur la route du conquérant macédonien :

« En outre, tout le Latium, avec les Sabins, les Eques, les Volsques, avec toute la Campanie, une partie de l’Ombrie et de l’Etrurie, avec les Picentins, les Marses, les Péligniens, les Vestins, les Apuliens, auxquels s’ajoute toute la côte grecque de la mer Inférieur depuis Thourioi jusqu’à Naples et Cumes, et , à partir de là le littoral jusqu’à Antium et Ostie, en ces peuples, Alexandre aurait trouvé soit de puissants alliés pour les Romains, soit leurs ennemis mais épuisés par la guerre.8 »

Après les populations indigènes, Tite-Live énumère les peuples essentiellement grecs de la côte tyrrhénienne et mentionne Thourioi, Naples et Cumes. Comme Thourioi est sur le golfe de Tarente (et non sur la mer Tyrrhénienne), les éditeurs ont été tentés de corriger a Thuriis en a Brutiis (c’est le cas de Gronov). Mais, surtout, le nom des samnites apparaît après Ostie dans le texte, parmi les noms des villes côtières. Le nom est placé entre deux cruces depuis Dobraeus. Gronov proposait de lire hos omnes ; on peut penser aussi à une forme telle que Ausones.

Au chapitre 39, Tite-Live fait état de deux batailles en 310, l’une contre les Ombriens , l’autre contre les Etrusques, la bataille du Lac Vadimon. Or, il dit plus loin que, en 308, la tranquillité obtenu chez les Etrusques fut troublée par la défection soudaine des Ombriens, nation que n’avaient pas touchée les maux de la guerre, si ce n’est que son territoire s’était aperçu du passage de l’armée.9

Il y a apparemment dans le chapitre 39 une anticipation de la guerre qui va éclater plus tard et de la victoire mentionnée à la fin du chapitre 41, avec la victoire romaine de l’année 307 et la capitulation des Ombriens.

Madvig suppose ici la perte d’un folio dans l’archétype, une lacune.

3/ Quelques données techniques faisant problème (armement, legio linteata).

Lorsqu’en termes tragiques, Tite-Live décrit l’abattement des Romains après la défaite des Fourches Caudines, on trouve, dans un passage au style indirect (ce sont les Capouans qui s’expriment), le comparatif neutre bellicosius  (en 9, 6, 13) : les Samnites s’étaient emparé non pas de Rome (comme les Gaulois autrefois), mais de la bravoure romaine, ils ont brisé le moral des Romains ce qui dénote une plus grande valeur guerrière10. La forme bellicosior est attestée, y compris chez Tite-Live (en 10, 9, 10 : in bellicosiorem annum). On a proposé des corrections : gloriosius (Madvig), periculosius (Seyffert). Sans raison.

Dans l’excursus sur Alexandre, Tite-Live compare l’armement des Romains et celui des Macédoniens :

« Comme armement, les Macédoniens avaient le bouclier rond et les sarisses, tandis que le Romain avait le bouclier long, qui offre une protection plus complète du corps, et le pilum, arme de jet considérablement plus puissante que la lance par le choc qu’elle produit lorsqu’on l’envoie.11 »

La séquence arma clupeus sarisaeque a été une source d’erreurs, surtout dans le Mediceus qui a introduit les mots cluisset arma cluisset (le premier cluisset provenant d’un consenuisset qui précède, en 19, 6). Le singulier et le pluriel gênaient Madvig qui proposait de lire arma clupei essent sarisaeque illis. On peut garder la leçon des mss sans attacher trop d’importance au Mediceus.

Un problème concerne l’armement de la legio linteata, une armée samnite caractérisée dans l’opposition de soldats revêtus, les uns des tuniques versicolores (bigarrées), les autres des tuniques de lin blanc linteatae candidae. Les premiers étaient munis de boucliers dorés, les seconds de boucliers argentés12. En effet, on fait appel à une glose du grammairien Nonius (194, 20 s u balteus) sur les baudriers, lequel semble renvoyer à Tite-Live et mentionne des fourreaux et des baudriers dorés et l’on propose de compléter le texte avec : auratae uaginae, aurata baltea illis erant. Toutefois, rien n’autorise une telle correction.

***

On trouve dans le livre 9 la matière habituelle du récit livien, avec ses temps faibles et ses temps forts. Il s’en dégage de grandes figures, comme Papirius Cursor et Appius Claudius Caecus. Les Fourches caudines offrent l’occasion d’un récit pathétique, pour lequel l’historien essaie de sauver l’honneur de Rome. Les discours y occupent leur place habituelle. Si l’on a pu supposer une lacune et insérer une crux, on ne relève pas de difficultés insolubles : la crux ne concerne que quelques mots et non des passages entiers ; il n’y a pas, véritablement, de loci desperati. Bref, le texte est bien établi, du moins peut-on l’espérer.

1 Liu. Subscriptiones

Explic. Titi liui ab urbe condita uictorianus uir consularis emedabam domnis symmachis. Liber VIII explicit incipit liber VIIII uictorianus emendabam dominis symmachis titi liui ab urbe condita explicit liber VIIII

2 M. Humm, Appius Claudius Caecus.La République accomplie, BEFAR 322, Rome , 2005.

3 M. Sordi, Sulla cronologia liviana del quarto secolo, in Helikon V, 1, 1965, p. 3-44.

4 Liu. 9, 18, 9 :….intellegunt se hominis res gestas et eius iuuenis cum populi iam octingentesimum bellantis annum conferre.

5 Liu. 9, 19, 1 : ducena quiquagena milia capitum.

6 Liu. 9,33, 3 : permulti anni iam erant cum inter patricios magistratus tribunosque nulla certamina fuerant cum ex ea familia, quae uelut fatales cum tribunis ac plebe erat, certamen oritur.

7 Liu. 9, 20, 9 : nam Forento quoque, ualido oppido, Junius potitus erat.

8 Liu. 9, 19, 4 : Latium deinde omne cum Sabinis et Volscis et Aequis et omni Campania et parte Umbriae Etruriaeque et Picentibus et Marsis Paelignisque ac Vestinis atque Apulis, adiuncta omni ora Graecorum inferi maris a Thuriis Neapolim et Cumas et inde Antio et Ostiis tenus + Samnites+ aut socios ualidos Romanis aut fractos bello inuenisset hostes.

9 Liu. 9, 41, 8 : tranquillas res iam in Etruscis turbauit repentina defectio Umbrorum gentis integrae a cladibus belli nisi quod transitum exercitus ager senserat.

10 Liu. 9, 6, 13 : habere Samnites uictoriam non praeclaram solum des etiam perpetuma, cepisse enim non Romam, sicut ante Gallos, sed quod multo bellicosius fuerit, Romanam uirtutem ferociamque.

11 Liu. 9, 19, 7 : arma clipeus sarisaeque illis [id est hastae], Romano scutum, maius corpori tegumentum et pilum, haud paulo quam hasta uehementius ictu missuque telum.

12 Liu. 9, 40, 2-3 : duo exercitus erant ; scuta alterius auro, alterius argento caelauerant ; forma erat scuti : summum latius qua pectus atque umeri teguntur, fastigio aequali ; ad imum cuneatior mobilitatis causa. Spongia pectori tegumentum, et sinistrum crus ocrea tectum. Galeae cristatae, quae speciem magnitudine corporum adderent. Tunicae auratis militibus uersicolores, argentatis linteae candidae.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *