Séance du 17 octobre 2015 : M. Mahé, « Le serment de la légion de lin au livre X de l’AUC : aspects symboliques et esthétiques »

Voici le texte de la première séance du séminaire, qui a eu lieu le samedi 17 octobre 2015, de 14h à 16h, en salle Weil à l’École normale supérieure de Paris.

L’oratrice était M. Mahé, maîtresse de conférence en littérature latine à l’ENS Paris. Sa répondante était M. Miquel, doctorante à l’Université Paris Ouest Nanterre.

Le serment de la légion de lin au livre X de l’AUC : aspects symboliques et esthétiques.

Le livre X de Tite-Live est l’un des plus savamment construits : les phénomènes d’échos entre les épisodes et le rythme de la narration sont particulièrement remarquables. A l’intérieur de ce récit, l’épisode du serment dit « de la légion de lin », que prêtent selon Tite-Live les soldats samnites auprès de leurs chefs constitue une acmé dramatique.

Il est aisé de constater que le serment constitue un élément central dans bien des épisodes majeurs de l’histoire de la Rome républicaine, et l’historiographie s’attache à mettre en valeur des scènes de serment souvent spectaculaires et dramatisées. L’intérêt de Tite-Live pour ces représentations témoigne de l’importance de ce geste dans la mémoire romaine à l’époque augustéenne, en particulier à propos des premiers temps de la Ville : l’historien cite la formule des fétiaux relative à un traité au livre I, et rappelle l’exsecratio prononcée par les Romains au moment de la mise en place de la république, pour éviter tout retour à la monarchie. On songe aussi au serment de Mucius Scévola lorsqu’il essaie de tuer Porsenna, mais qu’il échoue, et, surtout, au fameux serment d’Hannibal, au début du livre XXI, lorsqu’il jure de toujours lutter contre le nom romain. On peut aussi, dans une perspective très différente, mentionner la coniuratio des plébéiens lors de la sécession de la plèbe en 493.

Avant de nous intéresser à l’étrange serment des Samnites, il faut noter que parmi tous ces serments évoqués par Tite-Live et par d’autres historiens, certains relèvent d’un type précis, technique, de serment : il s’agit avant tout du sacramentum militiae, que les soldats prononcent au moment de l’enrôlement, au début d’une campagne. Ce terme peut surprendre les latinistes, car le mot exact, dans la langue latine, pour serment, est : iusiurandum. Le sacramentum, terme juridique, correspond, précisément, au dépôt fait aux dieux d’une somme d’argent comme garantie de sa bonne foi :

1-Varro, ling 5, 180: si est ea pecunia quae in iudicium uenit in litibus, sacramentum a sacro; qui petebat et qui infitiabatur, de aliis rebus uterque quingenos aeris ad pontem (ad pontificem) deponebant, de allis rebus item certo (certabant : Collard) alio legitimo numero assum (actum?); qui iudicio uicerat suum sacramentum e sacro auferebat; uicti ad aerarium redibat.

On estime que ce dépôt s’accompagnait d’une prestation de serment et que pour cette raison, le mot sacramentum a pris le sens de serment :

2-Festus, 466, 2L: sacramento dicitur quod <iuris iurandi sacratio>ne interposita actum est ; 468, 16 : sacramentum aes significat, quod poenae nomine penditur, siue eo quis interrogatur, siue contenditur ; cf. P. Fest. 467, 3 : sacramentum dicitur quod iuris iurandi sacratione interposita geritur.

Le sacramentum militiae est documenté surtout par deux textes d’historien, Polybe et Tite-Live. Polybe nous décrit de manière synthétique la procédure de prestation de serment auprès du tribun militaire, après l’enrôlement :

3-Polybios, VI, 21, 1-3 :Ἐπιτελεσθείσης δὲ τῆς καταγραφῆς τὸν προειρημένον τρόπον, ἁθροίσαντες τοὺς ἐπειλεγμένους οἱ προσήκοντες τῶν χιλιάρχων καθ’ ἕκαστον στρατόπεδον, καὶ λαβόντες ἐκ πάντων ἕνα τὸν ἐπιτηδειότατον, ἐξορκίζουσιν ἦ μὴν πειθαρχήσειν καὶ ποιήσειν τὸ προσταττόμενον ὑπὸ τῶν ἀρχόντων κατὰ δύναμιν. οἱ δὲ λοιποὶ πάντες ὀμνύουσι καθ’ ἕνα προπορευόμενοι, τοῦτ’ αὐτὸ δηλοῦντες ὅτι ποιήσουσι πάντα καθάπερ ὁ πρῶτος.

« Quand l’enrôlement est achevé de la façon que j’ai dite, les hommes ainsi choisis sont rassemblés par les tribuns militaires qui en sont chargés dans chaque légion ; ces tribuns prennent entre tous l’homme le plus qualifié, et lui font prêter le serment d’obéir et d’exécuter les ordres de ses chefs de toutes ses forces. Tous les autres s’avancent un à un pour jurer, la formule étant simplement qu’ils se conformeront en tous points au serment du premier ». (trad. de R. Weil, Polybe. Histoires, livre VI, Paris, C.U.F., 1977)

Ce passage, qui décrit une situation pertinente pour l’époque des guerres puniques puis pour celle de la conquête de la Grèce, indique le contenu prescriptif du sacramentum : une obéissance totale, une exécution parfaite des ordres donnés, et, dans le cas contraire, un châtiment pouvant aller jusqu’à la mort. Nous en avons en témoignage narratif dans le livre II (45, 12-13) de Tite-Live, dans lequel les deux consuls, craignant que les troupes qu’ils ont recrutées ne fassent défection devant les Etrusques, les retiennent dans le camp, les expose aux railleries des ennemis et les contraint à jurer de sortir vainqueurs du combat, devant les dieux. Tite-Live nous livre une réforme fondamentale intervenue lors de la deuxième guerre punique, au moment du désastre de Cannes, en 216 av. J.-C. :

4-Liuius, 22, 38, 2-5 : tum, quod nunquam antea factum erat, iure iurando a tribunis militm adacti milites; nam ad eam diem nihil praeter sacramentum fuerat, iussu consulum conuenturos neque iniussu abituros, et ubi ad decuriatum aut centuriatum conuenissent, sua uoluntate ipsi inter se decuriati equites, centriati pedites coniurabant sese fugae atque formidinis ergo non abituros neque ex ordine recessuros nisi teli sumendi aut petendi et aut hostis feriendi aut ciuis seruandi causa. Id ex uoluntario inter ipsos foedere ad tribunos ac legitimam iuris iurandi actionem translatum.

Le serment qui était alors prêté d’abord par les soldats entre eux, comme l’indiquait le passage de Polybe que nous vu, et à destination des consuls, est prêté à partir de cette date devant les tribuns et devient une contrainte légale. Il devient une actio legitima iuris iurandi : le sacramentum volontaire devient un ius iurandum contraint et officiel. Les exemptions que nous a transmises Aulu-Gelle sont très précises et limitées :

5-Gellius, 16, 4: deinde ita concipiebatur iusiurandum, ut adessent, his additis exceptionibus: “nisi harunce quae causa erit: funus familiare feriaeue denicales, quae non eius rei causa in eum diem conlatae sint, quo is eo die minus ibi esset, morbus sonticus auspiciumue, quod sine piaculo praeterire non liceat, sacrificiumue anniuersarium, quod recte fieri non possit, nisi ipsus eo die ibi sit, uis hostesue, status condictusue dies cum hoste; si cui eorum harunce quae causa erit, tum se postridie, quam per eas causa licebit, eo die uenturum aditurumque eum, qui eum pagum, uicum, oppidumue delegerit.

Et à cette officialisation du serment il faut aussi ajouter certains engagements portant que des points particuliers, comme le fait de ne pas voler et de rendre les objets trouvés à leur propriétaire.

Les sources, en particulier le texte de Tite-Live, restituent certaines formules de ce serment qu’on a pu identifier comme un carmen invariable, qu’on a pu analyser pour en définir la portée temporelle : dans le passage de Tite-Live, il apparaît que cette allégeance aux tribuns s’applique pendant une année (cf. S. Tundo ; « Il ‘sacramentum militiae’ nell’ambiente culturale romano-italico »). L’analyse de plusieurs textes mentionnant un sacramentum, et il s’agit non seulement des textes que nous avons cités, mais aussi d’une séquence du De officiis (I, 11, 356-37) de Cicéron, montre que le sacramentum conditionne l’appartenance à l’armée en même temps qu’il légitime l’action guerrière et en particulier l’attaque directe de l’ennemi : la « valeur magique » (S. Tondo, p. 69) de la parole du sacramentum autorise cette double fonction. Par le serment, le citoyen, ciuis, devient légitimement soldat, miles, et peut accomplir des actes de guerre et entrer en contact avec des sources de souillure, la mort et le sang. C’est sur cette valeur propre du sacramentum que les études se sont concentrées, à partir des travaux sur la parole à Rome de Benveniste et Dumézil. Toutes insistent sur la dimension en quelque sorte « transformatrice » du serment, qui constitue le soldat en tant que tel.

Il nous faut examiner si cette présentation, documentée en ce qui concerne l’armée romaine des débuts de la République, jusqu’au IIIème siècle, est également valide pour les troupes auxquelles s’oppose Rome et pour lesquelles nous disposons de sources exclusivement latines.

En effet, un type particulier de sacramentum est présenté par Tite-Live au livre X, celui de la légion de lin des Samnites : selon Tite-Live, au moment d’engager la bataille d’Aquilonia (293 av. J.-C.) contre les Romains, qu’ils essaient depuis longtemps de vaincre, les Samnites, dans un ultime effort, lèvent un dilectus, en utilisant une loi nouvelle (lex noua qui condamnait toute recrue potentielle qui répondrait pas à l’appel ou qui déserterait à être vouée à Jupiter (cf. texte 5 : 10, 38, 3). Les Samnites réunissent donc leur armée, forte de 60000 hommes ; au centre – à peu près — du camp, dans un espace recouvert de lin et délimité par des panneaux, un vieux prêtre, Ovvius Paccus, accomplit un sacrifice conforme aux exigences de l’antique religion samnite, et qui avait été accompli au moment de la prise de Capoue, donc dix-sept ans auparavant, en 310 av. J.-C. Ensuite, se trouve introduite l’élite des guerriers : on a disposé l’apparatus sacri ainsi que des autels auxquels ont été conduites des victimes, sous le regard de centurions. Les guerriers samnites, menés à l’autel plus en victimes de sacrifice que comme participants à un rite, doivent alors promettre de ne pas dévoiler ce qu’ils auront vu et entendu ; ils prononcent alors d’horribles paroles de serment, contre eux-mêmes, contre leurs famille et leur lignée, s’ils ne suivent en tout point les ordres du général. Certains, refusant, sont égorgés auprès des autels et servent d’exemples. L’élite des guerriers étant liée par ce serment, le général en chef en désigne dix qui doivent chacun en nommer dix autres, jusqu’à arriver au chiffre de 16000. Tite-Live termine son récit en expliquant que le nom de legio linteata était dû à ce dais de lin tendu sur le lieu du serment et du sacrifice, et décrit l’armement rutilant de cette élite samnite, qui ne distingue pas, selon lui, de l’ensemble de cette armée, qui partage ces caractéristiques. Un peu plus tard, le consul Papirius commente l’échec des troupes samnites, qui sont vaincues par les Romains à Aquilonia, en rappelant le rite sacrilège accompli ainsi par les Samnites et révélé aux Romains, selon Tite-Live, par des transfuges samnites.

Ce texte célèbre et qui a fait l’objet de plusieurs commentaires récents, dans une série d’études qui se sont développées à partir des années 1960, ne consiste pas seulement en la description d’un sacramentum, mais plutôt d’une pratique plus complexe, et plus complète, qui est présentée par Tite-Live comme ritus sacramenti. Il présente plusieurs étapes distinctes qu’il faut bien dégager :

-d’abord, à propos de la levée de l’armée samnite ; on a a affaire ici à la mise en place d’un dilectus défini par une lex noua présentée comme une lex sacrata, utilisée pour recruter les troupes, dans un contexte de grande difficulté ;

-puis, le sacrifice effectué par le vieillard selon les prescriptions du liber linteatus, du livre de lin

-ensuite, le serment terrifiant, dirum carmen, prêté par les seules recrues d’élite

-enfin, la sélection, à l’intérieur de cette élite, de dix individus chargés de recruter individuellement ceux qui formeront la legio linteata.

Alors que les sources plus tardives mentionnent bien la bataille d’Aquilonia (Valère-Maxime, Frontin, Orose, Pline), la description que donne Tite-Live de la legio linteata et du serment des Samnites est totalement isolée, et a rendu perplexes les commentateurs. On peut, au départ, diviser les regards portés sur ce texte en deux branches opposées, celle de l’hypothèse d’une invention totale de la part de Tite-Live (défendues par E. T. Salmon dans sa monographie consacrée au Samnium, et, dans une certaine mesure, par C. Saulnier dans ses travaux sur la représentation des Campaniens et des Samnites chez Tite-Live), et celle d’une fiabilité au moins partielle du témoignage livien (Salvatore Tondo et Dominique Briquel, qui en tirent d’ailleurs des conclusions opposées). Cette alternative est difficile à résorber, dans la mesure où le passage livien fait référence à des pratiques pour lesquels, en raison de la nature même du rite et de celle des témoignages samnites, nous ne disposons que d’une documentation rare et indirecte. Les Samnites ne nous ont en effet pas laissé de texte que nous pourrions confronter avec le témoignage livien et c’est la vision romaine, partiale, des pratiques italiques qui nous est seule livrée.

Parmi les axes d’analyse qui ont été adoptés pour tenter d’y voir plus clair, il faut noter l’approche de Marta Sordi, qui voit dans ce texte, numismatique à l’appui, l’annonce des soulèvements de la guerre sociale pour lesquels ce type de pratique guerrière paraît sûr, et celle de F. Coarelli — qui a d’ailleurs varié dans ses interprétations— qui rapproche la tente de lin, dont Tite-Live nous donne une mesure précise, et qui donne son nom à la fameuse legio linteata, des oppida samnites. O. de Cazanove a récemment repris ce dossier et montré que la description de l’édifice provisoire recouvert de lin dans lequel se déroule le sacrifice doit être rapprochée de celle que nous livre Polybe pour la mise en place du camp romain : ces interprétations témoignent de la complexité d’un texte qui mêle des éléments issus sans doute d’une tradition antiquaire dans laquelle Tite-Live puise largement à propos des Samnites, dont il décrit avec complaisance l’équipement au livre IX (texte 6), et une mise en forme conforme à la fois aux ressorts du récit historiographique et aux exigences idéologiques de l’Ab Vrbe condita, à la représentation du passé républicain de Rome qui doit être diffusée à l’avènement du principat.

C’est sans doute ce double ancrage qui suscite l’effet de compression produit par ce texte, qui réunit dans une même séquence des éléments hétérogènes, et sans doute aussi les confusions qu’il crée pour le lecteur, dans la description de ce recrutement particulier d’une légion d’élite : compression, parce que certains éléments du passage, comme la description finale des armes et des casques à aigrettes, font écho à un autre passage, présent dans le livre IX cette fois, dans lequel se voit présenté au lecteur, de façon d’ailleurs plus précise, la tenue et l’équipement des armées samnites, revêtues soit de tuniques uersicolores, soit de tuniques de lin blanc :

6-Livius, 10, 38, 2-13: Et forte eodem conatu apparatuque omni opulentia insignium armorum bellum adornauerant; et deorum etiam adhibuerunt opes ritu quodam sacramenti uetusto uelut initiatis militibus, dilectu per omne Samnium habito noua lege, ut qui iuniorum non conuenisset ad imperatorum edictum quique iniussu abisset caput Ioui sacraretur. Tum exercitus omnis Aquiloniam est indictus. Ad sexaginta milia militum quod roboris in Samnio erat conuenerunt.

Ibi mediis fere castris locus est consaeptus cratibus pluteisque et linteis contectus, patens ducentos maxime pedes in omnes pariter partes. Ibi ex libro uetere linteo lecto sacrificatum sacerdote Ouio Paccio, homine magno natu, qui se id sacrum petere adfirmabat ex uetusta Samnitium religione, qua quondam usi maiores eorum fuissent, cum adimendae Etruscis Capuae clandestinum cepissent consilium. Sacrifico perfecto per uiatorem imperator acciri iubabat nobilissimum quemque genere factisque; singuli introducebantur. Erat cum alius apparatus sacri qui perfundere religione animum posset, tum in loco circa omni contecto arae in medio uicitmaeque circa caesae et circumstantes centuriones strictis gladiis. Admouebatur altaribus magis ut uictima quam ut sacri particeps adigebaturque iure iurando quae uisa auditaque in eo loco essent non enuntiaturum. Iurare cogebant diro quodam carmine, in exsecrationem capitis familiaeque et stirpis composito, nisi isset in proelium quo imperatores duxissent et si aut ipse ex acie fugisset aut si quem fugientem fugisset non extemplo occidisset. Id primo quidam abnuentes iuraturos se obtruncati circa altaria sunt; iacentes deinde inter stragem uictimarum documento ceteris fuere ne abnuerent. Primoribus Samnitium ea detestatione obstrictis, decem nominatis ab imperatore eis dictum ut uir uirum legerent donec sedecim milium numerum confecissent. Ea legio linteata ab integumento consaepti in quo sacrata nobilitas erat appellata est; his arma insignia data et cristatae galeae ut inter ceteros eminerent. Paulo plus uiginti milium alius exercitus fuit nec corporum specie nec gloria belli nec apparatu linteatae legioni dispar. Hic hominum numerus, quod roboris erat, <ad> Aquiloniam consedit.

7-Livius, 9, 40, 2 : duo exercitus erant; scuta alterius auro, alterius argento caelauerant; forma erat scuti: summum latius, qua pectus atque umeri teguntur, fastigio aequali; ad imum cuneatior, mobilitatis causa. Spongia pectori tegumentum et sinistrum crus ocrea tectum; galeae cristatae, quae speciem magnitudine corporum adderent. Tunicae auratis militibus uersicolores, argentatis linteae candidae. His dextrum cornu datum, illi in sinistro consistunt.

confusion, parce que ce ne sont pas les soldats de la legio linteata qui prêtent serment, mais l’ensemble des soldats « nobles par la naissance et les exploits », et c’est après ce sacramentum terrible que seront sélectionnés les soldats de la legio linteata, qui ne sont donc pas nécessairement issus de cette première élite. Le texte de Tite-Live paraît cependant sur ce point précis et cohérent, et l’explication étiologique livrée par Tite-Live à la fin du passage le montre bien : cf. X, 38 : (ea legio linteata…)+ Festus (texte 2). Il s’agit là d’un élément emprunté à la littérature antiquaire, qui justifie l’appellation de legio linteata par un élément concret du recrutement de ces troupes ; mais le raisonnement mené par l’historien semble contestable, puisque se trouve qualifiée de linteata une légion qui n’a pas été directement constituée par ceux qui ont prêté serment sous le dais de lin, mais par ceux qui ont survécu à l’étape du serment (cf X, 38, 11 : Id primo…, certains refusent de prêter serment et sont égorgés) et qui, choisis au nombre de 10, ont eux-même choisi chacun un homme jusqu’à ce qu’on arrive à 16000. On peut penser que cette legio linteata qui semble avoir reçu de manière abusive cette épithète, est appelée ainsi parce qu’elle est revêtue de blanc : mais aucune référence n’est faite dans ce passage du livre X au port d’une tunique de lin pourtant mentionnée à propos des Samnites au livre IX, et, juste après notre passage (cf ; X, , à propos de la bataille d’Aquilonia elle-même). Tite-Live a pu être trahi par une notice antiquaire qu’il reprend mais qui cadre mal avec le récit qu’il vient de faire : Christiane Saulnier pense ainsi à l’existence de deux traditions existant à Rome sur l’origine du nom legio linteata, traditions entre lesquelles Tite-Live n’aurait pas tranché.

C’est la dimension religieuse de la constitution de la légion est ce qui l’intéresse au premier chef, bien plus que cette justification étymologique du nom legio linteata, et bien plus que certains aspects de procédure qui, ici, relèvent d’un processus de recrutement qui n’était pas nécessairement marqué par le recours au sacramentum : on peut remarquer le choix individuel, d’homme à homme, que l’on retrouve par exemple à propos du dilectus étrusque de 310). Tite-Live, négligeant l’imprécision selon laquelle la legio linteata porte ce nom, pour la raison que nous venons d‘indiquer, insiste plutôt sur ce climat religieux : c’est un prêtre, assisté du chef militaire, qui préside au serment des nobles, nobilissimus quisque, dont nous ignorons le nombre, et il utilise un liber linteus, un livre de lin, qui renvoie pour le lecteur de Tite-Live aux livres religieux les plus vénérables à Rome.

L’existence de tuniques de lin blanc dans les armées samnites est étayée par les représentations figurées : Filippo Coarelli a ainsi rapproché la description livienne de la fresque de l’Esquilin qui est contemporaine de la bataille d’Aquilonia, et les tombes de Paestum ont pu aussi être sollicitées en ce sens par Agnès Rouveret qui a édité l’ensemble des tombes peintes de Paestum : les tuniques uersicolores décrites par Tite-Live au livre IX peuvent toutefois être aussi faites de lin. Dans le texte, il faut noter la présence récurrente du lin (le dais est de lin, le livre est de lin, les tuniques des soldats comportent du lin : il s’agit d’une matière issue de la terre immortelle selon Aristote, et qui donne un blanc éclatant, vise à mettre en valeur le « contexte blanc » de ce rite, dont Dominique Briquel, (MEFRA 1978) a bien montré les enjeux ; la présence de Jupiter, auquel sont voués ceux qui dérogeraient à la lex sacrata, l’obéissance au chef présente sans doute dans la formule de serment, la dimension d’initiation présente dans la cérémonie, place le corps d’élite dans une appartenance à la première fonction qui le distingue du reste des soldats samnites. Tite-Live rapproche explicitement cette scène de ritus sacramenti samnite d’une initiation à des mystères : cf. X, 38, 3 : ritu quodam sacramenti uetusto uelut initiatis militibus. certains termes se retrouvent dans la description des fameuses Bacchanales réprimées par le senatus-consulte de 186 av. J.-C. et particulièrement appréciées en Campanie, région dont les habitants sont de souche samnite.

L’insistance sur la dimension occulte du rite (l’enceinte est recouverte du fameux dais de lin, la nécessité du secret imposé à ceux qui prononcent le serment) s’inscrit bien dans l’image que Tite-Live propose des Samnites et des Campaniens, et qu’a bien dégagée la regrettée Christiane Saulnier : la pratique de la coniuratio clandestina, que cite Tite-Live à propos des événements de 310, une religiosité marquée par le secret. Pour Marta Sordi, en mettant en valeur cette dimension occulte, Tite-Live indiquerait qu’il a comme source un annaliste du Ier siècle, membre de la famille des Papirii ou lié à celle-ci, et cherchant à dénoncer ce qui a abouti à la rupture des foedera qui unissaient les Italiques (et donc les Samnites) avec Rome, en 91 av. J.-C. : réunions clandestines, assassinat des consuls préparé pour intervenir au moment des Féries Latines, et que nous rapporte, en l’absence de Tite-Live, Florus (II, 6, 8-9), serments secrets, comme celui de Philippe qui serait transcrit, selon Marta Sordi, par Tite-Live dans la scène du ritus sacramenti d’Aquilonia.

Cet aspect secret, qui concourt naturellement à l’effet d’étrangeté que Tite-Live veut produire sur le lecteur, nous met sur la voie de ce qui nous paraît une dimension fondamentale du texte, mais qui a été curieusement négligée par les commentateurs : le secret est l’un des éléments qui opposent très fortement le sacramentum samnite du serment des soldats romains, dont nous pouvons voir, dans les textes de Tite-Live (22, 38) et Polybe (6, 21) que nous avons cités, qu’ils se font dans le cadre de la légion, mais sans que cette manifestation soit secrète.

La scène samnite présentée par Tite-Live commence également à l’intérieur du camp. Olivier de Cazanove a récemment montré que la tente carrée recouverte de lin, dont Tite-Live nous donne les dimensions (200 pieds de côté) correspondait exactement à la présentation du praetorium dans la description que donne Polybe de la tente du général dans le camp romain :

8-Polybios, 6, 27, 1-2 :  Ἔστι δὴ τὸ γένος αὐτῶν τῆς στρατοπεδείαv τοιόνδε. τοῦ κριθέντος αἰεὶ τόπου πρὸς στρατοπεδείαν, τούτου τὸν ἐπιτηδειότατον εἰς σύνοψιν ἅμα καὶ παραγγελίαν ἡ τοῦ στρατηγοῦ σκηνὴ καταλαμβάνει. Tεθείσης δὲ τῆς σημαίας, οὗ μέλλουσι πηγνύναι ταύτην, ἀπομετρεῖται πέριξ τῆς σημαίας τετράγωνος τόπος, ὥστε πάσας τὰς πλευρὰς ἑκατὸν ἀπέχειν πόδας τῆς σημαίας, τὸ δ’ ἐμβαδὸν γίνεσθαι τετράπλεθρον.

Ce sont les mêmes dimensions, et cet édifice provisoire est également couvert. De plus, la présence même du prêtre et le sacrifice qu’il opère ne sont pas incompatibles avec une scène similaire du côté romain : la tente du général est comparée à un temple par Polybe. Mais la description précise du rituel présidant au sacramentum vient infirmer l’orientation prise par le début du texte : on dispose des crates et des plutei (des claies et des panneaux), ce qui infléchit le texte du côté de la recherche du secret, les iurati entrés dans l’enclos sont contraints, sous le dais de lin, à prononcer des paroles d’exsécration d’eux-mêmes, de leur famille et de leurs biens, s’ils fuyaient ou laissaient fuir un soldat : leur refus de prêter serment les condamne à être égorgés dans la tente de lin. Ainsi, aux victimes animales sacrifiées par le prêtre au début de la scène, se mêlent les cadavres de ceux qui ont refusé de prêter ce serment : Tite-Live l’écrit, les soldats égorgés se retrouvent autour de l’autel, comme les victimes sacrifiées régulièrement.

Pour Tite-Live, la présence de victimes humaines, et le mélange de victimes humaines et animales sont bien sûr contraires aux prescriptions des sacrifices romains : plus tard dans le texte, au chapitre 39 puis au chapitre 41, est rappelé ce sacrifice impie du sang humain et le mélange des sangs humain et animal, qui provoque la colère des dieux et explique l’échec des Samnites :

9– Livius, 10, 39, 12-13 : non enim cristas uolnera facere; et per picta atque aurata scuta transire Romanum pilum et candore tunicarum fulgentem aciem ubi res ferro geratur cruentari. Auream olim atque argenteam Samnitium aciem a parente suo occidione occisam spoliaque ea honestiora uictori hosti quam ipsis arma fuisse. Datum hoc forsan nomini familiaeque suae ut aduersus maximos conatus Samnitium opponerentur duces spoliaque ea referrent quae insignia publicis etiam locis decorandis essent deos immortales adesse propter totiens petita foedera, totiens rupta; tum si qua coniectura mentis diuinae sit, nulli unquam exercitui fuisse infestiores quam qui nefando sacro mixta hominum pecudumque caede respersus, ancipiti deum irae deuotus, hinc foederum cum Romanis ictorum testes deos, hinc iuris iurandi aduersus foedera suscepti exsecrationes horrens, inuitus iurauerit, oderit sacramentum, uno tempore deos, ciues, hostes metuat.

On peut rappeler le sacrifice attesté, par exemple pendant la deuxième guerre punique, d’un couple de Grecs et d’un couple de Gaulois, qualifié par Tite-Live de minime Romano sacro, et qui relève d’une conception différente, puisqu’il s’agit d’éliminer la menace représentée par un peuple étranger à travers l’élimination d’un couple, qui constitue le symbole de leur possible reproduction.

Si nous envisageons le récit livien dans son ensemble, nous pouvons noter l’opposition évidente ici entre un rituel accompli sous la contrainte, qui constitue une sorte d’initiation, mais dans laquelle le soldat est moins un participant qu’une victime, comme le dit Tite-Live, et celui de la prestation de serment par le soldat romain, dont nous avons vu (texte 4) qu’il était d’abord un acte volontaire, avant de devenir une contrainte légale, mais non dictée par la menace. Cette dimension apparaît clairement dans le passage du livre II de Tite-Live que nous avons cité : comme les consuls les poussent, sans toutefois les forcer par la menace, à le faire, le primipile M. Flavoleius s’avance et, devant toute l’armée, promet de revenir vainqueur, et, « s’il manquait de parole, demande que la colère du Grand Jupiter, de Mars Gradiuus et des autres dieux retombent sur lui » (II, 45, 14). Cet aspect volontaire, même quand il y a un cadre légal, a été pris en compte lorsqu’on a analysé (cf. G. Deshaies et Jean Bayet), le temps de la campagne militaire comme celui de l’oblation, qui est à la fois vocation et consentement à la mort au combat, qui se trouve valorisée : l’imprécation des chefs samnites contre les éventuels déserteurs ne considère pas le guerrier comme relevant de ce statut particulier, mais l’atteint dans sa personne, dans sa famille, dans sa lignée.

Plus précisément, il semble que le rituel du serment samnite doive être comparé à celui que les Romains ont mis en œuvre peu de temps auparavant, au moins dans le récit livien, celui de la deuotio, dans lequel le général romain se sacrifie pour sauver son armée et sa patrie :

10-Livius, 8, 9, 6: in hac trepidatione Decius consul M. Valerium magna uoce inclamat. ‘deorum’ inquit, ‘ope, M. Valeri, opus est; agedum, pontifex publicus populi Romani, praei uerba quibus me pro legionibus deuoueam.’ pontifex eum togam praetextam sumere iussit et uelato capite, manu subter togam ad mentum exserta, super telum subiectum pedibus stantem sic dicere: ‘Iane, Iuppiter, Mars pater, Quirine, Bellona, Lares, Diui Nouensiles, Di Indigetes, Diui, quorum est potestas nostrorum hostiumque, Dique Manes, uos precor ueneror, ueniam peto feroque, uti populo Romano Quiritium uim uictoriam prosperetis hostesque populi Romani Quiritium terrore formidine morteque adficiatis. sicut uerbis nuncupaui, ita pro re publica [populi Romani] Quiritium, exercitu, legionibus, auxiliis populi Romani Quiritium, legiones auxiliaque hostium mecum Deis Manibus Tellurique deuoueo.

Ces deux pratiques peuvent être rapprochées par les liens que l’une et l’autre entretiennent avec la magie, et par la dimension de propagation de la mort qu’elles impliquent. Sans revenir sur les questions posées par la nature exacte de la deuotio, nous pouvons remarquer que la dimension de décision libre est encore plus vraie de la deuotio, où il s’agit du sacrifice volontaire d’un seul, au bénéfice de la communauté.

Tite-Live ne nous livre pas la transcription de la formule de malédiction samnite, tandis qu’il transmet celle que le grand pontife dicte à Decius Mus en 340, lorsqu’il accomplit sa deuotio et se dévoue, lui et l’armée ennemie, aux dieux Mânes et à la Terre. Aucun dieu, si ce n’est Jupiter dans la lex sacrata mentionnée au début du texte, n’est invoqué dans le serment samnite. Il est toutefois possible de comparer les deux procédés, dans leur but et leur déroulement. Alors que le deuotus entraîne par sa mort unique le salut de son armée et de son peuple, comme l’a bien montré Georges Dumézil, l’exsécration individuelle, et finalement strictement familiale prononcée par le soldat samnite se révèle inefficace ; dans le récit de la bataille d’Aquilonia, juste après, Tite-Live montre que la terreur éprouvée par le soldat samnite l’empêche de combattre : cf. chap. 41. Au sang sur les ennemis qu’appelle la formule de deuotio s’oppose la terreur sanglante du serment samnite et du sang appelé sur la lignée du cambattant. Et le sacrifice d’un seul individu qui va permettre de rétablir la pax deorum est à l’opposé de cette menace de malédiction associée à des meurtres immédiats qui, comme nous le dit Tite-Live au chapitre 39, suscitent la colère des dieux. Il ne faut bien sûr pas oublier que dans le cas de la deuotio, c’est le chef qui se sacrifie, non le simple soldat : dans la mise en scène du ritus sacramenti samnite, il ne s’agit pas du chef, mais, cependant, de « nobilissimus quisque », d’une élite guerrière, d’un groupe plus ou moins bien défini, mais qui va choisir, finalement, ceux qui vont former la legio linteata.

Ce sont deux types d’engagements rituels qui sont ici mis en perspective, et Tite-Live oppose la valeur mortifère et stérile du serment samnite, appel à une mort généralisée, à l’efficacité de la pratique romaine, appel à une mort limitée pour apporter la paix.

Nous avons mis en valeur une série de différences qui ne doit pas nous faire oublier ce que, dans leur ensemble, la pratique du recrutement samnite et le dilectus, l’enrôlement romain ont de commun, si nous confrontons le texte de Tite-Live que nous venons d’examiner et celui de Polybe à propos du recrutement de l’armée romaine (VI, 19-21) : Polybe nous décrit la convocation des mobilisables, le choix minutieux, d’homme à homme, pour former quatre légions, la prestation de serment (cf. texte 3). Dans les deux cas, on insiste sur la discipline, l’obéissance au chef, l’importance de la parole donnée dans le serment : ainsi, Dominique Briquel, avec qui nous préparons l’édition Budé du livre X, a pu considérer que guerriers romains et guerriers samnites de l’époque archaïque étaient tous « joviens », qu’ils relevaient de la première fonction, à la fois religieuse et juridique, selon la tripartition fonctionnelle de G. Dumézil. C’est le cas en particulier de cette legio linteata samnite, et Dominique Briquel, comme nous l’avons dit, note la référence, dans le nom même de la legio, à la couleur blanche puisqu’elle est appelée « légion de lin », la couleur blanche étant associée à la première fonction : mais on voit que les choses sont plus complexes, puisque la présentation de Tite-Live n’associe pas directement, la prestation du serment terrible des samnites à la formation de la legio linteata, qui est le fruit d’un dilectus postérieur à ce serment. Pour nous, ce dernier point qui pose vraiment problème dans le texte de Tite-Live, révèle l’ambivalence de la représentation des Samnites chez Tite-Live : d’une part, ils se caractérisent par une cruauté incompatible avec la pratique romaine, une cruauté qui d’ailleurs est inefficace puisqu’elle entache leur rite du serment par l’intervention de la peur et de la menace, ce qui lui enlève sa valeur ; d’autre part, ce qui a pu être identifié comme la dimension « jovienne », blanche du rite, ce qui rapproche le serment samnite du sacramentum romain, montre combien l’image livienne des Samnites comporte de projection d’une vision idéalisée de l’armée romaine républicaine. Le serment exceptionnel attribué aux Samnites, la constitution d’une armée d’élite à la suite de ce serment, nous permettent de comprendre comment ces populations italiques possèdent aussi pour Tite-Live une image d’unité, de cohésion, de force qui a fait bien sûr cruellement défaut aux troupes romaines à la fin de la République et que l’historien considère comme un élément fondamental de la discipline militaire, dont l’absence a mené Rome au désastre.

Bibliographie

Bayet J., « Le suicide mutuel dans la mentalité des Romains », Année Sociologique, 1953, p. 35-89, repris dans Croyances et rites dans la Rome antique, Paris, 1976, p. 130-176.

Briquel D., « Sur les aspects militaires du dieu ombrien Fisus Sancius », MEFRA, 90-1, 1978, p. 133-152

Cazanove O. de, « Dal recinto al tempio : osservazioni sull’evoluzione di qualche santuario italico », dans Dupré Raventos I., Ribichini S. et Verger S. (éd.), Saturnia tellus. Definizioni dello spazio consacrato in ambiente etrusco, italico, fenicio-punico, iberico e celtico : atti del convegno, Roma, 10-12 novembre 2004, p. Rome, 2008, p. 699-706

Coarelli F., « legio linteata : l’iniziazione militare nel Sannio », dans Del Tutto Palma (éd.), La tavola di Agnone nel contesto italico : convegno di studi di Agnone, 13-15 aprile 1994, Florence, 1996, p. 3-16.

Dumézil G., Idées romaines, Paris, 1969

Id., La religion romain archaïque, Paris, 19742

Hinard F., « Sacramentum », Athenaeum, n.s. 81, 1993, p. 251-263

Rouveret A., « Tite-Live, Histoire romaine, IX, 40 : la description des armées samnites ou les pièges de la symétrie », dans A.M. Adam et A. Rouveret (éd.), Guerre et société en Italie aux Ve-IVe siècle av. J.-C., Actes de la table ronde, Paris, ENS, 5 mai 1984, Paris, PENS, 1986, p. 91-120.

Ead., Le tombe dipinte di Paestum, Modène, Panini, 1992

Salmon E.T., Samnium and the Samnites, Cambridge, 1967

Saulnier C., « La coniuratio clandestina : une interprétation livienne de traditions campanienne et samnite », REL, LIX, 1981, p. 102-120, p. 109-113 ; Ead., L’armée et la guerre chez les peuples samnites (VIIe-IVe s.), Paris, 1983, p. 89-93.

Sordi M., « « Il giuramento della legio linteata e la guerra sociale », dans Ead., (éd.), I canali della propaganda nel mondo antico, CISA 4, Milan, 1978, p. 160-168.

S.Tondo, ,« Il ‘sacramentum militiae’ nell’ambiente culturale romano-italico », Studia et Documenta Historiae et Iuris XXIX, Rome, 1963, p. 1-123

Intervention de Marine Miquel, répondante de cette séance, et doctorante, sous la direction de Ch. Guittard, à l’Université Paris Ouest Nanterre avec une thèse intitulée “Le récit de la conquête romaine chez Tite-Live : espace et imperium dans l’Ab Vrbe condita“ :

Il n’est jamais inutile de rouvrir des dossiers qui ont suscité une très vaste bibliographie, et votre exposé, qui confère un nouvel éclairage à l’épisode du serment de la legio linteata, en fait à nouveau la démonstration. Le récit livien autour de la legio linteata, comme de nombreux autres passages de l’Ab Vrbe condita, s’avère en effet d’une richesse inépuisable et toujours source de nouvelles interprétations, en particulier si nous les envisageons au prisme de questionnements sur l’écriture de l’histoire, sur ses ressorts et ses critères. Comme le suggère l’axe mis en avant par ce séminaire sur les historiographies antiques, alors que le critère de vérité scientifique mis en avant par l’historiographie contemporaine n’est pas opérant pour les historiens antiques, les travaux de philologiques, mettant en parallèle les textes et les traditions, s’interrogeant sur leur réception, les confrontant aux apports historiques, anthropologiques et archéologiques, font, à l’inverse, sens.

Ainsi vous soulignez combien ce qui, dans l’épisode, a été considéré comme une incohérence, semble relever de l’ambivalence dans la représentation des Samnites, qui mobilise des éléments positifs, attachés à la notion de sacramentum, au respect des rituels archaïques, à l’utilisation de la couleur blanche, mais est aussi manipulée, pour renvoyer à une « légende noire » et faire des Samnites les acteurs d’une mise en scène cruelle et impie.

L’ambiguïté du passage témoignerait donc non pas d’une confusion mais d’une ambivalence dans la vision de l’autre à Rome, en particulier chez les historiens latins. Ne peut-on pas considérer la conception de la vérité livienne à la lumière de l’utilisation des sources ? Face à une pluralité de traditions, l’historien ne choisit-il et ne superpose-t-il pas celles qui lui paraissent faire sens – ce qui pourrait également expliquer l’épineux problème des doublets ?

Par ailleurs, ne peut-on pas lire la place du secret dans l’épisode, qui renvoie aux initiations des cérémonies à mystères et aux conjurations, à la lueur de l’étude des focalisations ? Ce qui devrait être caché de tous, a fortiori des Romains, leur est présenté de façon précise et documentée. Le point de vue de l’historien se situe ici du côté samnite ; ne pourrait-on envisager le passage non pas comme un trait antiquaire, mais comme une réponse à un horizon d’attente, dans le contexte d’une reconstitution de l’unité italienne et de l’identité romaine, après le chaos des guerres civiles ?

Cette problématique centrale chez Tite-Live de l’unité d’un empire considéré comme un équilibre formé par coalescence, toujours menacée de dislocation sous le poids d’éléments hétérogènes, notamment lorsque des conjurés créent au sein de Rome des espaces non-romains, nous amène à un autre questionnement : si l’Ab Vrbe condita peut se lire comme la recherche du meilleur modèle possible pour Rome, est-ce que Tite-Live, qui apparaît comme l’historien de Rome par excellence, auteur d’un récit centré sur Rome, ne cherche-t-il pas aussi, de façon plus complexe, les critères de la romanité ailleurs, hors de l’espace romain ? N’est-ce pas un moyen pour lui de s’interroger sur ce qui fait l’identité romaine ?

Enfin, l’emploi du adfirmabat ne marque-t-il pas une différence possible entre la réalité historique et la parole rapportant une tradition, dont le rôle est d’étabir une cohésion sociale par la circulation d’un système de valeurs ? Derrière cet aspect, le récit ne pose-t-il pas la question de la responsabilité des ordonnateurs de cérémonie, prêtres mais aussi généraux, qui manipulent la tradition et causent ainsi l’échec de la legio samnite ?


Une réflexion au sujet de « Séance du 17 octobre 2015 : M. Mahé, « Le serment de la légion de lin au livre X de l’AUC : aspects symboliques et esthétiques » »

  1. Ping : Bilan de l’année 2015-2016 | Historiographies antiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *