Texte de la séance 6 : Problèmes géographiques ethnographiques chez Diodore de Sicile

Voici le texte de la sixième séance, qui a eu lieu le samedi 11 mars 2017, de 14h à 16h, en salle F, à l’ENS Ulm.

L’orateur était Pierre Cuvelier, de l’Université Paris Nanterre.

Problèmes historiographiques ethnographiques chez Diodore de Sicile :

l’exemple des Éthiopiens au livre III de la Bibliothèque historique

Pierre Cuvelier, séminaire « Historiographies antiques », ENS Paris, 11 mars 2017

Introduction

Préambule. Avant d’en venir au propos principal de cette communication, on me pardonnera un court préambule à la mode sociologique sur le rapport entre le chercheur et son objet. L’historiographique grecque, en dépit de la masse des ouvrages qui la compose, se résume encore souvent pour les lycéens et les élèves de classe préparatoire à deux grands noms : Hérodote et Thucydide. S’il y a deux historiens grecs que des lecteurs actuels lisent encore parfois entier, ce sont eux deux. Les autres (toujours en général), on se contente de les consulter ou d’en lire des passages choisis, à moins que le hasard ou la volonté d’un directeur de mémoire ou de thèse ne lie votre destin, pour trois ans ou plus, avec un ou plusieurs d’entre eux.

Par bonheur, comme une formation littéraire ne fait pas de nous que de simples machines à analyser les textes, mais contribue aussi à renforcer notre curiosité de lecteurs et de lectrices, il a toujours existé d’autres hasards qui nous ont amenés, entre deux séances de travail ou parfois au beau milieu d’un travail en bibliothèque, à ouvrir tel ou tel livre d’un auteur antique inconnu de nous, voire franchement obscur, et à en lire quelques pages au petit bonheur, pour le simple plaisir de la découverte. Et cela en dépit d’un surmoi élaboré de longue date tendant à reproduire des jugements de valeur basés sur le canon classique, et qui nous susurrait sévèrement : « Ô étudiant frivole, comment oses-tu lire Collouthos alors que tu n’as pas encore terminé tout Euripide ? » Ce surmoi restait sourd à nos arguments de consommateurs estudiantins d’alors, à savoir qu’un Budé coûtant moins de trente euros est une chose assez rare pour être achetée de préférence aux autres, surtout quand le salaire mensuel n’est pas encore tombé.

Au cours de mon travail de thèse, j’avais été amené à interroger le corpus historiographique de façon ponctuelle, mais c’est à l’un de ces moments de porosité entre l’utile et l’agréable que je dois d’avoir découvert Diodore de Sicile, l’un de ces auteurs pour lesquels les philologues du XIXe siècle nourrissaient la plus haute suspicion (leurs soupçons, quoique exagérés, n’étaient certes pas entièrement dénués de fondements).

Ainsi donc, lire Diodore par plaisir, pour un lecteur du XXIe siècle, c’est goûter à ce que Michel Tournier appelait « les vertes lectures » en parlant de certains romans d’aventure ou de rêverie du XIXe siècle ou du début du XXe qui n’avaient pas les honneurs de la critique mais fournissaient des plaisirs coupables aux jeunes lecteurs (Jules Verne, par exemple, au temps où il n’avait encore jamais figuré au programme de l’agrégation, mais aussi R. L. Stevenson, Edgar Rice Burroughs, pourquoi pas Alain Fournier et son Grand Meaulnes, etc.). Dans le premier volume de Diodore, paru dans la CUF en 1993, François Chamoux et Pierre Bertrac remarquaient d’ailleurs dans l’introduction que « dans le livre III, la chasse au python, avec ses détails concrets, ses rebondissements et son épilogue dans le zoo du roi lagide, fait songer à certains passages de Jules Verne » (p. LXII-LXIII).

Cette impression est d’autant plus vivace en ce qui concerne l’ensemble formé par les six premiers livres de la Bibliothèque historique (sur ces six, il nous en reste cinq) qui remontent aux connaissances les plus anciennes sur l’histoire des Grecs et des Barbares, c’est-à-dire les temps héroïques ou, dirions-nous maintenant, les mythes.

Encore Diodore ne se fait-il pas seulement historien, mais aussi géographe et ethnographe. Et au sein même de ces six livres, qui abondent déjà en histoires étonnantes, le comble semble atteint lorsque Diodore entreprend la description des pays les plus lointains connus à son époque, notamment, dans la première moitié du livre III, l’Éthiopie. Le lecteur va ici de sujet d’étonnement en sujet d’étonnement, devant la description de contrées plus étranges que jamais et comme occupées à s’affranchir de la réalité au profit de la fiction. La géographie devient peu à peu brumeuse ; des peuples aux coutumes paradoxales, figés dans un espace en quelque sorte clos sur lui-même et comme affranchis du temps, affrontent des conditions de vie effroyables parmi une faune et une flore auxquelles le décalage entre les connaissances scientifiques de Diodore et les nôtres donne une telle étrangeté qu’on croit avoir affaire aux espèces vivantes d’une autre planète. On croit avoir affaire non plus à l’histoire, à la géographie et à l’ethnographie du monde antique réel, mais bien à celles d’un univers de fiction, dont le plus grand paradoxe est que, bien que son caractère erroné et artificiel (pour ne pas dire kitsch) nous saute aux yeux, il demeure incroyablement vivace et séduisant.

Problématique. Comme on s’en doute, je n’ai pris le temps de ce préambule ancré dans une expérience de lecture du XXIe siècle que parce qu’il s’avère à son tour fertile en vue d’un travail de recherche. Ces impressions ont éveillé mon intérêt envers l’écriture de Diodore. Ses contraintes d’écriture, tout d’abord, mais ses procédés stylistiques, qui nous renseignent sur sa conception de l’histoire et de l’ethnographie.

Un premier stade d’élaboration de cette communication consistait à examiner les problèmes de la non-cohérence du temps et de l’espace dans l’historiographie grecque en général, en lien avec la caractérisation des peuples lointains non-grecs par les auteurs grecs : pour des raisons également liées au temps et à l’espace, j’ai rapidement restreint le corpus d’étude à un seul auteur, mais nous allons voir que ces notions peuvent s’examiner à échelle restreinte par l’intermédiaire d’une étude des procédés d’écriture de Diodore.

Annonce de plan :

Introduction 1

I. Diodore de Sicile et les contraintes de l’écriture d’une histoire universelle

1. Un problème obsédant : les sources de Diodore et l’utilisation qu’il en fait

2. Les contraintes inhérentes à l’écriture d’une Histoire universelle

3. La tradition poétique et historiographique sur l’Ethiopie : ce dont hérite Diodore

II. Le livre III : l’ethnographie de Diodore et ses procédés d’écriture

1. L’extraordinaire comme fil conducteur du propos

2. La structuration du propos dans la description des peuples éthiopiens

3. Le recours à l’ekphrasis

III. La conception diodoréenne de l’ethnographie

1. L’histoire et l’ethnographie comme matière à penser : nature et morale

2. Conséquences sur la représentation des peuples éthiopiens

3. (et conclusion) Quelle place pour la fiction chez Diodore ?

I. Diodore de Sicile et les contraintes de l’écriture d’une histoire universelle

La Bibliothèque historique de Diodore nous est parvenue sous un titre peu approprié au texte. En réalité, l’entreprise menée par Diodore relève d’une Histoire universelle comme il s’en est déjà écrit avant lui. Son originalité est de choisir de remonter jusqu’aux récits incertains de l’âge héroïque (mieux que « mythes ») et aux récits les plus anciens des peuples non-grecs, en commençant par les Égyptiens.

1. Un problème obsédant : les sources de Diodore et l’utilisation qu’il en fait

Il faut ici aborder un problème très ancien sur Diodore de Sicile, qui a longtemps conditionné l’opinion que les hellénistes avaient de lui : celui de l’emploi qu’il fait de ses sources. Les philologues du XIXe siècle (notamment Jacoby) avaient remarqué que Diodore utilise abondamment ses prédécesseurs. Ils en ont conclu un peu vite que Diodore n’était qu’un compilateur qui assemblait des citations d’une foule d’auteurs plus anciens repris mot pour mot et sans grande cohérence : Th. Mommsen, dans Die römische Chronologie bis auf Caesar, (Berlin, 1859, p. 125) dit ainsi de lui : « ein so miserabler Skribent ! » (Cité par Chamoux et Bertrac, p. XXI n. 47.) C’était là lui faire un mauvais procès, qui a été rejugé de façon un peu plus clémente à partir des années 1950, quand plusieurs auteurs ont montré la cohérence du projet de Diodore et le degré d’intervention significatif qu’il déploie dans l’utilisation de ses sources, qu’il les cite explicitement ou non (l’un des premiers a été J. Palm, Über Sprache und Stil des D. von Sizilien. Ein Betrag zur Beleuchtung der hellenistischen Prosa, Lund, 1955).

Au sein de ce mouvement de réhabilitation partielle de Diodore, citons notamment l’ouvrage de Kenneth Sacks (1990) et les articles de Catherine Rubincam (1998 a et b), dont « Did Diodorus Siculus Take over Cross-References from His Sources ? », où elle montre que, pour reprendre des auteurs antérieurs, Diodore n’en conserve pas moins une volonté propre ; elle rappelle aussi salutairement qu’un même auteur n’utilise pas toujours ses sources de la même façon dans un même livre et que les références ou citations peuvent être plus ou moins littérales ou réécrites.

Cette réhabilitation est toutefois loin de porter en triomphe l’auteur ainsi redécouvert : en 2006, Dino Ambaglio, dans une courte notice de la revue Anabases présentant les recherches en cours sur Diodore en Italie, prenait encore le soin de rappeler que les projets qu’il évoquait arrivaient après « des générations d’éminents chercheurs qui ne l’ont pas épargné de leurs jugements féroces, sarcastiques et – ce qui est le pire – fondamentalement justes », avant, par bonheur, d’évoquer plusieurs pistes de recherche à son sujet.

Sans prétendre ici reprendre cet important chantier philologique, ni vouloir à tout prix prouver l’originalité de Diodore, je me contente d’en faire brièvement état, en rappelant tout de même que le recours abondant aux auteurs antérieurs dans la rédaction d’une Histoire universelle, comme Diodore en avait le projet, relève d’une pratique banale à son époque.

Dans le cas du livre III, qui m’intéresse ici, Diodore mentionne nommément en III, 11 Agatharchidès de Cnide et Artémidore d’Éphèse. Son emprunt à Agatharchidès, pour les sections III, 11-48, a pu être évalué précisément grâce à une notice de Photios (codex 250, 24-108) qui a préservé de larges extraits du livre V du Sur la mer Rouge d’Agatharchidès et rend ainsi possible une comparaison des deux passages, une chance rare pour l’étude des sources de la Bibliothèque historique. (Cf. Rubincam 1998 cross-references, p.71-73.) Même dans ce cas précis, il ne s’agit pas d’un simple recopiage à l’identique : certains passages ont été déplacés ou ajoutés par Diodore.

Je ne tenterai pas ici d’identifier systématiquement l’ampleur des emprunts de Diodore à Agatharchidès pour chacun des passages et des informations que je vais étudier. Au contraire, sans ignorer cette question, je prendrai le parti de la mettre entre parenthèses, c’est-à-dire, de ce fait, à renoncer à trancher sur la question de l’identité ou de l’autorité auctoriales de Diodore. Qu’une information ou une tournure de phrase en particulier soit un ajout de Diodore lui-même ou une reprise d’un auteur plus ancien, ce n’est pas le problème que je poserai ici et, à la limite, cela revient au même : quand bien même Diodore recopierait tel ou tel prédécesseur (ce qui est moins souvent le cas qu’on ne l’a dit) le fait est qu’il choisit de reprendre à son compte telle ou telle information ou formulation.

Mon parti pris consistera ainsi à étudier le texte tel qu’il nous est parvenu, avec sa structure et ses procédés : il représente de toute façon le produit d’une tradition historiographique grecque ou plutôt gréco-romaine.

2. Les contraintes inhérentes à l’écriture d’une Histoire universelle

Diodore, comme les autres auteurs d’histoire universelles (koinè historia, annonce-t-il en I, 1, 1), doit résoudre de nombreux problèmes pour mener à bien sa tâche. Cela peut expliquer nombre des contradictions apparentes du texte. Voici donc une rapide typologie des contraintes auxquelles doit se plier Diodore :

Les conditions de production du texte. Nous l’avons vu, Diodore consulte voire recopie d’autres sources, mais il ne faut pas sous-estimer son apport personnel, comme nous allons le voir dans les deux grandes parties à venir.

L’enquête personnelle par voyage et l’autopsie difficile. Diodore, comme Hérodote, a voyagé en Egypte, mais pas plus loin. Il n’a donc pas voyagé en Éthiopie directement, mais certaines de ses sources sur cette région sont égyptiennes. Il revendique un témoignage visuel direct en Egypte en III, 11, 3.

– La conciliation entre des sources d’époques variées. Diodore réendosse un héritage homérique et archaïque qui continue d’être évoqué mais nuancé voire peu à peu remplacé par des connaissances plus récentes. Les auteurs postérieurs, jusqu’à Diodore et après, ont une vision du monde différente et davantage de contacts avec d’autres peuples… mais ils se doivent tout de même de tenir compte des épopées homériques, dont l’autorité reste grande : ils doivent donc expliquer, entre autres, les doubles localisations de certains peuples comme les Ethiopiens.

Diodore cite Homère au sujet des Ethiopiens dès le début du livre III au sujet de leurs relations privilégiées avec les dieux. Mais il ne reprend pas la localisation homérique des Ethiopiens telle quelle et, contrairement à Hérodote, il ne mentionne nulle part les Macrobioi (les Longue-Vie) en Ethiopie. Mais il donne des précisions sur les différents lieux de vie des Ichthyophages et, en III, 52, 2, pour les deux peuples d’Amazones (celles du Thermodon et celles d’Ethiopie).

En ce qui concerne les Ethiopiens, il endosse l’héritage homérique au sujet de leur piété => cf. l’exemplier sur ce sujet.

– La conciliation entre des sources relevant de différentes cultures. Diodore utilise plusieurs histoires locales grecques. Mais il doit aussi concilier les chronologies de cultures variées, la grecque et l’égyptienne par exemple, alors même que l’histoire égyptienne renvoie Diodore (et les Grecs) à un passé si lointain qu’il leur apparaît inconcevable puisque leur propre âge héroïque et même leur cosmogonie ne remontent pas à autant de générations dans le passé. Ce sujet a été abordé en détail par Katherine Clarke dans son livre de 2008 à ce sujet Making Time for the Past.

Les passages cités dans l’exemplier montrent un exemple de contradiction entre les revendications des Egyptiens et celles des Ethiopiens sur la question de savoir quel est le plus ancien peuple du monde. Diodore relaie les deux versions chacune à l’endroit idoine, mais semble plus insistant pour les Ethiopiens. Il se contredit aussi en disant que les Ethiopiens n’ont jamais été conquis (en I, 34, 7 il faisait allusion à une conquête de la région par Cambyse qui expliquerait le nom d’arbres locaux, les « persées »).

– Les contraintes génériques : les frontières entre les sous-genres historiques : histoire, géographie, ethnographie. Katherine Clarke, dans Making Time for the Past (p. 152 et suivantes), rappelle utilement que, si un auteur ne fournit aucune indication d’évolution diachronique au sujet d’un peuple peuple, cela peut être parce que le passage relève de l’ethnographie, qui décrivait les mœurs d’un peuple à l’exclusion de son histoire. Il ne faut donc pas conclure trop vite à l’idée que Diodore néglige ou occulte délibérément le rôle de tel ou tel peuple dans l’histoire, alors que ce que l’on est tenté de prendre pour un biais de méthode historique relève parfois tout simplement d’une question de classement générique. Cependant, Clarke présuppose l’existence de catégories différenciées de façon rigide pour les remettre en cause ensuite, mais ces différents genres n’étaient pas aussi étanches qu’elle semble parfois l’affirmer.

Des contraintes de cohérence interne. S’il est vrai que Diodore se contredit parfois, il reste important de garder à l’esprit qu’il explicite très régulièrement la structuration de son propos à l’aide d’annonces sur le plan de ses développements à venir et de rappels sur les sujets précédemment traités. Il se montre également soucieux de conserver de justes proportions pour son ouvrage, et en particulier de ne pas trop s’étendre sur les détails des multiples récits sur le passé héroïque des Grecs et des autres peuples qu’il traite dans ses six premiers livres.

– D’autres contraintes génériques : l’ethos de l’historien et ses choix stylistiques. Diodore de Sicile expose son projet au début du livre I et le précise par l’intermédiaire de remarques ponctuelles un peu partout, en particulier au début de chaque livre.

Le projet de Diodore est d’écrire avant tout une histoire globale (I, 1, 1 et I, 3), qui ne recule pas devant les récits les plus anciens (en I, 3, 2 tas palaias muthologias, commenté dan s l’Introduction au premier volume dans la CUF, vol. I p. XII, mais il ne faut pas surestimer la précision des distinctions lexicales chez Diodore à ce sujet, comme le montre l’étude lexicale de Suzanne Saïd dans Mythe et fiction).

Diodore applique une réécriture rationaliste proche de l’évhémérisme aux récits de l’âge héroïque grec et aux récits des autres cultures. (Cependant il n’y a pas toujours de cohérence d’ensemble dans l’attitude face aux récits anciens : parfois Diodore se moque des poètes ou de telle ou telle tradition locale comme naïve ou fabuleuse, et parfois il accepte sans sourciller des éléments qui a posteriori nous semblent extraordinaires.)

En outre, et cela va beaucoup nous intéresser pour la suite de cette étude, Diodore a été formé à la rhétorique (il se livre à un éloge de la parole en I, 2, 5 et suivants) mais il refuse d’en abuser (il s’abstient presque complètement de reconstituer des discours de personnalités célèbres). Diodore montre une certaine originalité de ce point de vue.

Un autre aspect important de la conception que se fait Diodore de l’écriture de l’histoire est le profit que les lecteurs pourront trouver à son ouvrage : Diodore conçoit ce profit comme avant tout moral et politique.

Enfin, Diodore déploie des conceptions philosophiques éclectiques, représentatives de la culture d’un homme du Ier siècle av. J.-C.

3. La tradition poétique et historiographique sur l’Ethiopie : ce dont hérite Diodore

Opérons un bref retour sur les évocations de l’Éthiopie avant Diodore, pour expliquer la constitution de la tradition grecque à ce sujet et voir ce qu’il dont il hérite au moment d’aborder cette partie du monde dans sa Bibliothèque historique. Je m’appesantirai sur l’héritage homérique avant de retracer très brièvement ses grandes évolutions dans la tradition historiographique.

Dans les épopées homériques (et le cycle troyen)

Les Éthiopiens précèdent l’Éthiopie (les sources grecques archaïques tendent à employer des noms propres au masculin pluriel pour désigner des groupes de personnes, plus souvent que de pays).

Ils sont mentionnés dès les épopées homériques : ces dernières forment certes une source poétique sujette à remise en cause de la part des historiens (les poètes étant soupçonnés d’enjoliver la vérité pour rendre leur propos plus captivant et divertissant), mais elles conservent tout au long de l’Antiquité une autorité considérable qui influence les historiens.

Dans l’Iliade, en I, 423-424, Zeus et les dieux vont chez les Ethiopiens pour festoyer : Diodore cite ce passage en III, 2, 3. Les Éthiopiens vivent « sur les rives de l’Océan » (Iliade, XXIII, 205). Ils accueillent les dieux quand ces derniers vont festoyer au bout du monde. C’est une contrée assez lointaine pour qu’une divinité occupée à y séjourner ne soit plus au courant de ce qui se passe dans le reste du monde ou dans les discussions entre dieux : dans l’Odyssée, Poséidon est chez eux à plusieurs reprises, au chant I où il n’est pas présent pour contester la décision de Zeus d’accorder le retour à Ulysse, puis au chant VI où il aperçoit Ulysse sur son radeau en revenant et se déchaîne alors contre lui. La Homer Encyclopaedia remarque à ce sujet : « En matière de construction de l’intrigue, les Éthiopiens fournissent à Homère un moyen de mettre les dieux « hors scène ». »

Les épopées homériques ne contiennent aucune description physique des Éthiopiens. C’est la tradition postérieure qui a compris le nom Aithiopioi comme l’expression « Visages-Brûlés », signifiant une peau sombre.

Au moral, les Éthiopiens sont caractérisés comme « sans reproche » (amumon) en Iliade, XXIII, 205-207. Ils bénéficient d’une proximité merveilleuse avec les dieux et apparaissent ainsi comme les représentants d’un statut de supériorité par rapport à l’humanité ordinaire : leur mode de vie et leur familiarité exceptionnelle avec les dieux renvoient à un âge d’or révolu ailleurs.

Ils sont caractérisés comme un ensemble (« ils ») sans autre nom que le nom collectif du peuple, à l’exception de Memnon, le roi cité dès l’Odyssée (IV, 186-188 et XI, 522). Fils d’Éos et de Tithonios, il combat à Troie en tant qu’allié de Priam (son oncle) et a tué Antiloque, un fils de Nestor, avant d’être tué lui-même par Achille. Toutefois, Memnon apparaît principalement dans un autre poème du Cycle épique, qui fut titré par la suite l’Éthiopide.

Les Éthiopiens homériques sont ainsi caractérisés par un contraste entre une vie lointaine impliquant l’absence totale de relations avec la Grèce et la mention d’un seul moment de contact à l’occasion de la guerre de Troie.

Un dernier point qui nous intéresse est la situation géographique de ce peuple. L’Odyssée dit que les Éthiopiens vivent à deux endroits : « habitant à deux endroits, certains là où Hypérion se couche, d’autres là où il se lève » (Odyssée, I, 23-24). Ce double emplacement reste très vague, et consacre le fait qu’il s’agit bien d’un peuple et non d’un pays. Les Éthiopiens homériques sont situés ainsi dans une sorte de hors-monde, un à-côté par rapport au monde, aussi bien en termes d’espace (eschatai, les confins) qu’en termes de temps (dans la sempiternalité du festin, du bonheur et de l’abondance, induisant l’idée que l’âge d’or révolu ailleurs dure éternellement là-bas, ce qui le rapproche de la vie que les dieux eux-mêmes mènent sur l’Olympe).

Ce double emplacement des Éthiopiens dans la géographie homérique peut surprendre. Alain Ballabriga a analysé cela dans un livre paru en 1986, Le Soleil et le Tartare. L’image mythique du monde en Grèce archaïque, en rapprochant cela de nombreux autres cas de « flou spatial » impliquant un double emplacement de peuples lointains (les Macrobioi « Longues-Vies » situés tantôt en Inde et tantôt en Éthiopie, les Hyperboréens…). Il ne s’intéresse qu’à des sources grecques archaïques et propose d’y trouver, avec prudence, une représentation du monde propre à la pensée grecque de cette période.

Il rappelle d’abord que de telles étrangetés peuvent provenir tout simplement des limites des connaissances scientifiques des Grecs de cette époque : les auteurs grecs archaïques connaissent l’existence de contrées éloignées mais ne savent pas toujours bien les situer les unes par rapport aux autres.

Puis il montre l’existence d’une représentation de l’espace où les confins se confondent : cette conception de l’espace n’est pas fondée sur les quatre points cardinaux, comme la nôtre, mais sur un « axe solsticial est-ouest » correspondant à la course du soleil et dont les points extrêmes sont les levants et les couchants d’été et d’hiver. Dans cette vision du monde, le levant (éôs) et le couchant (zophos) se confondent et, en se dirigeant vers l’un aussi loin que possible, on peut se retrouver à l’autre. Cela explique certaines étrangetés de la géographie homérique et hésiodiques et des voyages de héros comme Persée et Héraclès dans les sources archaïques.

C’est là une explication intéressante, car les historiens des époques plus récentes précisent peu à peu l’espace lointain mais héritent de ces sources plus anciennes : ils doivent les reprendre et tenter de les concilier avec les connaissances plus récentes, comme le font Agatharchidès et Diodore.

Héritage homérique et compromis chez les historiens plus récents : l’exemple d’Hérodote.

Cet héritage homérique et hésiodique conduit à des compromis ou à des réécritures chez les historiens des époques plus récentes. Je me contenterai ici de l’exemple d’Hérodote.

Ce dernier mentionne lui aussi une double localisation géographique des Éthiopiens, en III, 101 et en VII, 70. Hérodote distingue entre les Éthiopiens de Libye et ceux d’Asie par leur apparence physique, en affirmant que ceux d’Asie ont les cheveux raides.

Hérodote donne également une vision différente des relations entre les Éthiopiens et le reste du monde habitué. Chez lui comme dans les épopées homériques, les Éthiopiens n’ont pas de relations avec les autres peuples, sauf dans un cas qui fait figure d’exception : l’expédition tentée par le roi perse Cambyse contre les Éthiopiens Macrobioi (Longues-Vies) qui vivent sur la côte libyenne de la mer du sud, en III, 17-25. C’est étonnant, car cela constitue une rencontre entre un peuple lointain, les Macrobioi (pas toujours situé en Éthiopie) et un souverain perse ancré dans l’histoire réelle. Mais le récit oscille en permanence entre l’histoire et la reprise d’éléments narratifs quasi-homériques. En III, 20, Cambyse envoie des Ichthyophages originaires d’Éléphantine en tant qu’espions chez les Éthiopiens Macrobioi pour vérifier la véracité de l’histoire de la Table du Soleil. Mais en III, 22, la réponse du roi éthiopien et sa mise à l’épreuve des Perses, qui consiste à leur faire présent d’un arc si puissant que personne ne parvient à le bander en leur conseillant de ne pas partir en guerre contre son peuple avant d’avoir réussi, reprend le thème de l’épreuve de l’arc qui ne peut que faire penser à l’Odyssée. Cette partie du récit renvoie aussi à des notions récurrentes sur l’âge héroïque grec : tout comme les héros d’avant étaient plus vigoureux que ceux d’aujourd’hui, les Éthiopiens, peuple lointain, conservent une force que n’ont plus les autres peuples.

Enfin, Hérodote expose l’argument de l’autochtonie des Éthiopiens en IV, 197 : Diodore reprend cet argument dans son propre ouvrage en III, 2, 1.

Autres auteurs avant Diodore. Faute de temps et de place, on ne traitera pas en détail de toutes les autres évocations des Éthiopiens entre Homère et Diodore. Contentons-nous d’évoquer en quelques points les grandes évolutions de la tradition historiographique sur les Éthiopiens jusqu’à Diodore.

Tout d’abord, l’espace se précise, en particulier le tracé des côtes, même si les côtes sud de la Libye, au sens du continent africain, restent inconnues pendant toute l’Antiquité.

Ensuite, des distinctions apparaissent entre le peuple des Éthiopiens et un espace, l’Éthiopie, mot de sens variable qui englobe souvent les régions sises au sud-est du désert de Libye.

Enfin, des distinctions apparaissent également entre de nombreux peuples différents vivant dans ces régions : c’est la fin de la caractérisation des Éthiopiens comme un seul peuple merveilleux qui suvirait un mode de vie unique, même si le nom apparaît toujours pour regrouper les différentes peuplades de la région.

II. Le livre III : l’ethnographie de Diodore et ses procédés d’écriture

La structure du livre III. Au début du livre III, après un résumé des livres précédents, Diodore annonce brièvement son sujet (III, 1, 3) : les Éthiopiens, les Libyens et les Atlantes (peuple vivant au bord de l’Océan).

Les chapitres 1 à 37 présentent les Éthiopiens, qui nous intéressent. Diodore commence par ceux de l’occident (Méroé et l’ouest) puis évoque ceux du midi et ceux qui vivent le long de la mer Erythrée (III, 11, 4). Il suit alors la côte du golfe d’Arabie, puis évoque les peuples de l’intérieur des terres, où les repères géographiques deviennent extrêmement vagues.

Les chapitres 38 à 48 sont consacrés au golfe d’Arabie et à ses côtes (la côte orientale surtout). Les chapitres 49 à 74 décrivent la Cyrénaïque et la Libye près du désert. Ils incluent, de 56 à 66, les Atlantes, et, à partir de 67, d’amples développements consacrés à diverses traditions sur Dionysos, par l’intermédiaire desquels Diodore reprend le propos général des six premiers livres sur les origines des dieux et du monde et l’âge héroïque.

La description de l’Éthiopie occupe ainsi un peu moins de la première moitié du livre III.

1. L’extraordinaire comme fil conducteur du propos

L’écriture de Diodore est largement influencée par la logique de la paradoxographie, qui consiste à mettre en avant les aspects surprenants ou déconcertants du monde (les paradoxa). Les mots de la famille de paradoxos (qui apparaît en tant qu’adjectif, parfois substantivé, mais aussi par l’intermédiaire de mots dérivés comme l’adverbe paradoxôs) apparaissent régulièrement dans ce qui nous est parvenu de la Bibliothèque historique. Mais ils sont particulièrement fréquents au livre III, et cette fréquence est encore plus grande lorsqu’on les articule avec les mots du champ lexical de l’étonnant ou de l’admirable, allant du plus faible : diapheron (le singulier, le particulier), xenos (étrange, comme les animaux marins rejetés par la mer chez les Ichtyophages, III, 15, 6) exaisios (extraordinaire, comme les cris des Ichthyophages à la pêche, III, 15, 5 ou la taille des tortues en 21, 2) à thaumasios (étonnant, admirable) ou même apistos (incroyable).

L’exemplier joint à cette communication fournit de nombreux exemples de ce champ lexical et des exemples de transitions recourant à ce champ lexical pour introduire un développement nouveau : à propos de coutumes, mais aussi de techniques de chasse ou de pêche (pour les Ichthyophages, III, 17-18), du mode de défense de l’autruche (III, 28, 3), de la maladie des Acridophages (III, 29, 5), de l’apparition des moustiques pendant la canicule chez les Rhizophages (adverbe paradoxôs, 23, 3).

Encore une fois, le procédé n’est pas réservé à l’Éthiopie : on le trouve par exemple en III, 44 pour annoncer la description d’un golfe « à la nature étrange » (paradoxon tèn phusin).

Cependant, ce champ lexical me semble particulièrement dense et structurant au sujet de l’Éthiopie (je ne peux l’affirmer avec certitude, car il est également présent régulièrement dans la suite du livre III au sujet de l’Arabie et de la Libye, et il faudrait pour vérifier cela une étude plus ample pour laquelle le temps m’a manqué). C’est là fréquemment l’admirable ou l’extraordinaire qui structure le propos, au sens où c’est cet aspect qui est mis en avant au moment d’introduire un nouveau développement, qu’il s’agisse d’aborder un sujet nouveau ou de renchérir encore dans l’étonnant en proposant au lectorat quelque chose d’encore plus étonnant que ce qui a précédé.

Ce constat est particulièrement frappant à l’échelle du long développement consacré aux Ichthyophages, le peuple qui bénéficie de la description la plus étoffée, en III, 17-18. Le mode de boisson des Ichthyophages est annoncé comme paradoxon (17, 1), à quoi succède une coutume paradoxoteron (18, 1) sur la boisson également, elle-même suivie par un pantôn paradoxotaton (18, 3) qui annonce le récit de l’insensibilité de ce peuple aux souffrances, lui-même suivi d’un pantôn thaumasiotaton (18, 7) à propos de sa coexistence harmonieuse avec les phoques. Dès avant l’introduction de la famille de paradoxos, la description de la pêche avait permis à Diodore d’insister sur la quantité incroyable de poissons que la mer entraîne vers la terre : apiston plèthos pantoiôn ichthuôn (III, 15, 4 : une quantité incroyable de poissons d’espèces diverses).

À plusieurs reprises, le paradoxon est redoublé ou repris par des mots à peu près synonymes mais au sens distinct, parfois encore plus fort : ainsi la technique de boisson des Ichthyophages est à la fois paradoxon et pantelôs apistouménèn (tout à fait incroyable, III, 17, 1). Leur insensibilité est si étrange qu’il est difficile d’y croire (mè radiôs pisteuthenai, III, 18, 3).

Après la fin de la description de l’Éthiopie, mentionnons à propos des sortes de mirages observés dans la Syrte la glose paradoxou d’einai dokoutos tou pragmatos kai muthôi peplasmenôi paaplèsiou (III, 51, 1 : « ce phénomène a beau paraître invraisemblable et ressembler à une fable inventée de toutes pièces… »). Le mot muthos a ici le sens d’un récit invraisemblable digne d’une création de poète : on retrouve d’autres acceptions de ce mot chez Diodore (récits sur les Amazones invraisemblables car paradoxaux, dia tèn paradoxologian muthois homoia phanesetai ta rhèthenta en II, 44, 3 et II, 46, 6 muthouspeplasmenous). Remarquons cependant qu’il n’y a pas d’opposition systématique entre muthos et historia chez Diodore mais un usage très variable selon les contextes, comme le montre l’étude lexicale réalisée par Suzanne Saïd sur cette distinction chez les historiens grecs en 2010.

Cette insistance montre la mise en avant délibérée et récurrente (pour ne pas dire la mise en scène rhétorique) du caractère extraordinaire voire incroyable de ce qui est raconté. Au point que Diodore insère parfois des précisions, voire des développements entiers, conçus pour prévenir l’incrédulité probable de son lectorat.

Il le fait parfois de façon discrète en recourant à l’argument de la continuité jusqu’à l’époque présente : par exemple, la coutume concernant les amis du roi chez les Éthiopiens de Méroé est étonnante, mais elle continue encore à notre époque, dit-il en III, 7, 1 (heôs tôn ath’ hèmas chronôn).

Un deuxième procédé de Diodore à cette fin consiste à mentionner des témoins pour renforcer la crédibilité d’un passage : en III, 18, 3, l’insensibilité des Ichthyophages à la souffrance est décidément difficile à avaler mais Diodore affirme la véracité de ses dires en mentionnant les témoignages de marchands qui fréquentent la région. On retrouve aussi dans ce passage l’argument de la continuité jusqu’à l’époque présente avec l’expression « encore de nos jours » (mekhri tou nun). Il mentionne ensuite un exemple précis : celui de Simmias, un envoyé de Ptolémée III, qui a rencontré ces Ichthyophages.

Mais parfois, Diodore choisit de consacrer explicitement un développement entier à consolider son propos. En III, 30, 2, Diodore vient d’expliquer qu’une région fertile non loin du pays des Acridophages a été désertée parce qu’après un cataclysme elle a produit spontanément des araignées-phalanges (identifiées comme des tarentules) et des scorpions. Ou khrè thaumasein oude apistein : il ne faut ni s’étonner ni rester incrédule, affirme-t-il au sujet de ces étrangetés, car les histoires véridiques (dia alèthous historias) nous ont transmis des événements paradoxotera et qui ont eu lieu dans l’ensemble de l’œcoumène. Le plus étrange pour nous reste sans doute que Diodore ait choisi d’inclure parmi les exemples qu’il fournit là celui des oiseaux du lac Stymphale décimés par Héraclès, mis sur le même plan que des événements supposément plus récents et plus fiables.

Le même type de réfutation par avance se retrouve peu après au sujet du caractère étrange et déconcertant (to xenismon kai to paradoxon) des mœurs des Troglodytes, qu’il propose d’expliquer en comparant le climat de ce pays avec celui de la Scythie (III, 33, 6). Comparaison qui lui permet, pour conclure, de nier le caractère étrange (ouden paradoxon, III, 34, 8) du fait que les modes de vie et même les corps humains diffèrent à l’extrême (polu diallattein).

Le caractère structurant du paradoxon est confirmé a posteriori quand vient la fin de ce grand développement, en III, 35, 1 : « nous avons exposé l’essentiel au sujet des peuples et des modes de vie qui semblent déconcertants » (tôn ethnôn kai biôn ta kephalaia tôn dokountôn einai paradoxôn dielèluthamen), après quoi Diodore s’attaque à la faune éthiopienne.

Les paradoxa mais aussi plus généralement l’extraordinaire forment un des fondements de la réflexion de Diodore (ou du texte de Diodore reprenant Agatharchidès et d’autres sources). Cela apparaît clairement dans le cas des Ichthyophages vivant au fond d’un ravin si profond qu’on se demande comment ils ont pu y arriver, une véritable énigme selon Diodore, en III, 20, 1-3 : ces Ichthyophages coupés de tout causent aux gens qui se renseignent à leur sujet une pollèn aporian (« grand embarras »), et Diodore, après avoir mentionné l’autochtonie avancée par certains philosophes naturalistes (phusiologoi), conclut que l’explication de pareils phénomènes n’est pas à notre portée. À propos des Cynamynoi (en III, 31), Diodore remarque que la nature est source de « tout ce qui est étrange », autrement dit, en grec, les paradoxa.

On a remarqué, tout au long du livre IIII de Diodore, le recours récurrent au superlatif et aux adverbes d’intensité (polu, pollôi, etc.). Ces procédés d’intensification ou de modalisation se retrouvent régulièrement ailleurs dans le livre pour introduire d’autres sujets : Diodore écrit sur tout ce qui s’écarte de l’habituel. Les tortues qu’on trouve au pays des Chélonophages sont extraordinaires par leur taille, exaisioi tois megethesin, III, 21, 1. Parmi la faune éthiopienne, les cynocéphales sont très sauvages et absolument indomptables (agriôtata kai pantelôs atithaseuta), le taureau sauvage est l’animal le plus sauvage (agriotatos, 35, 7), etc.

Diodore, cependant, ne croit pas tout et ne cherche pas à tout faire croire à ses lecteurs. Diodore dit parfois qu’il ne sait pas, voire affirme qu’on ne peut pas savoir. En II, 20, 3, nous avons vu qu’il refuse d’expliquer l’inexplicable à propos de l’habitat des Ichthyophages vivant dans un ravin. En 29, 7, il laisse ouverte une alternative entre deux explications possibles de la maladie des Acridophages.

Mais l’incrédulité de Diodore transparaît aussi dans ses critiques contre d’autres auteurs. En III, 35, 10, à propos de la crocottas (la hyène) qui serait capable d’imiter le langage humain, il se réfère à tôn pseudôs paradoxologountôn historountes henioi. Dans ce passage, le mot décisif est pseudôs et non paradoxologeô, puisque Diodore dit lui-même des choses paradoxales, mais recherche la vérité. La même chose revient en III, 36, 1 : ceux qui disent avoir vu des serpents longs de cent coudées seraient accusés à juste titre de pseudologein. Et juste après Diodore rapporte d’autres détails plus étonnant (paradoxotera) que racontent ces gens pour les ajouter à ce (récit) diapistoumenôi, incroyable.

Ce développement forme une correction apportée à la tradition antérieure, mais aussi une transition vers un nouveau récit qui relève lui aussi de l’« incroyable mais vrai ». C’est que Diodore décrit ensuite (poièsometha tèn anagraphèn, 36, 2) les plus grands serpents « effectivement vus » (peri tôn megistôn opheôn tôn eis opsin elèluthotôn). Commence alors le récit de la longue chasse au serpent qui forme la fin et pour ainsi dire le cloup du spectacle au terme de cette description de l’Éthiopie. Le serpent, dont la recherche et la capture sont relatées avec beaucoup de détails, est rapporté ensuite à Alexandrie pour Ptolémée II et fournit finalement un « spectacle extraordinaire et incroyable pour de simples auditeurs » (paradoxon theama kai tois akousasin apistoumenon) au souverain lagide. La présence du serpent en tant que chose à voir rejoint les problèmes de l’économie de la preuve dans un récit historique : croyez-en vos yeux, car vous ne pourriez pas en croire vos oreilles ! Diodore insiste également sur la présence physique du serpent, transporté dans un panier approprié : la preuve visuelle et matérielle l’emporte sur le récit oral.

La conclusion du passage montre Ptolémée récupérant le serpent au profit de sa propagande, en le présentant comme le megiston parekhomenos kai paradoxotaton theama, « le spectacle le plus considérable et le plus extraordinaire », aux étrangers arrivés dans son royaume (III, 37, 7). Là encore, le profit politique des paradoxa pour les lecteurs apparaît.

La conclusion de Diodore argue de ce témoignage visuel pour attester de la véracité du récit, et fait même probablement un jeu de mots sur le nom des Ethiopiens en III, 37, 9 :

Dioper tèlikoutou megethous opheôs eis opsin koinèn katèntèkotos ouk axion apistein tois Aithiopsin oude muthon hupolambanein to thulomenon hup’autôn.

« C’est pourquoi, du moment qu’un serpent d’une telle taille a été présenté à la vue du public, les Ethiopiens ne méritent pas qu’on soit incrédule à leur égard ni qu’on prenne pour une fable ce qu’ils répètent sans cesse. »

Ce choix du datif pluriel Aithiopsin ressemble beaucoup à un calembour présentant ici les Éthiopiens en tant que ceux qui ont vu (aithi – opsin). Or ce passage forme aussi la conclusion du développement de Diodore consacré à l’Éthiopie, après quoi il passe à la description du golfe d’Arabie. Après le bouquet final extraordinaire formé par la chasse au serpent particulièrement détaillée et mouvementée, le calembour ou du moins la rime commode opsin/Aithiopsin vient ainsi clôturer le développement et clore le problème de la véracité du propos de Diodore concernant ce pays situé au bout du monde et sur lequel on a raconté tant de choses difficiles à croire.

Ce que l’on sait des différences entre Diodore et ses sources (ici Agatharchidès) montre qu’il tend à mettre encore plus en avant l’extraordinaire. Bommelaer le montre en détail dans son Introduction au livre III de la Bibliothèque historique dans la Collection des universités de France (p. XLIII-XLV) : Diodore a supprimé des détails et développements annexes trouvés chez Agatharchidès afin de renforcer « l’effet pittoresque ». Selon Bommelaer, « c’est bien un choix d’ordre littéraire qui préside au tri des renseignements fournis par le modèle ».

Bommelaer se montre globalement critique envers Diodore, car ce goût du détail extraordinaire « qui aiguise la curiosité, émousse en même temps le jugement ». Elle en vient à diagnostiquer un « manque d’envergure de la pensée », tout en reconnaissant à Diodore « quelques exposés brillants », dont le fameux passage de la chasse au serpent géant par les envoyés de Ptolémée Philadelphe (III, 36-37). Elle conclue à un « effort de mise en scène (…) pleinement couronné de succès » car « le plaisir du lecteur est indéniable ». Elle consacre aussi un développement à la recherche de l’émotion chez Diodore (p. XLV-XLIX) qui constitue un procédé au service de la réflexion morale. Elle insiste sur le fait que ce sens du pittoresque et cette recherche de l’émotion ne sont pas des ornements mais participent de la conception que se fait Diodore du rôle de l’historien et font donc pleinement partie de l’exposé.

On peut alors poser la question d’un possible malentendu persistant entre Diodore et son lectorat actuel : ne faudrait-il pas mettre de côté les jugements sur Diodore pris en tant qu’historien et justement examiner d’un peu plus près, et en usant de catégories antiques, ce « choix d’ordre littéraire » dont parle Bommelaer ? Qu’en est-il de Diodore rhéteur, voire de Diodore producteur de fiction, lorsqu’on analyse le livre III de la Bibliothèque historique en recourant à la notion antique d’’ekphrasis ? C’est ce que nous verrons bientôt, mais nous allons prendre le temps d’examiner la structuration thématique du propos de Diodore dans sa caractérisation des peuples éthiopiens.

2. La structuration thématique du propos dans la description des peuples éthiopiens

Diodore décrit plus d’une quinzaine de peuples, mais le décompte n’est pas aisé et n’a même pas toujours de sens, car certains ne sont pas nettement distingués des autres, ou forment de simples sous-groupes (les Chélonophages forment un sous-groupe des Ichthyophages, et un autre groupe qui n’a pas de nom propre se nourrit de cadavres de baleines ; au sein des Troglodytes sont distingués les Koloboi et les Mégabares, etc.) et d’autres distinctions sont faites au sein d’un même peuple en fonction des coutumes (Diodore distingue ainsi au moins cinq types d’habitat différents chez les Ichthyophages) au point qu’on peut s’interroger sur ce qui fait distinction au sens fort du mot et ce qui n’en fait pas. Par exemple, certains Eléphantomaques chassent les éléphants par force et d’autres par la ruse : sont-ce là deux cultures différentes ? Diodore ne semble pas s’en préoccuper excessivement : il reprend pour l’essentiel les noms propres préexistants.

On peut classer les développements et remarques de Diodore au sujet des Éthiopiens en quelques grandes catégories principales. Toutes sont loin de recevoir la même attention de la part de Diodore, comme nous le verrons après les avoir passées en revue.

La nomenclature. Elle est très fréquente, mais pas systématique. Les Éthiopiens sont subdivisés en de nombreux peuples (Ichthyophages, Rhizophages, etc.) mais tous ne sont pas désignés par un nom propre (les Éthiopiens d’Occident vivant sur les rives du Nil etc. en III, 8, 1 ; les habitants de la côte de Babylonie avec leurs pièges à poissons confectionnés en roseaux en III, 21, 6 ; les Barbares voisins des Chélonophages et se nourrissant de cadavres de baleines, qui sont implicitement inclus parmi les Ichthyophages, en III, 21, 6). Lorsque nom propre il y a, il n’est en général pas nouveau, mais hérité de la tradition historiographique antérieure.

Ces noms propres sont majoritairement des noms composés attribués selon les différences de régime alimentaire : Ichthyophages, Chélonophages, Rhizophages, Hylophages, Spermatophages, Strouthophages, Acridophages.

Un seul, celui des Éléphantomaques, choisit la caractérisation par le combat, qui revient ici à parler de chasse et, toujours dans ce cas, d’alimentation (les éléphantomaques sont de fait aussi des éléphantophages).

D’autres noms de peuples éthiopiens sont des noms communs changés en noms propres ou des adjectifs substantivés : les Kynégoi (Chasseurs) en III, 25, 1, les Agrioi (III, 31, autre nom des Cynamynoi), les Troglodytes (III, 32) y compris les Koloboi (Mutilés, III, 32, 4). Nomades, l’autre nom des Troglodytes (III, 32 aussi).

D’autres noms propres encore n’ont pas de sens particulier : les Simes (III, 28), les Cynamynoi (déformation possible des Cynamolges, « trayeurs de chiennes », en III, 31), les Mégabares (Megabareis, parmi les Troglodytes, III, 33, 1). Le nom « Éthiopiens », hérité des épopées homériques, n’est pas expliqué explicitement (ni au sens de « Visages-Brûlés », ni dans un autre sens).

L’alimentation. L’alimentation tient une place centrale dans la caractérisation des peuples éthiopiens : on a vu sa prééminence dans la nomenclature. C’est déjà le cas chez Agatharchidès selon l’analyse de Bommelaer (p. XIX-XX). Il faut cependant préciser le propos, car ce domaine à lui seul donne lieu à plusieurs ramifications possibles.

Diodore recourt parfois à une présentation de l’animal ou de la ressource consommée incluant des détails zoologiques ou botaniques : les poissons (en III, 17, 1), les tortues (III, 21, 1), les plantes (III, 23), l’autruche (III, 28, 2).

Mais, le plus souvent, il se concentre sur les techniques ou ruses employées pour se procurer la nourriture : nombreuses et variées, quasi systématiquement présentes, elles retiennent beaucoup plus l’attention de Diodore que la présentation des ressources naturelles elles-mêmes. Les tribus d’Éthiopiens autour du Nil et région limitrophe de l’Arabie et partie inférieure de la Libye pratiquent la cueillette et la chasse aux volatiles (III, 8, 6). Pour les Ichthyophages, c’est l’élevage (III, 15, 1) ainsi que deux techniques de pêche et deux modes de boisson (III, 15-18). Les Chélonophages pratiquent la pêche à la tortue (III, 21). Les Barbares voisins des Chélonophages se nourrissent de cadavres de kétos (baleines) (III, 21, 6). Les habitants de la côte de Babylonie confectionnnent des pièges à poisson de deux types (III, 22). Diodore détaille aussi la cueillette et la cuisine des Rhizophages (III, 23), le mode de vie semi-arboricole des Hylophages (III, 24), la technique de chasse aux fauves des Éthiopiens Chasseurs (III, 25) et celles de la chasse à l’éléphant mises au pooint par les Éléphantomaques, avec deux techniques, l’une employant la force et l’autre la ruse (III, 26). Diodore évoque aussi la chasse à l’autruche des Strouthophages (III, 28, 5). Les Acridophages piègent les sauterelles en les enfumant (III, 29). Les Cynamynoi chassent les buffles à courre avec leurs chiens et ne mangent que de la viande (III, 31 ; rien sur le fait qu’ils traient des chiennes). Les Troglodytes changent d’alimentation selon la saison (III, 32).

L’affrontement au milieu naturel (prédateurs, climat, maladies). Moins systématique, ce thème reste récurrent lui aussi.

Les habitants de la région splendide contestée entre Éthiopiens et Libyens doivent régulièrement fuir les éléphants (III, 10, 3).

Il y a peu de maladies mais une faible longévité chez les Ichthyophages (III, 17, 5).

Les Rhizophages ont affaire aux lions (III, 23).

Les Éthiopiens Chasseurs dorment sur les arbres par crainte des bêtes sauvages (III, 25).

Les Hylophages et les Spermatophages meurent généralement des suites d’un glaucome (III, 24).

Les Acridophages connaissent une mort « non seulement étrange mais la plus misérable de toutes » (III, 29).

L’habitat. Une description détaillée explicite de l’habitat est beaucoup plus ponctuelle et liée en général au milieu naturel. Beaucoup de ces peuples ne construisent pas d’habitations, mais cette absence, même lorsqu’elle reste implicite, participe à la construction de leur image en tant que peuples très différents des Grecs. L’habitat très détaillé des Ichthyophages est décrit en III, 19-20. Les Éthiopiens Chasseurs dorment sur les arbres (III, 25). Diodore évoque aussi la vie arboricole des Hylophages (III, 24), le nomadisme des Rhizophages (III, 23) et le nomadisme partiel (avec tentes, nomades kai skènitai) des habitants de la région splendide contestée entre Ethiopiens et Libyens à cause des ravages des éléphants (III, 10, 3).

Remarquons au passage que le développement consacré aux Troglodytes ne rien sur d’éventuelles grottes (III, 32).

Le langage.

C’est un sujet qui intéresse beaucoup moins Diodore. Il évoque la langage inarticulé des Ichthyophages insensibles, qu’il compare à des mugissements de bœufs (III, 17, 3), au point de rapporter qu’ils utilisent non un langage mais des mimiques expressives des mains (III, 18, 6).

L’armement et la guerre. C’est un thème bien moins présent qu’on aurait pu s’y attendre. Les Ichthyophages se laissent tuer sans combattre en raison de leur insensibilité naturelle (III, 18).

Diodore ne décrit en détail que l’armement e tles tactiques des tribus d’Ethiopiens autour du Nil et région limitrophe de l’Arabie et partie inférieure de la Libye (en III, 8, 4). L’armurerie locale comprend généralement boucliers, javelots, gourdins et arcs, et les femmes peuvent être armées aussi.

Les Strouthophages, précise ailleurs Diodore, se fabriquent des armes en cornes d’oryx (III, 28, 6).

Coutumes variées.

Diodore mentionne à quelques reprises des coutumes variées, qui peuvent elles-mêmes souvent se regrouper en quelques grandes catégories.

Une première consiste à présenter des peuple recourant à la communauté des femmes et des enfants : c’est le cas des Hylophages et des Spermatophages (III, 24), mais aussi des Troglodytes (III, 32).

D’autres coutumes s’assimilent à des pratiques d’eugénisme : les Chasseurs ne donnent à manger qu’aux adolescents qui tirent bien à l’arc (III, 25) ; la fin de vie chez les Troglodytes appelés Mégabares en III, 33 consiste en une mise à mort ou en des suicides des vieillards (mais c’est une coutume volontaire et non l’effet direct du milieu).

Enfin, Diodore décrit plusieurs rites funéraires étonnants pour un œil grec : ceux des Éthiopiens habitant au-dessus de Méroé (III, 9, 3) qui se débarrassent de leurs morts dans les fleuves ou coulent du verre autour pour les garder, ou encore utilisant des cercueils de terre cuite enterrés près des sanctuaires (les sépultures servent de lieu où prêter serment). ; ceux des Troglodytes Mégabares (III, 33, 2) qui rient en quittant les funérailles.

L’habillement.

Il retient moins l’attention de Diodore, qui s’intéresse surtout à ce qui diffère des usages grecs. Les tibus d’Éthiopiens vivant autour du Nil et dans la région limitrophe de l’Arabie et la partie inférieure de la Libye portent des vêtements (III, 8, 5) mais les Ichthyophages vont nus (III, 15, 1).

Religion et pensée. Diodore présente un propos général sur la piété et les usages des Éthiopiens de Méroé, mais le thème est rarement abordé ensuite, sans qu’il soit possible de bien savoir si ce qui est dit au début sur ce thème peut aussi d’appliquer aux autres peuples éthiopiens. Les Éthiopiens de Méroé et des environs sont réputés avoir été les premiers à rendre un culte à une divinité et entretiennent une réputation de grande piété (III, 2, 2-4). Les Éthiopiens habitant au-dessus de Méroé (III, 9, 1) croient à l’immortalité de certains dieux, principalement du soleil et de la lune, et pensent que les autresn’étaient au début que des mortels qui ont obtenu ensuite des honneurs immortels (timôn athanatôn) en récompense de leurs hauts faits : Isis, Pan, Héraclès, Zeus. Diodore consacre aussi une phras eà une minorité athée qui lance des imprécations au soleil et le fuit. Diodore note avec intérêt que les Ichthyophages n’ont aucune notion du bien et du mal (III, 15, 1).

Régimes politiques

Le thème est rare chez Diodore. Les Éthiopiens de Méroé et environs choisissent leurs rois selon leur beauté, leur capacité à prodiguer les soins aux bêtes, leur richesse ou leur courage (III, 9, 4).

Ainsi ces catégories sont-elles loin de recevoir toutes la même attention de la part de Diodore. Là où une présentation ethnographique contemporaine présenterait systématiquement ces différents aspects et d’autres encore, l’ethnographie de la Bibliothèque historique tend à se concentrer sur quelques aspects, voire sur un seul. Par exemple, les Éléphantomaques ne sont présentés que sous l’aspect de la chasse à l’éléphant : on ne saura rien de leur religion ou de leur système politique.

De même, la place consacrée à chaque peuple s’avère extrêmement variable. Les groupes décrits le plus en détail d’un point de vue ethnographique sont les Ichthyophages, tandis que du point de vue de l’histoire ce sont les traditions des Éthiopiens de Méroé qui reçoivent le plus d’attention de la Bibliothèque historique.

S’observe aussi une alternance entre des généralités qui peuvent s’appliquer à plusieurs peuples ou groupes et l’ajout de traits qui se concentrent sur tel ou tel groupe précis.

(Une chose frappante lorsqu’on a établi ce classement est le peu de redondances entre différents passages. Au point que je me demande si la variatio n’a pas fait partie des préoccupations majeures de Diodore dans la composition de ses développements.)

L’exemplier montre le cas des Chélonophages, qui n’est pas représentatif, car les remarques zoologiques indépendantes de l’interaction de l’animal avec les humains sont rares dans les développements ethnographiques. En revanche nous verrons son intérêt pour l’ekphrasis et pour la conclusion de Diodore sur la nature et l’adaptation des peuples à leur milieu.

Il n’y a pas d’ordre fixe dans le traitement de ces différents thèmes. Nous avons vu ainsi la structuration thématique du propos, qui permet de dépasser l’impression de diversité et de bariolure que peut donner une lecture de découverte en raison de l’attachement de Diodore à aborder des thèmes variés à propos de peuples variés. Bommelaer, qui s’en tient là encore à montrer la dette de Diodore envers Agatharchidès, a raison de souligner l’importance de la nomenclature et de l’alimentation dans la présentation des différents peuples, mais on voit que cette partie ethnographique aborde d’autres thèmes, et elle le fait a priori sans adopter d’ordre rigide. L’ordre dans lequel ces thèmes sont abordés, tout comme la place dévolue aux différents peuples, varient selon des préoccupations plus rhétoriques qu’anthropologiques au sens actuel du terme.

Diodore se contente souvent de mettre en avant un ou deux traits distinctifs frappants d’un peuple donné. Une « mono-caractérisation »de certains peuples se constate dans plusieurs cas, bien qu’elle ne soit pas systématique. C’est une simple prééminence forte, portant sur l’alimentation et les liens à un milieu naturel réduit à quelques facteurs aussi influents que peu nombreux (la mer et les poissons, les arbres et les fauves…). Ainsi les Chélonophages se réduisent-ils entièrement à leurs relations avec les tortues : « un seul bienfait » leur donne tout le nécessaire. Les habitants de la côte de Babylonie se réduisent à leurs pièges à poissons et les Éléphantomaques à la chasse à l’éléphant. Mais nombre d’autres peuples ont droit au moins à un ou deux autres détails (les Hylophages ont droit non seulement à la description de leur alimentation dépendant des arbres mais aussi à des considérations sur la mise en commun des femmes et des enfants et sur le glaucome qui cause leur mort, les Strouthophages ont droit à un détail sur leur conflit contre les Cimes..).

Ce qui intéresse visiblement plus Diodore, en revanche, est de composer un texte riche en sujets d’étonnement, comme on l’a vu, mais en sujets d’étonnement eux-mêmes bien servis par des descriptions vivaces. Ce qui nous amène aux choix d’écriture (ou de réécriture, voire recopiage sélectif, si l’on y tient) de Diodore.

3. Le recours à l’ekphrasis

L’ekphrasis est un procédé de discours visant à mettre le sujet du propos sous les yeux du lecteur. Ce procédé s’avère d’autant plus important au livre III de la Bibliothèque historique que Diodore accorde une grande importance à l’autopsie (le fait de voir soi-même, d’avoir vu et de ses yeux vu) dans le mécanisme de la preuve. J’émets donc une suggestion : le soin qu’apporte Diodore à l’ekphrasis (inventée ou reprise) n’est pas à dissocier de son questionnement d’historien, il en fait pleinement partie. Plus ce qu’il évoque est paradoxal et difficile à croire, plus, sans doute, il est important pour Diodore que son texte permette aux lecteurs de se l’imaginer avec netteté, vivacité et précision : c’est un procédé classique pour emporter l’adhésion du lecteur.

Les ekphraseis apparaissent avec une grande fréquence et leur place est proportionnellement importante au livre III de la Bibliothèque historique. Rappelons que la rhétorique antique distingue la diégèsis (le récit plat sans détails) de l’ekphrasis (récit détaillé permettant aux lecteurs/auditeurs d’imaginer la scène comme si elle était devant leurs yeux). Chez Diodore, au livre III, une alternance très régulière s’observe entre le propos argumentatif et des diégèses (explications plates) qui sont souvent supplantées très vite par des ekphraseis détaillées. La limite entre la scène animée et la simple généralité n’est pas toujours simple à tracer ; à l’inverse, il arrive que la part de diégésis se réduise à presque rien.

L’exemplier fournit l’exemple des Chélonophages, dont la présentation concatène une ekphrasis des tortues seules puis une autre décrivant la pêche à la tortue. Mais il y a des séries d’ekphraseis bien plus longues, au sujet des Ichthyophages et des Éléphantomaques, par exemple.

Ces ekphraseis fonctionnent presque toutes comme des scènes itératives, en particulier les scènes de recherche d’alimentation (chasse, pêche, cueillette, etc.). Elles concernent pratiquement tous les peuples décrits, mais aussi les scènes de prédation animale. D’où un effet de « tableau animé » : Diodore commence par décrire une région et énoncer des généralités sur les peuples en question et leurs usages, puis il décrit une scène précise et vivante. On est en pleine ekphrasis, mais c’est une ekphrasis de scène itérative, représentative d’une vérité récurrente et générale au sujet du peuple présenté. La pêche des Ichthyophages en III, 15, 3-7, est représentative de ce qui se passe à tous les endroits de la côte où vit ce peuple et de ce qui arrive tous les jours.

Ainsi la pêche des Ichthyophages (III, 15, 4-7) comprend nombreuses notations visuelles, mais aussi auditives avec les cris (15, 6), tactiles (les armes qui percent les poissons en 15, 7), la consistance de la nourriture marine pendant la cuisson en 16, 1-3), et même gustatives (dans la description de la pêche par mer violente, Diodore explique que la chair des coquillages rappelle le goût des huîtres, en 16, 5).

La cinétique est également très présente par l’intermédiaire d’un vocabulaire abondant et varié ayant trait aux postures et aux mouvements. En outre, Diodore fait montre d’un grand intérêt pour la précision technique au sujet des modes de fabrication des habitations et des pièges, des techniques de chasse et de pêche, etc. Cette préoccupation s’observe très tôt au livre III, dès la description précise des mines d’or éthiopiennes (III, 12-14). La technique de chasse à l’éléphant des Éléphantomaques est un exemple frappant conciliant un sens du mouvement très énergique et une précision technique soigneuse qui donne l’impression d’un ensemble d’instructions de chasse susceptibles d’être imitées après lecture.

Cet intérêt pour les ekphraseis précises s’observe dans de nombreux autres développements, y compris zoologiques : ainsi des affrontements entre serpents et éléphants dans la région contestée par les Ethiopiens et les Libyens (10, 5) où la technique de chasse des serpents est précisément décrite et suivie d’une évocation vivace de l’éléphant couvert d’écume qui s’effondre entraîné par son poids, après quoi le serpent effectue divers mouvements pour parvenir à le dévorer.

La vivacité des ekphraseis est parfois même renforcée par des tournures à l’irréel qui génèrent presque un effet d’interactivité avec les lecteurs. Lorsqu’il relate le voyage de Simmias chez les Ichthyophages, Diodore emploie une hypothèse à l’irréel (III, 18, 5) afin d’affirmer que même si quelqu’un venait tuer les Ichthyophages à coups d’épée, ils ne réagiraient pas. Diodore reprend ensuite une narration au passé.

Les exceptions, à savoir des ekphraseis pragmatôn d’événements uniques ou ponctuels, sont rares et à des endroits bien choisis, en particulier la chasse au serpent pour Ptolémée II à la toute fin du développement sur l’Éthiopie.

Diodore joint aux ekphraseis des observations moralisantes, y compris des affirmations originales ajoutées à ses sources, comme l’a montré Bommelaer en rapprochant ses développements de ceux d’Agatharchidès.

Reprendre la typologie antique des ekphraseis permet de mettre en valeur aisément au livre III l’ensemble des catégories d’ekphraseis distinguées par les auteurs de Progumnasmata et d’autres traités rhétoriques un peu avant et après J.-C. (Webb 2009 p. 62 et suivantes). On trouve au livre III des ekphraseis de personnes (prosopa), de lieux (topoi), de temps (kairoi ou chronoi) et d’événements (pragmata), à quoi on peut ajouter les ekphraseis de « façon dont l’action est menée » (tropos) et de cause (aitia) mentionnées par Théon (Webb p. 64). Voici quelques exemples :

Ekphraseis de personnes : les tribus d’Ethiopiens vivant autour du Nil et dans la région limitrophe de l’Arabie et dans la partie supérieure de la Libye (III, 8, 1-3).

Ekphraseis de lieux : la longue ekphrasis sur les mines d’or d’Ethiopie, localisées très vaguement mais décrites avec force détails techniques et remarques pathétiques (III, 12-14). Les habitations des Ichthyophages, avec une recherche de variatio (quatre types d’habitations aménagées de main d’homme et un habitat naturel brut formé par un ravin) (III, 19, 1-5 et 20, 1-3). La région disputée par les Ethiopiens et les Libyens joue peut-être sur l’horizon d’attente du lectorat en laissant attendre, par son début riant, un locus amoenus qui s’avère vite infesté d’animaux dangereux (10, 1-6).

Ekphraseis de temps : le climat chaud du désert comparé au climat froid de Scythie.

Ekphraseis d’événements : toutes les ekphraseis de chasse, pêche et cueillette.

Ekphraseis de façon dont l’action est menée : nombreux croisements avec les ekphraseis d’événements par le biais d’un vocabulaire très précis sur les gestes, quelques termes techniques, description de pièges des habitants de la côte de Babylonie, en roseau ou à fosse (III, 22), etc.

Ekphraseis de cause : utilisées à contre-emploi dans les cas d’aporiai comme pour le lieu d’habitation des Ichthyophages vivant au fond d’un ravin.

III. La conception diodoréenne de l’ethnographie

1. L’histoire et l’ethnographie comme matière à penser : nature et morale

Chaque description chez Diodore donne à réfléchir, implicitement ou explicitement, sur l’adaptation des humains à leur milieu. L’étude du vocabulaire le montre. Le champ lexical de l’extraordinaire fonctionne comme une incitation à l’étonnement lui-même conçu comme ouverture sur la réflexion. C’est d’autant plus vrai des exemples d’apories provoquées par la découverte d’un peuple aux usages déroutants, comme les Ichthyophages vivant dans un ravin a priori coupé du monde au point qu’on se demande comment ils sont arrivés là (20, 1-3).

Mais un autre champ lexical récurrent chez Diodore est le champ lexical de la nature (phusis). La nature est source de tout ce qui est extraordinaire. Chez les Cynamynoi, par exemple, la présence étrange des buffles sauvages est expliquée par la nature. Bommelaer relève l’importance de la notion de phusis mais ne la commente que sous l’angle de la simplification, voire de la pauvreté du raisonnement, par rapport aux sources de Diodore (Agatharchidès, encore). Il me semble de mon côté que Diodore, tout en simplifiant, réoriente cette réflexion sur la nature pour mettre en avant le lien entre la nature et l’extraordinaire dans le cas particulier de cette contrée lointaine qu’est l’Éthiopie, où la nature est particulièrement prodigue en phénomènes déroutants.

Nombre d’ekphraseis de scènes itératives sont présentées par Diodore comme l’expression de vérités générales.

Certaines relèvent de l’adéquation entre un peuple et son milieu naturel. Le cas par excellence est celui des Ichthyophages et des Chélonophages, auxquels la nature procure une source de nourriture privilégiée et constante, qui, dans le cas des Chélonophages, subvient à tous leurs besoins.

D’autres sont explicitement morales, en particulier le recours à l’intelligence et à la ruse pour concevoir des pièges ou un moyen de s’alimenter. La deuxième technique de chasse de Éléphantomaques (III, 27), qui consiste à scier les arbres contre lesquels ces animaux s’appuient pour dormir afin qu’ils tombent et ne puissent plus se relever, est un exemple de ruse. (Diodore a choisi de ne pas reprendre dans son ouvrage une troisième technique qui figurait chez Agatharchidès entre ces deux-là et recourait à l’arc : cela peut s’expliquer par une volonté de rester court, mais aussi, peut-être, par une envie d’accentuer le contraste entre une technique illustrant la manière forte et une autre illustrant la ruse.

Or la morale et la nature sont liées. Les bienfaits et les maux dispensés par la nature recèlent des leçons dont on peut tirer profit. La réflexion morale n’est pas exclusivement appliquée aux humains ni illustrée par des exemples humains : elle vaut aussi pour les considérations sur la faune et la flore, voire sur les pierres et le climat et sa répartition dans le monde, les ressources naturelles et autres bienfaits dispensés aux divers peuples. La cohabitation entre les Ichthyophages et les phoques en est un exemple explicite (18, 7) : « l’absence d’injustice permet la cohabitation paisible et scrupuleusement honnête de races différentes (allophulois zôois) ».

Force est cependant de constater que, dans ce livre III, cette réflexion n’est pas très approfondie au-delà de remarques ponctuelles ébauchant un système délibérément assez simple, où la clarté de la démonstration et la vivacité des exemples comptent plus que le degré d’élaboration du raisonnement. Redisons aussi que parfois, Diodore refuse de conclure : il incite à l’ouverture d’esprit en présentant la nature comme productrice d’étrangetés qu’on ne peut pas toujours expliquer.

2. Conséquences sur la représentation des peuples éthiopiens

Après avoir détaillé la structuration thématique du propos de Diodore et ses procédés rhétoriques grâce à la notion d’ekphrasis, nous pouvons en venir à l’image qu’une telle conception de l’ethnographie donne de l’Éthiopie au livre III de la Bibliothèque historique.

Une non-unicité de l’espace et cloisonnement. Il n’y a pas de circulation entre les territoires, pas de contacts ou d’échanges entre peuplades comme les Ichthyophages et les Chélonophages. Tout semble se passer comme si à une région correspondait un peuple vivant isolément selon un mode de vie qui lui est propre, de façon pratiquement étanche. Les développements de Diodore semblent parfois autonomes, non reliés entre eux pour montrer un ensemble cohérent et complexe.

Cette singularité est explicitée dans un cas : celui des Ichthyophages les plus insensibles, qui vivent sur la côte à l’extérieur du golfe dans un désert éloigné de toute terre habitée (III, 18, 1) et qui n’entrent volontairement pas en relation avec les autres peuples (III, 18, 5).

Cette étanchéité souffre quelques contre-exemples montrant une interaction entre peuples, comme le conflit entre Éthiopiens et Libyens pour une région fertile (III, 10) et l’allusion à des attaques des Simes contre les Strouthophages (III, 28, 6). Quelques autres contre-exemples montrent une interaction entre des peuples éthiopiens et le reste du monde connu. Diodore évoque les échecs des tentatives d’invasions en Éthiopie, notamment de Cambyse, Sémiramis, Héraclès et Dionysos (III, 2, 4 et III, 3) mais sans rien dire des conséquences de ces interactions. Il fait allusion au voyage de Simmias chez les Ichthyophages sous Ptolémée II (III, 18, 4-6), mais c’est une interaction aporétique puisque les Ichthyophages ne réagissent justement pas, même aux menaces physiques. Il consacre un long récit à la chasse au serpent géant pour Ptolémée II (III, 36-37), mais le lieu exact de cette chasse (à proximité du désert) et le peuple auquel appartiennent les chasseurs (Grecs ? Égyptiens ? Éthiopiens ?) ne sont pas indiqués précisément.

La non-unicité du temps.

Diodore évoque peu ou pas de chronologie historique pour ces peuples. Les traditions éthiopiennes sur les origines des Ethiopiens et leur histoire semblent le seul fait des Ethiopiens de Méroé, sans ajouts ou variantes locales. Les différents peuples et groupes décrits ont une vie cyclique, conséquence du recours à des ekphraseis de scènes itératives. Cette vie refermée sur elle-même dans l’espace et dans le temps est explicitée dans le cas des Ichthyophages (III, 17, 5) : kai touton ton tropon hè diaita kukleitai par’autois panta ton tou zèn khronon (« tel est le cycle auquel obéit leur régime durant toute leur existence »).

Il n’y a donc pas d’histoire événementielle. Même les rares conflits évoqués entre peuples éthiopiens sont cycliques.

Cette singularité se double de remarques et d’allusions montrant la conception du temps qu’a Diodore : elles semblent aller dans le sens de l’idée d’une non-unicité du temps à l’échelle de l’oecumène, faisant de l’Éthiopie un pays sinon coupé du temps, du moins riche en phénomènes étranges dignes des temps reculés. Diodore insiste sur le fait que la nature produit nombre d’étrangetés et qu’il faut les accepter, avec pour preuve que certains phénomènes déroutants durent encore de nos jours. Cela semble aller dans le sens de l’idée que certains phénomènes curieux qu’on associe d’ordinaire aux temps anciens et révolus comme l’âge héroïque continuent parfois à se produire à son époque, et que l’Éthiopie serait particulièrement profuse en étrangetés de ce genre.

La nomenclature se limite aux noms de peuples. Aucun nom propre individuel n’est présent dans ces développements ethnographiques en dehors du nom du peuple : tout est présenté sur un mode collectif. Cette généralité souffre cependant quelques contre-exemples, comme la mention du roi éthiopien Ergamène, contemporain de Ptolémée II (III, 6, 2), ainsi que des noms de rois éthiopiens mentionnés dans un autre livre (les rois éthiopiens Actisane et Sabaco, I, 60, 2-5 et 65, 1-8), tandis que le héros Memnon ne semble pas être mentionné au livre III.

Les toponymes sont limités voire absents. Ils se limitent aux repères géographiques (côtes, régions) qui eux-mêmes deviennent très flous à l’intérieur des terres (pour les Rhizophages, Hylophages/Spermatophages, Ethiopiens Chasseurs et Eléphantomaques). On ne rencontre aucun nom de cité ou de village en dehors de Méroé. Il n’y a parfois pas de toponyme du tout.

Plusieurs présentations ethnographiques de peuples éthiopiens donnent lieu à des comparaisons ou rapprochements entre humains et bêtes. Les tribus d’Éthiopiens vivant « autour du Nil et dans la région limitrophe de l’Arabie et de la partie inférieure de la Libye » ont des ongles longs comme ceux des bêtes sauvages (III, 7, 2). Les Ichthyophages puisent dans le tas de carcasses, « à peu près comme les bêtes fauves qui vivent dans des tanières » (paraplèsian diathesin ekhontes tois phôleuousi tôn thèriôn, III, 16, 7). La conclusion de Diodore au sujet des plus lointains peuples qui habitent vers le midi est qu’ils possèdent une forme humaine mais un régime de vie bestial (bion thériôdè, III, 31, 4). Si Diodore ne met en scène aucun peuple hybride d’hommes-animaux en termes physiques, il reconduit une pensée de l’hybridation, avec ce qu’elle suppose d’infériorité par rapport aux Grecs et aux Romains, en présentant certains peuples comme animaux par leurs coutumes.

Rappelons enfin que l’ouvrage de Diodore ne reflète pas les connaissances géographiques et ethnographiques les plus récentes de son temps, comme l’indique Bommelaer dans son Introduction au livre III dans la CUF (p. XXX-XXXI) où elle montre la valeur scientifique limitée du travail de Diodore.

3. (et conclusion) Quelle place pour la fiction chez Diodore ?

Les historiens que reprend Diodore n’avaient pas peur de recourir à l’ekphrasis pour rendre leur récit et leurs descriptions plus vivaces. Diodore pousse cela plus loin et met en place un paradoxe qui fait plus penser aux afféteries métapoétiques d’un Pindare qu’à la réflexion d’un historien : il met en scène l’extraordinaire, en sachant bien que son lectorat aura du mal à le croire, tout en l’incitant à ne pas rester incrédule et en recourant à des descriptions vivaces et à divers mécanismes de la preuve que nous avons vus pour emporter son adhésion.

Sa documentation est honnête mais pas à jour, son appréhension de l’Ethiopie et de ses peuples reste parfois brumeuse et donne dans ce que nous appellerions l’exotisme, mais aussi voire surtout dans une logique de la singularité : la nature produit toutes les étrangetés et, puisqu’il a entendu des récits montrant la persistance de certains phénomènes étranges jusqu’à nos jours, cela semble le conduire à penser que, dans cette partie du monde, il peut encore exister des peuples, créatures et phénomènes dignes des temps les plus anciens.

Sa compréhension des peuples lointains se limite à les changer en prétextes à réflexion morale ou à une philosophie simple, mais elle reconduit aussi nombre de stéréotypes hellénocentristes infériorisant les Barbares du bout du monde.

La vérité scientifique n’est donc visiblement pas le seul but de Diodore ethnographe : il vise surtout à convaincre et à divertir afin de délivrer un enseignement assez simple mais répété à plaisir. Ses nombreux développements vivaces sont alors à comprendre autant comme des réinventions animées, des mises en scène et en mouvement, que comme des descriptions scrupuleuses tirant le meilleur de sources récentes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *