Archives mensuelles : juillet 2017

Bilan du séminaire, saison 2 : place à la fiction !

Cette année, le séminaire a fait la part belle à la fiction – faut-il y voir un paradoxe ?

Liza Méry et Pierre Cuvelier ont tous deux abordé les textes antiques (Tite-Live d’une part et Diodore de Sicile d’autre part) en recourant à des outils ou des notions modernes. Sans tomber jamais dans l’anachronisme, L. Méry a montré que le cinéma permettait de faire résonner autrement le texte des historiens, tandis que P. Cuvelier a relu Diodore sous l’angle de la fiction de l’exotisme. Dans les deux cas, l’ekphrasis était au cœur de l’exposé, et la richesse constructive de ce procédé rhétorique montre bien que les historiens sont tout autant maître du temps que maîtres des mots.

Fiction aussi dans la communication d’Olivier Devillers, mais fiction cette fois essentielle au personnage de Tibère, sans cesse simulant et dissimulant, et contre laquelle un historien comme Tacite doit mettre en place des stratégies d’écriture proprement contre-fictionnelles.

Fiction encore, si l’on peut dire, qu’un texte édité, résultat d’hypothèses toujours plus fondées, comme nous l’a rappelé Charles Guittard dans une intervention centrée sur Tite-Live. Le philologue doit par ailleurs penser comme l’historien et interroger tous les champs de l’historiographie pour s’approcher au mieux du texte original.

C’est de fiction aussi dont nous a parlé Gilles Van Heems à travers le personnage de Publicola (chez Tite-Live, Denys d’Halicarnasse, Plutarque), évoquant d’abord le roman national construit par les Romains en quête d’identité, et réhabilitant ensuite des textes jugés peu fiables, grâce au recours à l’archéologie. La question de l’impossibilité de textes littéraires à penser d’autres formes de royauté que la monarchie hellénistique a permis aussi de voir comment Rome avait fondé son histoire sur une dichotomie politique monarchie/démocratie de fiction, alors que plusieurs indices révèlent une réalité politique plus souple et plus complexe.

Continuons avec la marge de fiction utilisée par l’historien, présentée par Antoine Jayat, dont la communication était centrée sur la figure de César orateur politique chez Cassius Dion. À rebours de la tradition décrivant César comme un orateur hors pair, Dion a montré un personnage incapable de jouer avec les codes dans un discours politique. Cet écart historique lui permet de mettre en exergue – par anticipation – l’échec du dictateur, dans un discours contre-performatif mais plein de sens.

De la fiction au mythe, enfin, il n’y a qu’un pas : c’était le mythe qui constituait le cœur de la dernière intervention de l’année, animée par Dominique Barcat. Celle-ci nous a montré que le choix du mythe, dans l’écriture de l’épisode des hommes de bronze en Égypte chez Hérodote, et la distorsion de la réalité relevait d’une stratégie historiographique pour créer un marqueur chronologique à l’entame du récit consacré à l’Égypte des Grecs.

Quoique paradoxal de prime abord, l’aspect fictionnel de l’historiographie est bien établi et semble même très fécond, et nous avons avancé dans notre quête d’une définition de l’historiographie antique. C’est sur ces belles histoires que nous vous souhaitons un bel été et nous vous donnons rendez-vous à la rentrée pour une nouvelle année, dont le format sera un peu différent. Nous organiserons une séance de séminaire tous les deux mois à Paris (à l’ENS sans doute, en octobre, décembre, février et avril – programme à venir) et nous finirons en beauté à Lyon avec une journée d’étude à la fin du printemps (date et programme à venir). À bientôt !