Séance du 5 décembre 2015 : G. Vassiliadès, « Écrire l’histoire sous les Triumvirs : Salluste et sa position politique »

Voici le texte de la troisième séance du séminaire, qui a eu lieu le samedi 5 décembre 2015, de 14h à 16h, à l’École normale supérieure de Paris, en salle F.

Comme cette séance était la séance « doctorale », c’est-à-dire consacrée à la présentation des travaux d’un doctorant ou d’un jeune docteur, l’orateur était Georges Vassiliadès, doctorant en quatrième année à l’Université Paris Sorbonne, sous la direction de Mme Michelle Ducos, dont la thèse s’intitule « La Res publica et sa décadence, de Salluste à Tite-Live ».

Ecrire l’histoire sous les Triumvirs : Salluste et sa position politique.

Les données biographiques que nous avons conservées sur Salluste et ses considérations autobiographiques dans les préfaces de ses monographies nous montrent que l’historien avait participé de façon active à la vie politique tourmentée de la fin de la res publica, avant de se consacrer à l’écriture de l’histoire. Il a pris cette dernière décision après le meurtre de César, dont il était un partisan. Il a été d’abord questeur et ensuite tribun de la plèbe au moment du procès contre Milon. En 50 av. J.‑C., il fut exclu du Sénat pour immoralité et plus précisément pour un adultère commis avec Fausta, fille de Sylla et femme de Milon. En réalité, c’est plus probablement son alliance avec César qui fut la véritable raison de son exclusion. Il n’a été rétabli qu’en 48 grâce à l’appui de César. Salluste a suscité par ailleurs plusieurs embarras à César. En 49, son commandement en Illyricum en tête des forces césariennes était un désastre pour l’armée de César (voir Oros. 6.5.18). De même, en 47, il a failli être tué à la suite d’une mutinerie très grave en Campanie (App. B.C. 2.92.387, Cass. Dio. 42.52). Cependant, en 46, Salluste contribue à la victoire de César à Thapsus et le général lui accorde en contrepartie le commandement de la province d’Afrique. Le futur historien rentre à Rome considérablement enrichi après son mandat en Afrique. A son retour de la province, il a réussi à échapper à un procès de repetundis à nouveau grâce à l’appui de César. Malgré ce soutien, César a, semble-t-il, obligé Salluste à lui verser douze cent mille sesterces (voir [Cic.] Inu. in Sall. 7.19). Après le meurtre de César, Salluste décide de se retirer de la vie politique, pour se livrer à l’écriture de l’histoire, un choix qu’il explique dans les préfaces de ses monographies comme occasionnée par son dégoût de la corruption de la vie politique de son époque. (voir Cat. 3.3-4.2 ; Jug. 3-4).

Tous ces éléments biographiques mettent en relief les rapports étroits, mais parfois délicats, entre César et Salluste et expliquent l’intérêt particulier de la recherche sur la position politique de l’historien par rapport au dictateur. Cet intérêt a été d’ailleurs alimenté par les deux Lettres que Salluste aurait adressées à César en 50 et 46 av. J.-C. et dans lesquelles il lui aurait donné des conseils pour le rétablissement politique et moral de la res publica. Or, l’authenticité de ces deux Lettres est très contestée ; il s’agit plus probablement des textes créés dans des Ecoles de rhétorique de l’époque impériale. En dépit de l’authenticité très contestée des Lettres et des rapports complexes entre Salluste et César, l’interprétation de Salluste comme un Tendenzschriftsteller était dominante vers la fin du 19ème et le début du 20ème siècle : l’historien aurait écrit le Catilina pour disculper César des rumeurs d’implication dans la conjuration. Cette thèse simpliste a été progressivement nuancée, pour être finalement abandonnée. Contrairement aux rapports entre Salluste et César, le dossier des relations de l’historien avec les Triumvirs a moins retenu l’attention des chercheurs, bien que l’historien ait écrit et publié ses trois œuvres, le Catlina, le Jugurtha et les Histoires aux lendemains des Ides de mars, entre 43 ou 42, date probable de publication du Catilina et 35, date du décès de l’historien.

L’examen de la position politique de Salluste par rapport aux triumvirs, alors au pouvoir, pourrait être intéressant en soi, car il nous permettra de mieux appréhender le statut de l’historiographie sous les Triumvirs. Le degré de dépendance et les relations des historiens avec le régime d’Auguste ont été étudiés par plusieurs chercheurs, en arrivant à des conclusions souvent contradictoires. En revanche, l’écriture de l’histoire sous les Triumvirs n’a pas attiré autant l’intérêt de la recherche. Salluste, le seul historien conservé de la période, qui se déclare en plus dégoûté de la vie politique de son époque, offre un cas d’étude idéal pour examiner dans quelle mesure la liberté d’expression était accordée ou non aux historiens de la période. En outre, l’examen des rapports de Salluste avec les Triumvirs est intéressant pour une autre raison : une telle étude est nécessaire pour bien aborder la question souvent débattue de l’optimisme ou pessimisme de l’historien. Les chercheurs tendent à prendre des positions contradictoires, parfois même radicales, concernant la question de savoir si Salluste propose de remèdes pour arrêter la décadence de la res publica, qui apparaît comme le thème central de ses œuvres. La première piste à explorer pour répondre à cette question est celle des relations de l’historien avec les hommes au pouvoir. Est-ce que l’historien croit qu’une res publica réformée serait sauvée ? Est-ce qu’il entreprend dans ce but un dialogue avec les hommes au pouvoir pour leur proposer des mesures dans cette direction, comme le fait [Pseudo]-Salluste avec César ?

En effet, l’examen de certains passages tirés notamment des préfaces des monographies nous indiquera que Salluste semble de fait entreprendre ce dialogue, mais en vue de dénoncer les abus des Triumvirs plutôt que pour leur suggérer des solutions. Avant de procéder à l’étude de ces passages perçus par plusieurs critiques comme des allusions négatives aux Triumvirs, il convient de se référer à un témoignage indirect sur les relations entre Salluste et Marc-Antoine. Fronton(Ep. ad. Verum Imp. 2.1.9, p. 122, 19-21 Van den Hout), dans une lettre à Verus, rapporte que P. Ventidius Bassus, général de Marc-Antoine, après avoir remporté sa victoire contre les Parthes en 38 av. J.-C. : ad uictoriam suam praedicandam orationem a C. Sallustio mutuatus est (a emprunté (ou s’est procuré) un discours à Salluste pour célébrer sa victoire… (Notre traduction)). Le sens du verbe mutuatus est divise les chercheurs. Une partie d’entre eux, comme E. Skard et G. Garbugino, le traduit par « a emprunté ». Dans ce cas, Ventidius aurait juste utilisé les Histoires de Salluste et son style afin de composer lui-même ce discours. D’autres, comme R. Syme et Jr. W. Allen, traduisent par « s’est procuré », ce qui suppose donc que Salluste a écrit lui-même le discours pour Ventidius. En se fondant sur cette interprétation du verbe, Jr. W. Allen va jusqu’à affirmer que Salluste était lié d’une certaine façon au cercle de Marc-Antoine après sa retraite de la vie politique. Il suppose aussi que Ventidius est resté partisan de Marc-Antoine malgré l’attitude hostile de ce dernier à l’égard du général. Or, Plutarque (Ant. 34) et Cassius Dion (49.21.1) nous rapportent très clairement les moyens à travers lesquels Marc‑Antoine s’est efforcé de mettre à l’écart le général à cause de sa jalousie envers lui après ses succès contre les Parthes Les arguments fragiles d’Allen ont été invalidés par plusieurs savants et nous ne pensons pas qu’il soit utile de revenir à cette discussion. Ainsi, même si nous acceptons que Salluste ait écrit un discours pour le général Ventidius, interprétation encore contestable, cela ne prouve aucunement que l’historien ait été un sympathisant d’Antoine.

Cela dit, E. Tiffou (CEA 14, 1982) va peut-être très loin, lorsqu’il soutient qu’il existait entre les deux hommes une inimitié violente. Selon le chercheur, cette inimitié fut même la raison de la retraite de Salluste de la vie politique et si l’historien a échappé aux proscriptions, c’est à cause de ses rapports avec des personnages influents auprès de Marc-Antoine, comme Ventidius. Sans aller jusqu’à accepter cette opinion sans doute extrême, le texte même de Salluste semble pour autant exclure que l’historien ait été un proche des Triumvirs. Par ailleurs, dans la préface du Catilina, pour expliquer sa décision de se retirer de la res publica, il déplore de façon générale la vie politique corrompue de son époque (voir Cat. 3.3-5) ; dans le Jugurtha, les critiques deviennent plus directes et claires et Salluste n’hésite même pas à affirmer qu’il est vain et insensé de participer à la vie politique de son époque (voir Jug. 3.3). Un homme favorablement disposé à l’égard du pouvoir n’aurait pas sans doute inclus dans sa préface ce type des commentaires généralisants.

En outre, plusieurs chercheurs ont indiqué que Salluste exprime de façon implicite son scepticisme envers le régime des Triumvirs à travers des allusions aux abus de ces derniers dans certains passages de ses œuvres. L. Havas (ACD 7, 1971) tente de montrer que le Catilina prenait son actualité dans la mêlée des événements qui ont suivi la mort de César, parce qu’il contenait une attaque directe contre Antoine. En effet, selon le savant, l’historien reprend le parallèle Catilina‑Antoine répandu dans le public par les Philippiques de Cicéron (voir Cic. Phil. 2.1.1, 4.6.15). Ainsi, sans vouloir entrer dans les détails, L. Havas montre que dans plusieurs passages du Catilina, les accusations portées contre Catilina rappellent étonnamment les attaques de Cicéron contre le triumvir dans les Philippiques : les deux ont voulu liquider la république, les deux trouvent du plaisir dans les massacres et les rapines ; les mouvements de Catilina et de Marc-Antoine présentent aussi plusieurs similarités que nous n’avons pas le temps d’analyser ici. Dans ce cadre, Salluste ne manque pas non plus de souligner le rôle suspect qu’avait joué dans la conjuration l’oncle du triumvir et consul en 63 av. J.-C. Antonius Hybrida, ainsi que d’autres personnages liés à Marc‑Antoine, comme son beau-père Lentulus Sura. C’est avec le concours d’Antonius que Catilina passerait à l’action (voir Cat. 21.3, 26.1) et ce n’est qu’après un échange de provinces conclu avec son collègue Cicéron, en vertu duquel il a obtenu le gouvernement de Macédoine, qu’Antonius Hybrida décide de ne pas prendre parti contre la république (voir Cat. 26.4). Quant à Lentulus, il apparaît tout au long de la monographie comme l’un des chefs de la conjuration à Rome. Le Catilina ressort donc comme une critique dissimulée contre Marc-Antoine.

En dehors de cette interprétation particulière de L. Havas, selon plusieurs chercheurs, les œuvres de Salluste fourmillent d’allusions subtiles à l’actualité politique de la deuxième moitié des années 40. Ce n’est notre intention ni d’en faire une liste exhaustive, ni de discuter de la validité de chacune. Notre objectif est de montrer qu’en tout état de cause, nous ne pouvons pas entrevoir un état d’esprit favorable de Salluste à l’égard du régime au pouvoir. Au contraire, tous les passages qui peuvent être interprétés comme des références aux Triumvirs révèlent une prise de position négative vis-à-vis des actes des héritiers du régime césarien.

Tout le discours de César dans le Catilina a été lu comme une critique cachée de Salluste à l’égard du régime, une critique mise dans la bouche de César lui-même, qui dévoilerait de cette façon que les Triumvirs avec la violence exercée contre leurs adversaires ne sont pas les vrais héritiers de son programme politique (voir dans ce sens G. Perl et L. Canfora). Dans une partie de son discours (Cat. 51.35), César indique qu’il ne craint pas un abus de violence de la part de Cicéron à cette époque (his temporibus), mais prévient des conséquences futures des décisions sévères contre les conjurateurs (Cat. 51.36) :

Potest alio tempore, alio consule, cui item exercitus in manu sit, falsum aliquid pro uero credi. Vbi hoc exemplo per senatus decretum consul gladium eduxerit, quis illi finem statuet aut quis moderabitur ?

« Il se peut qu’en un autre temps, sous un autre consul, ayant lui aussi une armée dans sa main, on tienne pour vraie quelque fausse nouvelle. Si alors, en s’appuyant sur notre précédent, un consul armé d’un décret du Sénat, tire l’épée du fourreau, qui pourra l’arrêter, qui saura le modérer ? ». (Trad. A. Ernout (CUF 1941), ainsi que toutes les traductions du Catilina et du Jugurtha).

Mis à part les savants qui ont vu dans cette prolepse extradiégétique une allusion générale à l’ambiance violente de 44-43 av. J.-C. ou de toute la période après la conjuration de Catilina, ce passage a été le plus souvent perçu comme une allusion plus ou moins précise à la marche d’Octave sur Rome en 43, pour forcer les autorités à le nommer consul. L’allusion semble d’autant plus pertinente si nous nous rappelons qu’après son entrée à Rome et son élection en tant que consul, Octave obtient par un sénatus-consulte la ratification de son adoption par César et fait condamner en vertu de la lex Pedia les meurtriers de César. D’autres savants, comme G. Perl et L. Havas (ACD 7, 1971) ont vu dans le passage une critique implicite contre Antoine et sa politique de violence : Marc-Antoine s’était servi de ses pouvoirs du consul et de son armée pour provoquer fin 44 la guerre de Modène.

La plupart des passages interprétés comme des allusions négatives aux Triumvirs se retrouvent dans les paragraphes 3 et 4 de la préface du Jugurtha, où Salluste explique pourquoi la participation à la vie politique ne lui paraît nullement désirable à son époque (Jug. 3.2) :

Nam ui quidem regere patriam aut parentes, quamquam et possis et delicta corrigas, tamen inportunum est, cum praesertim omnes rerum mutationes caedem, fugam aliaque hostilia portendant.

« Quant à l’emploi de la violence pour gouverner parents et patrie – dût-on y réussir et corriger des abus – il n’est pas non plus sans danger, surtout si l’on considère que toutes les révolutions entraînent à leur suite le meurtre, l’exil, et autres violences ».

Certains savants voient dans le passage une évocation de la dictature militaire de César, dont la tendance à la violence a mené à son assassinat et à l’échec de son programme politique, par ailleurs approuvé par l’historien (voir entre autres A. La Penna, Sallustio ; F. Lämmli), alors que d’autres préfèrent interpréter le passage comme une critique contre la politique de violence des Triumvirs, mise en œuvre entre autres à travers les proscriptions (voir entre autres G. Perl). D’autres savants, comme R. Syme, n’excluent ni l’une, ni l’autre possibilité. R. Syme ne manque pas pour autant de noter que la préface du Jugurtha porte les traces de Rome de l’époque des Triumvirs (Jug. 3.3-4) :

[3] Frustra autem niti neque aliud se fatigando nisi odium quaerere, extremae dementiae est : [4] nisi forte quem inhonesta et perniciosa lubido tenet potentiae paucorum decus atque libertatem suam gratificari.

« [3] Quant à s’épuiser en vains efforts, et pour prix de ses fatigues ne récolter que la haine, c’est le comble de la folie, [4] à moins que, par une folie pire encore, on n’ait d’aventure la méprisable et pernicieuse envie de sacrifier à l’élévation de quelques ambitieux son honneur et sa liberté ».

Les pauci potentes dénoncés ici ne seraient pas autres que les Triumvirs. Quels sont donc ceux qui sont prêts à se soumettre à cette oligarchie violente ? E. Tiffou (CEA 14, 1982) et G. Garbugino considèrent que Salluste vise toutes ces personnes qu’Antoine a désignées comme membres du Sénat, en se fondant sur l’autorité douteuse des mémoires que César avait laissés après sa mort. Les Romains appelaient par plaisanterie ces personnes Orcini Senatores, car ils appuyaient leur titre sur les mémoires d’un défunt (voir Plut. Ant. 15 ; voir aussi App. B.C. 3.5.17 ; Cic. Phil. 13.8.18, 12.26 sqq. ; Suet. Aug. 35).

C’est sans doute de ces mêmes hommes dont il parle avec mépris un peu plus loin, lorsqu’il invite ceux qui critiquent sa décision de se retirer de la vie politique à se rappeler quelles sortes de gens ont envahi le Sénat (quae genera hominum in senatum peruenerint) après l’époque où lui-même a été investi de magistratures (Jug. 4.4). Enfin, les commentaires de l’historien sur les homines noui qui s’efforcent de conquérir le pouvoir non pas par les bonae artes comme auparavant, mais par le vol et le brigandage (voir Jug. 4.7) seraient selon R. Syme une allusion à certains partisans d’Octavien. A titre d’exemple, Cornelius Balbus, qui a reçu le titre de citoyen romain grâce à César, est devenu le premier nouveau citoyen à obtenir le consulat, à cause de son influence sur Octavien.

Les allusions aux hommes de pouvoir dans les Histoires sont encore moins certaines, à cause de l’état fragmentaire de l’œuvre, mais la prise de position négative à l’égard des Triumvirs semble également valable. Dans un fragment classé dans le livre III, Salluste critique le père de Marc-Antoine, le fameux Creticus, pour la façon dont il a conduit les expéditions sur l’île de Crète (Hist. fr. 3.2-3 M = 3.2-3 Ramsey) : il a été plus nuisible que les pirates (curator nocentior piratis) ; il était aussi né pour gaspiller de l’argent et ne s’intéressait qu’aux affaires urgentes (Perdendae pecuniae genitus et uacuus a curis nisi instantibus). Sans avoir le temps d’entrer dans les détails, il convient d’ajouter aux allusions probables contre les Triumvirs la reconstitution de G. Perl. Le savant tend à montrer que Salluste a construit l’épisode du tumultus Lepidi au début des Histoires de façon à rappeler au lecteur les événements contemporains et à susciter ainsi une critique implicite contre le régime des Triumvirs. Nous rappelons qu’après la mort de Sylla, Lépide s’est opposé à ce qu’on rende des honneurs funéraires à Sylla et s’est efforcé d’abolir les actes du dictateur. L’opposition de Philippe à Lépide fait appel à l’opposition de Cicéron à Antoine. Dans les deux cas, un jeune priuatus (Pompée et Octavien) intervient au nom du salut de l’Etat. Le discours de Philippe rappelle ironiquement à plusieurs égards les Philippiques de Cicéron.

Il convient de le répéter : notre objectif, en citant toutes ces allusions prétendues à l’actualité politique de Salluste n’était ni de les confirmer, ni de les démentir. Les analogies esquissées entre les événements relatés et les événements de l’actualité ne relèvent peut-être que d’une ressemblance fortuite entre les circonstances historiques. Cela dit, la critique de Salluste contre la vie politique de son époque est claire, à supposer même qu’aucune de ces allusions ne soit valable. Les hommes alors au pouvoir n’étaient pas évidemment sans porter leur part de responsabilités dans la situation actuelle. Selon S. Schmal, à l’époque où il écrit, Salluste voudrait montrer que les Triumvirs n’étaient pas les vrais héritiers de la politique césarienne. Nous ne pensons pas que telle ait été la fonction de ces allusions indirectes contre les triumvirs et cela pour deux raisons. Tout d’abord, comme nous l’avons indiqué plus haut, il se peut que Salluste ait visé aussi César lorsqu’il affirme que gouverner par la violence (ui regere) ne fait que générer d’autres violences (voir Jug. 3.2). Par ailleurs, dans la synkrisis, un paragraphe dans lequel Salluste compare les vertus antithétiques de César et de Caton après leurs discours, le jugement de Salluste sur César est loin d’être incontestablement positif. Nous n’avons pas l’intention de nous arrêter sur l’analyse de la synkrisis, qui est sans doute le passage le plus commenté du Catilina. Il suffit pour notre analyse présente de noter que certains comportements de César, qui sont à première vue positifs, pourraient dissimuler des critiques contre le général. Ainsi, la référence à la générosité de César pourrait être une allusion à ses pratiques de largesse. De même, lorsque Salluste indique que le général ambitionnait un haut commandement, une armée et une guerre nouvelle pour faire briller sa uirtus, il n’est pas impossible qu’il ait voulu critiquer l’ambition individualiste de César (voir Cat. 54.3-4).

Il ressort donc que, dans la mesure où nous pouvons accepter comme valides les allusions critiques aux Triumvirs, ces dernières ne visent pas à mettre en opposition la politique césarienne approuvée par l’historien avec la politique des Triumvirs. A travers tous ces passages, Salluste n’avait l’intention que de manifester son désaveu de la politique menée par les Triumvirs ; et il avait tout intérêt à le faire de façon camouflée, pour ne pas subir le sort de Cicéron, qui a payé de sa vie ses attaques contre Antoine dans les Philippiques. C’est pourquoi d’ailleurs toutes les références critiques à la politique des Triumvirs sont indirectes : l’historien ne fait nulle part mention des hommes alors au pouvoir, mais préfère évoquer leurs comportements implicitement pour les critiquer. Il est aussi intéressant de remarquer que, malgré l’état fragmentaire des Histoires qui obscurcit quelque peu notre vision, les allusions contre le régime semblent augmenter progressivement, ce qui est conforme à la théorie de l’accentuation progressive du pessimisme de Salluste.

L’historien se fait de moins en moins d’illusions sur les hommes au pouvoir, une désillusion qui pourrait peut-être s’expliquer aussi à l’aide de certaines données biographiques. Sa retraite de la vie politique après la mort de César n’est probablement pas sans rapport avec le regard que les Triumvirs portaient sur lui. Nous n’avons pas de témoignages solides à ce propos, mais il est logique de penser que les nouveaux dirigeants n’auraient eu aucune envie de collaborer avec un homme qui en réalité n’avait plus d’avenir politique après son retour d’Afrique : si nous nous fions à Cassius Dion (43.9) et à l’Invective de Pseudo-Cicéron (7.19) contre Salluste, le futur historien est rentré d’Afrique, considérablement enrichi ; il a reçu le pardon de César et a échappé à un procès de repetundis en s’engageant à verser à César douze cent mille sesterces. Comme le laisse entendre le texte de l’Invective, Salluste n’a pas accepté ces griefs : c’est pourquoi Pseudo-Cicéron invite Salluste à démontrer avec des preuves que les accusations portées contre lui sont fausses (Quod si quippiam eorum falsum est, his palam refelle unde…). Que cette accusation ait été vraie ou fausse, il n’en reste pas moins qu’elle a souillé également le nom de César et ses héritiers seraient peu enclins à faire confiance en Salluste. Par ailleurs, le fait que, à en croire Pseudo-Cicéron, César a obligé Salluste à lui verser une somme d’argent considérable révèle une certaine prise de distance du dictateur par rapport à notre historien. Sa mise à l’écart par les Triumvirs après la mort de César était donc attendue, comme l’était aussi le mécontentement de Salluste pour cette raison.

Par conséquent, les données que nous avons examinées tendent à montrer que Salluste non seulement n’espérait pas que les Triumvirs pourraient aider Rome à sortir de la crise, mais il portait au contraire un regard critique sur la politique menée par les héritiers de César. A supposer que Salluste porte un espoir pour la res publica, celui-ci n’était aucunement concret et réalisable à court terme par les hommes qui étaient alors au pouvoir. Il s’ensuit que toutes ces allusions présumées contre les triumvirs offrent un argument de plus à ceux qui soutiennent la thèse d’un Salluste pessimiste et peu confiant en l’avenir de la res publica.

En même temps, le fait que Salluste préfère, semble-t-il, entreprendre un dialogue déguisé avec les triumvirs plutôt que de manifester clairement son désaccord avec leurs pratiques nous renvoie à la question de la liberté d’expression sous les Triumvirs. L’écriture de l’histoire n’était pas sans doute une activité anodine pendant cette période, surtout si les historiens choisissaient comme Salluste de traiter des événements de l’histoire récente de Rome. En effet, plusieurs historiens de la période semblent avoir choisi les guerres civiles comme sujet de leur narration. Cependant, il est impossible de savoir dans quelle mesure ils ont pris aussi leurs précautions envers les hommes alors au pouvoir, car nous n’avons conservé que des témoignages épars sur leur vie et des fragments peu nombreux de leur œuvre. Mis à part le cas bien connu de Cicéron, nous savons également que le fameux auteur et historien Varron a figuré dans la liste des proscrits, mais a été finalement épargné grâce au soutien de l’ami de Marc-Antoine, Fufius Calenus. Toutefois, c’était sa participation active aux guerres civiles aux côtés de Pompée, qui fut selon Appien la raison de sa proscription (App. B.C. 4.47.202-203 ; Gell. 3.10.17), plutôt que ses écrits.

A l’encontre, certains historiens qui se sont aussi engagés dans une histoire des guerres civiles, comme Q. Dellius et Asinius Pollion semblent avoir été proches des Triumvirs. Nous avons beaucoup plus d’information sur Asinius Pollion, qui a écrit vers la fin des guerres civiles et le début du principat, une histoire des événements troublants à partir de 60 av. J.-C., date de formation du premier triumvirat. Horace (Carm. 2.1.1-8) s’adresse à l’historien en nous donnant ainsi des informations sur son œuvre :

Motum ex Metello consule ciuicum
bellique causas et uitia et modos
ludumque Fortunae grauisque
principum amicitias et arma 

nondum expiatis uncta cruoribus,
periculosae plenum opus aleae,
tractas et incedis per ignis
suppositos cineri doloso.

Les troubles civils, sortis du consulat de Métellus, les causes, les fautes et les aspects de la guerre, le jeu de la Fortune, les amitiés funestes des premiers citoyens, les armes

trempés des flots d’un sang qui n’est pas encore expié, cette matière pleine de périlleux hasards, tu y portes la main, et tu marches sur des feux couverts d’une cendre trompeuse.

(Trad. F. Villeneuve (CUF 1929)).

Asinius commence à écrire ses histoires peu après la mort de Salluste en 35 av. J.-C. à un moment où les rivalités entre Marc-Antoine et Octave culminent. Ses rapports avec Marc-Antoine et Octave sont un sujet trop complexe pour être examiné dans le cadre de cette analyse. Sans vouloir entrer dans les détails, il suffit de noter qu’Asinius a été un homme politique assez habile pour rester en bons termes à la fois avec Marc-Antoine et Octave tout au long de leurs conflits. Même s’il a refusé de soutenir Octave à la bataille navale d’Actium, en invoquant son amitié avec Marc-Antoine (voir Vell. Pat. 2.86.3), ce refus ne lui a pas coûté d’être privé de la faveur du prince par la suite. Or, il semble que les guerres civiles restent sans doute un sujet dangereux, même pour ces historiens qui réussissent à être en bons termes avec les hommes au pouvoir. Lorsqu’Horace, dans l’Ode 2.1, caractérise le récit des guerres civiles d’Asinius Pollion comme une matière pleine de périlleux hasard (periculosae plenum opus aleae) et signale que l’historien marche sur des feux couverts d’une cendre trompeuse, il ne se réfère pas simplement aux périls des guerres civiles, mais sans doute aussi au caractère dangereux du sujet choisi. Il n’était pas donc sans risque de relater l’histoire récente tourmentée de Rome même si l’on était comme Asinius Pollion en bons termes avec le pouvoir.

Les choses auraient été plus difficiles pour Salluste, qui, quoiqu’ex-césarien, était, paraît-il, marginalisé de la vie politique de son époque, une exclusion qu’il vivait sans doute mal. Il ne restait pour lui aucun camp politique dont il pourrait rallier la cause : les triumvirs le considéraient sans doute comme un problème plutôt que comme un allié éventuel ; il en va de même pour les républicains, qui l’auraient de toute façon exclu en tant qu’ex-césarien. Il reste donc isolé. C’est pourquoi il a recours à une participation indirecte à la vie politique : l’histoire est d’ailleurs clairement envisagée dans ses préfaces comme un moyen pour continuer la politique. La façon claire dont il exprime son désaveu de la politique de son époque et son manque d’espoir pour l’avenir de la république, ainsi que les allusions implicites contre les Triumvirs donnent à ces déclarations un sens concret. Cependant, à cause de sa marginalisation politique, la participation de Salluste à la vie politique ne peut être que camouflée, ce qui pose la question de la liberté d’expression des historiens sous les Triumvirs : est-ce que tout auteur critiquant sans détour les Triumvirs devrait avoir le sort de Cicéron ? Sans prétendre apporter une réponse définitive à cette question, vu l’état extrêmement fragmentaire de l’historiographie de la période, l’examen de la position politique de Salluste semble offrir un indice assez fort que la prudence était au moins conseillée aux historiens de la période.

BIBLIOGRAPHIE SELECTIVE.

ALLEN, Jr. Walter, « Sallust’s political career », SPh 51(1), 1954, p. 1-14.

ANDRE, Jean-Marie, La vie et l’œuvre de C. Asinius Pollion, Paris : Librairie C. Klincksieck, 1949.

BERTRANDY, François, « Le proconsulat de Salluste en Africa noua : ombres et lumières », Latomus 64 (1), 2005, p. 33-48.

CANFORA, Luciano, Studi di storia della storiografia romana, Bari : Edipuglia, 1993.

DUE, O.S., «La position politique de Salluste », C&M 34, 1983, p. 113-139.

GARBUGINO, Giovanni, « La posizione politica di Sallustio », dans : UGLIONE, Renato (éd.), Scrivere la storia nel mondo antico : atti del convegno nazionale di studi : Torino, 3‑4 maggio 2004, Alessandria : Ed. dell’Orso, 2006, p. 111-140.

HAVAS, Lásló, «La monographie de Salluste sur Catilina et les événements qui suivirent la mort de César, I. », ACD 7, 1971, p. 43-54.

——————–, «La monographie de Salluste sur Catilina et les événements qui suivirent la mort de César », ACD 8, 1972, p. 63-73.

LÄMMLI, Franz, « Sallusts Stellung zu Cato, Caesar, Cicero », MH 3, 1946, p. 94-117.

LA PENNA, Antonio, « Sallustio Antoniano », SIFC 32(2), 1960, p. 258.

—————————, Sallustio e la « rivoluzione » romana, Milano : Feltrinelli Editore, 1969.

PERL, Gerhard, « Sallust und die Krise der römischen Republik », Philologus 113, 1969, p. 201‑216.

SCHMAL, Stephan, Sallust, Hildesheim : Olms, 2001.

SKARD, Eliv, « Sallust, Geschichtsdenker oder Parteipublizist ? », SO 47, 1972, p. 70-78.

SYME, Ronald, Sallust, Berkeley : University of California Press, 1964.

TIFFOU, Etienne, Essai sur la pensée morale de Salluste à la lumière de ses prologues, Paris : Editions Klincksieck, 1973.

———————–, « Sur la retraite de Salluste. Salluste et Marc-Antoine », CEA 14 : Mélanges offerts en hommage à Étienne Gareau, Ottawa : Editions de l’Université, 1982, p. 145‑148.


Une réflexion au sujet de « Séance du 5 décembre 2015 : G. Vassiliadès, « Écrire l’histoire sous les Triumvirs : Salluste et sa position politique » »

  1. Ping : Bilan de l’année 2015-2016 | Historiographies antiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *