Archives de catégorie : Nouvelles du séminaire

Séance 3 du séminaire : samedi 5 décembre, Paris

Bonsoir à tous !

La troisième séance du séminaire aura lieu samedi prochain 5 décembre, de 14h à 16h, à l’École normale supérieure de Paris, en salle F. Pour y accéder, prenez l’escalier D, qui est tout de suite sur votre gauche en entrant, et montez jusqu’au premier étage.

L’orateur cette fois-ci sera G. Vassiliadès, doctorant à l’Université Paris Sorbonne sous la direction de M. Ducos. Sa thèse s’intitule « La Res publica et la décadence, de Salluste à Tite-Live » et le sujet de sa communication de samedi prochain est : « Écrire l’histoire sur les triumvirs : Salluste et sa position politique ». Sa répondante sera Raphaëlle Laignoux, qui est maîtresse de conférences en histoire romaine à l’Université Panthéon Sorbonne.

Comme pour les deux précédentes séances, les échanges seront suivis d’un goûter, afin de continuer à discuter de manière un peu plus informelle.

Venez nombreux !

Deuxième séance du séminaire : 10 novembre

Bonjour à tous !

Après une première séance du séminaire le 17 octobre à Paris, la deuxième séance aura lieu à Lyon, à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, salle Reinach, le mardi 10 novembre ! I. Cogitore et son doctorant, L. Autin, y parleront du discours des femmes chez Tacite, avec, comme répondant, A. Jayat. La discussion sera suivie, comme le mois dernier, d’un goûter convivial. Attention : exceptionnellement, la séance sera de 16h à 18h. Venez nombreux !

Le texte de l’intervention de M. Mahé sur la legio linteata dans le livre X de l’Ab Vrbe condita de Tite-Live sera en outre très prochainement disponible sur le ce blog.

Création d’un séminaire sur l’historiographie antique

Depuis une quarantaine d’années maintenant, les différentes études menées en historiographie antique ont rappelé que celle-ci était conçue et pratiquée d’une manière très différente des conceptions et pratiques historiographiques actuelles. Il ne s’agit pas uniquement de la prévalence de la dimension littéraire sur la dimension scientifique, mais aussi de la définition du genre même et du rapport général des Grecs et des Romains au passé.

Nous avons ainsi eu l’idée de créer un séminaire de recherche spécialement dédié à l’écriture de l’histoire dans l’Antiquité. Son but est de partir de la pratique historiographique antique pour la comprendre en elle-même, selon ses propres critères, et non en effectuant des comparaisons avec l’écriture de l’histoire telle qu’elle est conçue de nos jours : une telle mise en relation peut en effet se révéler fertile, mais elle empêche trop souvent de saisir pleinement la pensée antique, car les caractéristiques modernes sont toujours le point de départ de la comparaison. On s’interrogera également sur la définition et l’étendue de concepts tels que le vrai, le faux, la fiction dans un cadre historiographique : ils étaient en effet pensés dans l’Antiquité, mais ne correspondaient manifestement pas aux mêmes catégories mentales qu’aujourd’hui.

Dans cette perspective, nous adoptons un principe de décloisonnement disciplinaire, entre historiographie grecque et historiographie romaine, mais aussi entre littérature, philologie, histoire antique, archéologie, philosophie de l’histoire, linguistique ou encore stylistique. Aucune discipline n’est exclue, pourvu que la communication proposée ouvre une réflexion sur l’écriture de l’histoire dans l’Antiquité : particularités d’un seul auteur ; récit d’un événement particulier par plusieurs historiens anciens ; rapports de l’historien avec ses sources ; étude narratologique ; confrontation entre récit antique et découvertes archéologiques ; évolution du traitement d’un épisode ou devenir historiographique d’une figure historique.

Les séances auront lieu alternativement à Paris (École normale supérieure ; Université Paris Ouest Nanterre) et à Lyon (Université Lyon II), une fois par mois, à partir d’octobre 2015. Chacune consistera en une communication de quarante-cinq minutes, suivie d’une discussion, lancée par un répondant, et d’un pot convivial permettant de continuer les échanges de manière plus informelle.

Chaque année, une séance sera consacrée à l’intervention d’un(e) doctorant(e) ou d’un(e) jeune docteur(e), qui présentera tout ou partie de ses travaux. Une autre séance, dite « d’ouverture », sera pourvue à la suite d’un appel à communications.

Ce blog a dès lors pour but de mettre ligne non seulement le programme des séances à venir, mais également le verbatim des séances et l’appel à communication. Il servira ainsi de lien aux participants parisiens et lyonnais et permettra à tous, participants ou non, de prendre connaissance des communications et des échanges et de les prolonger dans les commentaires.